Colombie

Est-ce dangereux de partir en Colombie en ce moment ?

Est-ce dangereux de partir en Colombie en ce moment ?

Il y a quelques années personne n’osait s’y aventurer, la Colombie est la nouvelle destination tendance d’Amérique latine. L’Amazonie, les Andes, les Caraïbes et le Pacifique : voyager en Colombie, c’est parcourir quatre écosystèmes en un seul pays – l’un des plus beaux de la région. C’est une culture métissée, des villes coloniales splendides et une nature intacte.

 

Heureux ! 87 % des Colombiens se déclarent heureux, selon le dernier sondage annuel de Win/gallup sur le bonheur des populations dans le monde. En tête, loin devant la France et les Etats-Unis.

enfant et sa mere en colombie

 

Non, ce n'est pas dangereux de voyager en Colombie

Les deux décennies 80 et 90 ont été particulièrement sombres pour la Colombie, entre trafic de drogue et conflit intérieur. Au pouvoir de 2002 à 2010, Alvaro Uribe a fait de la lutte contre les Farc sa priorité absolue ; au cours de ses deux mandats, leurs effectifs sont passés de 30 000 à 7000 hommes, et la sécurité s’est sensiblement améliorée.

homme sur un bateau en Colombie

En novembre 2016, la signature de l’accord de paix entre le gouvernement de Juan Manuel Santos  (Prix Nobel de la Paix 2016) et les Farc tourne la page d’un demi-siècle de guerre civile. Les Farc (Forces Armées Révolutionnaires de Colombie) deviennent Farc (Force Alternative Révolutionnaire Commune) passant de la guérilla marxiste à un parti politique institutionnel de gauche radicale. Si Ivan Duque, le nouveau président élu, qui prend ses fonctions en août 2018, proche de Alvaro Uribe, est partisan d’une ligne dure contre les Farc et refuse l’immunité pour leurs dirigeants, le processus de réconciliation est en marche.

Certaines régions splendides comme celle de Nuqui, jusqu’alors déconseillée par le Quai d’Orsay, sont désormais ouvertes. Les villes à la réputation autrefois sulfureuse, Medellin ou Bogota, ont depuis 15 ans mis en œuvre de profondes mutations sociales.

décoration à Medellin en Colombie

Medellin, qui fut l’une des villes les plus violentes au monde, s’est réinventée en intégrant ses « comunas » (c’est le terme qui désigne les favelas en Colombie) ; elle est un modèle pour toute l’Amérique latine : les élus de Buenos Aires ou de Rio viennent  la visiter pour prendre exemple sur les politiques publiques menées ici.

Les zones du pays qui restent déconseillées par le Quai d’Orsay sont les zones frontalières avec le Venezuela, le Pérou, l’Equateur ; des zones de forêt très dense où persiste le trafic de drogue, no man’s land qui ne présentent de pas intérêt en termes touristiques.

 

Nos clients plébiscitent la destination

La Colombie est un pays fabuleux, habitée par des gens tellement accueillants que l’on a une seule envie : y retourner ! il faut absolument y aller et oublier tous les a prioris sur les prétendus dangers !

Vincent, Montpellier, janvier 2018

 

Ce voyage a été un enchantement. Tout avait été magnifiquement préparé et anticipé par Edouard qui nous a suivi avec une attention et un professionnalisme exceptionnels. La présence d’un représentant Voyageurs du Monde à chaque étape du voyage (concierge, guide, chauffeur…) est d’un confort très rassurant, ainsi que le prêt d’un téléphone local et d’un routeur Wifi. Une fois de plus,Voyageurs du monde nous a prouvé son savoir-faire !

Danielle, Paris, mars 2018

 

Un petit Brésil d’Amérique du Sud encore méconnu !

Frank, le Kremlin Bicêtre, août 2017

 

Voyageurs du Monde assure un confort absolu de voyage, atout précieux dans des pays dont l’infrastructure n’est pas encore totalement établie. Les visites guidées avec des guides francophones de qualité garantissent une approche très intéressante du pays et permettent de se faire une idée aussi conforme que possible de la réalité locale. Une expérience à renouveler.

Thibaut, Paris, janvier 2018

 

Le + Voyageurs du Monde

Voyageurs du Monde ne vous emmène que dans les régions et les villes entièrement sécures, globalement plus sûres que les pays voisins.

Et en choisissant de partir avec Voyageurs du Monde, vous êtes accompagnés à chaque étape de votre voyage par nos guides et nos chauffeurs, recrutés pour leur sens du service et leur professionnalisme.

homme sur la plage en colombie

Vous êtes également assistés par Gabriel, notre concierge Franco-Colombien basé à Carthagène. Grâce à sa double culture, il anticipe les attentes et exigences des voyageurs français, tout en maîtrisant les codes colombiens. Il prend contact avec vous dès votre arrivée en Colombie, et reste à votre disposition pendant toute la durée de votre séjour.

Nos « Like a Friend », artistes, historiens, journalistes, pêcheurs, sont également des hôtes de choix qui viennent enrichir votre expérience colombienne. Eduardo Pizon, enseignant chercheur en histoire à l’Université de Los Andes à Bogota (la plus prestigieuse des universités d’Amérique Latine), parfaitement francophone, pourra, autour d’un verre, vous entretenir de la géopolitique colombienne. Sur l’histoire des Farc, des légitimes revendications paysannes d’accès à la terre à l’entrée dans la violence ; sur les relations de la Colombie avec les Etats-Unis ; sur le processus de réconciliation et les dernières élections, il est en mesure de répondre à toutes les questions que vous vous posez. Nous vous invitons également à rencontrer Rossina Bossio, artiste multidisciplinaire formée à l’Université de Bogota et aux Beaux-Arts de Rennes. Peinture, dessin et vidéo, ses œuvres ont été exposées, entre autres lieux, au Grand Palais à Paris, au Musée d’Art Contemporain (MoCa) de Tapei, au Musée Impérial d’Art de la ville de Pékin. Elle vous accueille dans son atelier, pour vous faire découvrir son travail, et plus largement, vous introduire à la scène artistique de Bogota. Ces rencontres, que nous vous proposons parmi d’autres, vous permettent de vivre des moments privilégiés et d’appréhender autrement la Colombie.

couple sur la plage en colombie

Chez Voyageurs du Monde, on aime tellement la Colombie, qu’on est tenté de faire notre l’accroche de l’Office du Tourisme colombien : « le seul risque d’un voyage en Colombie, c’est de ne plus vouloir en repartir ».

 

Nos spots préférés, des villes, des îles et des forêts

Bogota arty

En son quartier de San Felipe, peuplé d’artistes et de galeristes, qui l’ont élu pour ses loyers bas et ses mètres carrés disponibles, et qui y reçoivent avec bonheur les voyageurs, après des dizaines d’années d’isolement. Un nouveau Bogota Art District (« BAD »), dont l’épicentre est calle 75 et carrera 20. Une galerie incontournable : FLORA ars+natura (sur la calle 77) fondée par Jose Roca, ancien curateur de la Tate Modern, qui fait dialoguer botanique et politique.

Medellin, symbole d’un pays en pleine mutation

En l’espace de 15 ans, Medellin est passée du statut de la ville la plus violente d’Amérique latine à celui de la ville la plus innovante. Une transformation sociale et urbaine radicale, dont le symbole est le Metrocable, ligne de téléphérique qui relie le centre ville aux quartiers pauvres sur les hauteurs, traduction du principe d’équité au cœur de la nouvelle gestion de la cité. Autre illustration de la mise en place d’un service public jusque-là inexistant, le taux de scolarisation, passé de 25% en 2005 à 87 % en 2015. L’ancien fief de Pablo Escobar caracole désormais en tête dans les classements des villes où il fait bon voyager. On la visite en cherchant les sculptures de Botero, natif de la ville, toutes en courbes et rondeurs, disséminées dans les rues et les parcs.

Carthagène coloniale

Dans ses quartiers aristocratiques, comme dans ses ruelles populaires, elle possède l’aura de trois siècles d’histoire. On aime son architecture aux couleurs flamboyantes : la restauration de la ville a redonné tout son lustre aux anciennes demeures coloniales. On se délecte de l’ambiance festive de ses nuits tropicales, sur ses places ombragées de jacarandas.

Parc de Tayrona, un renouveau vert

Les années 80 voient les premiers touristes s'aventurer dans le parc de Tayrona. Un tourisme osé sur fond de conflits entre guérilleros cultivateurs de marijuana et paramilitaires financés par la CIA. Depuis, l'armée régulière a fait le ménage, guérilleros et narcos ont raccroché les fusils pour devenir muletiers, ou sont partis vers d’autres jungles. Le territoire a été rendu a ses occupants originels, les Kogis, les Wiwas et les Arhuacos, tous descendants des Tayronas. Un paradis de Robinson, qu’on explore les pieds dans la mer des Caraïbes, les yeux rivés aux sommets enneigés de la Sierra Nevada, et où, loin de la rumeur du monde, on écoute les bruissements de la Terre mère.

Choco, en visite chez les baleines

Une région parmi les plus humides de la planète, loin de toute influence humaine, mais riche en espèces endémiques et en eaux fertiles. D’août à octobre, la migration des baleines à bosse permet de les observer en nombre et de les approcher de très très près. C’est aussi un spot de surf, sport plébiscité par les quelques bienheureux qui vivent sur ces rivages.

Providencia, un futur durable

«Veuillez ne laisser derrière vous que les traces de vos pas sur le sable » avertit dès l’atterrissage une pancarte de bois fichée dans le sable, au bout de la piste cernée de forêt tropicale, tout  juste assez large pour recevoir des petits avions de 20 passagers. A 700 km des côtes colombiennes, l’île de Providencia est une petite montagne verte plantée dans la mer aux sept couleurs, un bout du monde. Ici, pas de grandes structures hôtelières, mais quelques adresses de charme qui ne dépareillent pas avec les maisons de bois bariolées, vert tendre, mauve, rose fané, des 5000 personnes qui vivent dans ce paradis, et veille à sa préservation, loin du tourisme de masse. C’est un paradis de la plongée douce : raies mantas, requins, épaves et beauté de corail.

 

2 adresses qui illustrent le renouveau de la Colombie

A Medellin, El Cielo, un restaurant qui emploie des ex-Farc et des anciens soldats. Ici les anciens ennemis, militaires, guérilleros et paramilitaires ont échangé treillis contre tablier, et travaillent ensemble à la réconciliation. Et dans l’assiette, ça fonctionne : El Celio est considéré comme l’une des 50 meilleures tables d’Amérique Latine.

 

A Carthagène, El Interno, un restaurant gastronomique qui emploie les détenues d’une prison pour femme – la salle de restaurant se situe au sein même de l’établissement pénitentiaire. Ambiance cosy et assiette gourmande (le menu est établi par un chef étoilé) : on oublie vite que l’on est en prison. L’initiative apporte un revenu aux femmes détenues, et les accompagne dans leur réinsertion à la vie civile. Avec cette règle : un jour de remise de peine par jour travaillé.

 

Photographies

MATTHIEU SALVAING

Automne-Hiver

Vacance N°8

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.