France

Ma tribu en Périgord

Ma tribu en Périgord

C’est un territoire habité par l’homme depuis l’ère paléolithique, une frise semée de mille et un châteaux. Sa nature généreuse dessine un pays en quadrichromie : vert, blanc, pourpre, noir. Aujourd’hui, le Périgord se décline à l’envi et se prête aux belles histoires à écrire en famille.

 

Deux dénominations pour un même territoire, la région ne s’en laisse pas conter par les limites administratives. Ancré à sa terre et son passé, rescapé de l’Empire romain et des invasions barbares, le Périgord a gardé un nom d’ancien comté mérovingien, ignorant au passage l’appellation actuelle du département auquel il correspond à peu près, la Dordogne.

Enfants dans un champ

Marie Genel

Ce beau sauvage préfère laisser la voix libre à ses paysages. Au nord, des forêts luxuriantes, entrecoupées de prairies, arrosées de quatre cours d’eau dociles (Périgord vert) ; au centre des plateaux calcaires, entaillés de rivières (Périgord blanc) ; au sud-ouest, des vignobles piqués de bastides dont certaines rappellent l’appartenance du comté à l’Angleterre, trois siècles durant (Périgord pourpre) ; enfin, last but not least, au sud-est, un joyau fertile serti d’un côté par la vallée de la Dordogne, de l’autre par celle de la Vézère, coiffé de collines de chênes-lièges au feuillage sombre (Périgord noir). La variété et la richesse de cette terre placée au carrefour de l’arrière-pays et de la façade océane expliquent sans aucun doute son succès auprès des voyageurs d’aujourd’hui et de leurs ancêtres, 400 000 ans plutôt.

Lascaux

CRT Aquitaine

Lieu témoin unique au monde, la vallée de la Vézère n’abrite ainsi pas moins de 200 sites paléolithiques. Falaises protégées des vents, gouffres profonds, grottes rassurantes, cette géologie associée aux importantes ressources locales a convaincu Homo erectus et ses descendants de s’installer durablement. “La nature, ici, ne menace pas l’homme, mais semble faite pour lui faciliter la vie”, écrivait le journaliste culinaire Henri Philippon. Suivant son instinct, l’Homo modernus installe désormais sa petite tribu dans un cocon douillet, toujours à l’abri des belles pierres et de la végétation. À Trémolat, c’est un ancien prieuré du XVIe siècle ; à Sarlat, une ferme du XVIIIe ; à Brantôme, le Moulin de l’Abbaye qui surplombe la Dronne et des siècles d’histoire.

 

Lac Périgord

Pascal Saint Jean

 

Un bond en arrière, deux pas en avant, et la famille se réveille au Moyen Âge. Jeune chevalier parcourant fièrement les ponts et ruelles des villages sarladais, sous des châteaux aux toits de lauze ; reine en devenir, cavalant cheveux au vent, entre les milliers de buis et d’arbousiers des jardins suspendus de Marqueyssac ; rejouant sa série préférée, scénario fantastico-romantique, inspiré par les lieux où se côtoient les paons et le squelette d’un allosaure affamé depuis 150 millions d’années.

Chateau de Clermont

Jean Paul Guilloteau

Hédoniste par nature, le clan tout entier s’émeut devant le talent artistique de ses ancêtres Homo sapiens. À Lascaux, bien sûr, version 4 – si la grotte originale est fermée depuis 1963, une réplique complète s’observe aujourd’hui au Centre international de l’Art pariétal, ultra-contemporain. Conversation entre deux âges. Aux stimuli émotionnels, la région ajoute ceux des papilles. Un domaine dans lequel la richesse du terroir a, depuis la maîtrise du feu, érigé le besoin vital en véritable art. Sur ce point, jamais la tribu ne conteste le statut du chef, surtout si son tablier est estampillé d’une étoile.

 

Truffes

Berthold Steinhilber

 

Chacun se laisse dorloter aux produits locaux : foie gras poché, caviar de Neuvic (même l’esturgeon aime les environs), filets rôtis de canette… sans oublier le miel, l’armagnac, la noix et… la truffe. Une fois envoûté, reste à suivre un spécialiste pour apprendre à reconnaître le terrain, les signes, les bons gestes qui mènent au diamant noir. Les goûts et les couleurs de tout un terroir. Lassé du découpage chromatique, le comité départemental du tourisme de Dordogne-Périgord a choisi désormais d’oublier ce filtre. À la place, une tonalité unique a été élue pour symboliser les pépites couvrant l’ensemble du territoire : l’or. Un choix qui mettra tout le monde d’accord.

 

Voyage dans le Périgord

Voyageurs du Monde propose une approche familiale de la région. Rayonnant autour d’étapes emblématiques – Brantôme, Sarlat, Rocamadour, aux abords du Quercy –, naviguant toujours un peu en retrait, au sein d’hébergements de grande qualité (Relais & Châteaux, maisons d’hôtes…). Un voyage sans âge, ponctué de rendez-vous autour de l’Histoire et du terroir.

 

Photographie de couverture

PIERRE BARON

Automne-Hiver

Vacance N°8

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.