Polynésie

L'hôtel The Brando, le culte du détail à Tetiaroa

L'hôtel The Brando, le culte du détail à Tetiaroa

L’atoll de Tetiaroa flotte à une cinquantaine de kilomètres de Tahiti. Il fut un temps le refuge de Marlon Brando qui l’acheta et souhaita y installer son monde idéal. Un hôtel remplace désormais le fare du géant d’Hollywood et propose de vivre comme il en rêvait. 

 

Il n’y a plus de moustiques sur l’atoll de Tetiaroa, dans l'archipel de la Société. Un détail, certes. Sauf quand on sait la capacité d’un seul de ces monstres à gâcher des vacances sous le soleil. Un nuage de culicidés mâles stériles a donc été lâché sur ce confetti de 13 îlots, ici, on dit motu, couvrant 6 km². Hardi petits ! Les femelles qui tant les espéraient se sont languies d’ennui et ont fini par lâcher prise. Autour de l’hôtel The Brando, il n’est pas question d’infliger la terreur d’une seule piqûre à des dames, sans parler de gratouilles discourtoises sur la peau délicatement ambrée d’une amie de Leonardo (fan absolu de l’endroit), top pour Victoria’s Secret dans la vie ordinaire. A 10 000 euros les trois nuits, le minimum exigé, on peut comprendre. Tout inclus. Même le champagne. Chic, le détail.

 

Robinson dans un 5-étoiles

C’est le prix pour vivre l’exception d’un hôtel de légende régulièrement installé dans le top 3 mondial. Au-delà d’une histoire fascinante, l’atoll et sa maison phare sont parvenus à composer l’équation habituellement impossible entre la vie de Robinson et le standing d’un 5-étoiles. Pardi, vivre pieds nus dans le sable avec l’infini d’un lagon turquoise pour seul horizon, d’accord ! Mais, s’il vous plait, avec l’eau courante, des cocktails glacés servis sur plateau d’argent, sans parler d’une assiette qui ne se contente pas d’eau de coco et de poison grillé ! Une cabane de naufragé, admettons, mais s’il vous plait, avec air conditionné, piscine privée et intimité assurée derrière des haies de filaos et des buissons d’hibiscus. Tetiaroa et The Brando inventent cette alchimie du bonheur aux couleurs des mers du sud. Et un peu plus encore puisque l’hôtel et ses 35 villas, 100m² minimum, fonctionnent avec un taux d’émissions carbone proche du zéro. La clim, par exemple, est assurée par un système révolutionnaire (il avait jadis été imaginé par Brando) qui consiste à puiser l’eau de mer en profondeur, là où elle est à 5°C, pour ensuite la faire circuler dans les bâtiments. Soft, écolo, lumineux. So chic, la trouvaille, le gros détail.

Bateau sur la plage du Brando

Léopold Aries

 

Noyés d’amour et d’infini

Tout commence en 1960. A l’occasion du tournage des Révoltés du Bounty, Marlon Brando découvre cette pépite flottant loin du monde et de ses péripéties ordinaires. Aussitôt flambé, scotché, marabouté : « C’est encore plus beau que tout ce que j’avais pu imaginer », raconte-t-il alors. L’affaire est vite entendue, c’est à Tetiaroa que le bad boy d’Hollywood, le séducteur en t-shirt moulant blanc, va installer sa vie. Il achète cet improbable royaume d’oiseaux, de corail et de cocos, épouse la sublime Tarita, sa partenaire du film, fait construire à la va-vite un fare sans porte ni fenêtre. Les tourtereaux s’en viennent roucouler ici, deux regards noyés d’amour et d’infinis. Séquence I, clap de fin.

Brando a de la vista et regarde déjà plus loin. Vivre en reclus à s’émerveiller des beautés de la nature ne lui suffit pas. La parade des noddis noirs ou des sternes blancs qui volent par centaines, ivres de liberté, le ballet de tous les poissons de la création autour des patates de corail, bleu fluo, jaune vif, rayé comme un zèbre, joufflu, filiforme, composent un bonheur trop statique pour le turbulent Christian Fletcher. Même en s’extasiant devant ce sublime lagon cristallin qui la joue turquoise ici, jade claire là-bas, à moins que ce soit cobalt, marine, émeraude peut-être. Le tableau est une œuvre d’art, alors il exige une vie de même lumière. A quoi sert la beauté si elle n’est à la disposition de tous ? « J’aimerais établir à Tetiaroa une communauté autosuffisante où se trouveraient associés la recherche et la formation, l’agriculture, l’aquaculture et le tourisme au sein d’un environnement préservé pour le bénéfice de tous. Et créer une communauté non polluante qui ne bouleverserait pas l’équilibre écologique du lagon ».

 

Brando en rêvait, Tahiti l’a fait

La star pose ainsi les fondations de son utopie, les bases de son royaume. Elles aboutiront, en 2014, à l’ouverture du premier palace à se revendiquer 100% écolo, sur un atoll quasiment autonome grâce à 2 400 panneaux solaires posés le long de la piste d’aviation, un jardin bio cultivé sur compost, un générateur de secours alimenté à l’huile de coco. Mille détails. Le Figaro titre « Brando en rêvait, Tahiti l’a fait ». Entre-temps, la star recluse a essayé de faire fonctionner son monde parfait. Il installe une dizaine de bungalows sommaires pour abriter les curieux de passage, un élevage de tortues puis un autre de homards, un mini-centre de recherches… Rien n’y fait. Un acteur de génie ne fait pas forcément un gestionnaire averti.

Mer et palmiers au brando

Tim Mckenna/The Brando

En outre, il doit faire face à une vie familiale tumultueuse, à de nouveaux tournages, aux dettes qui s’accumulent. Brando quitte Tetiaroa en 1990 pour rentrer un temps aux Etats-Unis. Il ne reviendra jamais. Tarita préfère les douceurs de Tahiti aux lumières de Hollywood. L’un de leurs fils, Teihotu, aussi. Il reste seul habitant de l’atoll durant plus de vingt années. Régulièrement, sa fille Tumi qui réside sur l’île de Tahiti le rejoint et savoure à plein regard les beautés initiales de Tetiaroa. Elle se souvient de ses week-ends et vacances scolaires d’ado, passées à observer les poissons venus danser autour de ses pieds nus, à parler avec les oiseaux qui lui faisaient une traîne de princesse. Aujourd’hui, elle œuvre au respect de la nature intacte de l’atoll. En toute discrétion. Un détail. Il en dit long sur la sincérité de son engagement à poursuivre le rêve de son grand-père. Brando meurt en 2004 et conformément à son vœu, une partie de ses cendres est dispersée sur le refuge polynésien si cher à son cœur.

 

Vue grand large

Loin de la Polynésie, à l’abri de son refuge de Mulholland Drive sur les hauteurs de Los Angeles d’où il ne sort pratiquement jamais, Marlon continue à rêver de Tetiaroa et de l’An 01 qu’il aurait aimé y installer. Alors, comprenant qu’il y a une distance entre le projet et sa réalisation, on appelle cela le savoir-faire, il prend contact avec Dick Bailey. Cet Américain vit en Polynésie et a épousé une Tahitienne. Comme lui. Dick dirige le groupe hôtelier Beachcomber qui dispose alors de trois adresses à Tahiti, Moorea et Bora Bora (cinq désormais avec en outre le paquebot Paul Gauguin). Rencontres, discussions, négociations et même pauses interminables illustrant le propos de l’acteur : « Parfois, les meilleures conversations se font dans le silence ». Poignée de main finale, comme un détail, celle-ci est lourde de convictions partagées.

Mer et Brando

Léopold Aries

Le 1er juillet 2014, dix ans, jour pour jour après que Marlon s’en soit allé, The Brando est inauguré. Une corbeille de 150 millions d’euros a été déposée sur le corail de Tetiaroa. Résultat, 35 vraies villas donc, chacune sa piscine privée et son majordome, son WiFi impeccable et ses écrans géants, trois restaurants, un sur la plage, un japonais de huit places et une table gastronomique signée Guy Martin, 3-étoiles au Grand Véfour à Paris (très inspiré ici par la vanille locale), un Spa dédié aux soins traditionnels polynésiens avec une cabine suspendue dans les arbres, deux bars, une magnifique piscine commune et partout, une vue grand large sur les bleus initiatiques de la Polynésie, Brando l’a exigé, Tumi veille.

 

Les tortues reviendront pondre ici-même

Dick Bailey et son bras droit de toujours, Philippe Brovelli y ajoutent leur philosophie des lieux et de son hospitalité hors-normes : « qu’ici, chacun réalise son envie du moment, qu’il mange quand il le souhaite, boive ce qu’il veut, fasse ce qui lui plait ». Pas d’horaire ni la moindre obligation. Ad lib, la paresse, l’interminable rêverie, le lagon aux eaux de cristal jouant de toute la palette des bleus et des verts, les oiseaux ivres d’espace, les poissons, de la miniature rouge pompier à la raie glissant comme un foulard de soie, sans oublier les tortues de Tetiaroa, un trésor. Une équipe internationale de chercheurs veille sur elles, protège l’éclosion des œufs avant de laisser filer les jeunettes plein Pacifique. Un périple de plusieurs années va les conduire jusqu’aux Fidji. Elles reviendront ici-même et sans la moindre erreur d’orientation pondre à leur tour. Les détails de la nature sont parfois chargés de poésie. Magique. Esprit Brando, toujours là.

 

Le mana de Tetiaroa

Justement. Le site répond plutôt bien à son utopie. L’acteur a dû apprendre que les rois et reines de Tahiti, la dynastie des Pomare (XVIIIème et XIXème siècles), débarquaient ici en royales pirogues pour retirer du monde afin qu’une si parfaite nature leur inspire de sages décisions à venir. Les Polynésiens attribuent en effet à cet Eden des vertus quasi divines, louent évidemment sa beauté paradisiaque, mais racontent aussi les vibrations qui montent du sol, ce volcan éteint depuis des millions d’années qui n’en finit pas de frémir. Voilà qui tisse le lien entre les profondeurs océanes, le monde des vivants et les esprits qui peuplent le ciel. Tetiaroa terre de rencontre entre les hommes et les dieux. Ici, on parle de mana, l’esprit, celui auquel a succombé Brando. Celui peut-être qui l’a habité, celui dont il a voulu assurer la pérennité.

Clairement, le séjour sur ce confetti doté de vertus plus grandes que lui marque ceux qui s’y installent. Barack et Michele Obama y ont séjourné un mois. L’ancien président des Etats-Unis voulait un cadre inspirant pour rédiger ses mémoires. Notre Johnny alors encore plein de projets ouvrit des yeux ronds face aux lumières d’aube des temps et décida aussi sec qu’il déserterait Saint-Barth pour installer sa tribu ici. Quant à Lady Gaga, 50 kilos de bagages et une trentaine de paires de chaussures au cas où, elle s’est sérieusement demandée pourquoi quitter le paradis puisque c’est justement le paradis, en fixant son verre de tequila.

Oiseaux au Brando

The Brando

 

Le medicloud

Le couple princier de Monaco a également débarqué ici pour y trouver l’inspiration. Albert, toujours en quête de belles idées pour protéger la nature, a décortiqué le fonctionnement vertueux de l’atoll et la manière dont les équipes scientifiques étudient, protègent et régénèrent coraux et faune. A suivre peut-être un jour du côté du Rocher. Quant à Charlène, son souci était le bien-être des jumeaux princiers. Elle a donc demandé qu’on lui raconte la procédure en cas de maladie ou d’accident. Waou ! Une infirmière en poste sur l’île dispose d’une mallette orange insubmersible à l’intérieur de laquelle se trouvent tous les instruments capables de scanner un corps humain, tension, température, glycémie, respiration… Autant de données immédiatement stockées dans une sorte de cloud médical (sécurisé) accessible à un médecin de Papeete qui livre aussitôt son verdict. Un stock de médicaments est à l’abri sur l’atoll. Il n’y a plus qu’à servir l’ordonnance. Le détail rassure. La famille de Monaco a passé trois semaines d’excellentes vacances.

 

Elle parlait aux oiseaux

La plupart des résidents parlent de révélation. Certains évoquent l’énergie de la Terre, d’autres, des lumières du ciel ou des harmonies de la nature. A moins que l’océan… Tetiaroa et son mystère bousculent les limites de chacun, ouvrent l’esprit à mille territoires jamais explorés, deviennent initiatique. La preuve, quelques-uns ont surpris tôt ce matin une jeune femme en paréo fleuri. Penchée sur les eaux du lagon, elle semblait compter les petits poissons venus danser autour de ses pieds nus. Oui, oui, elle leur parlait. Une autre fois, elle accompagnait des bébés-tortue vers le large ou bien courait avec les oiseaux qui lui offraient comme une traîne de plumes blanches. Qu’on l’approche, elle plonge, disparaît dans les bleus infinis. Il se murmure qu’elle garde le mana de Tetiaroa.

 

Par

JEAN-PIERRE CHANIAL

Automne-Hiver

Vacance N°8

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.