Ethiopie

24 heures à Gondar

24 heures à Gondar

Gondar a été la première capitale d’Abyssinie - jusqu’au XVIIème, l’instabilité politique contraint les empereurs à déplacer régulièrement leurs campements - le château de Fasil, empereur de 1632 à 1667, y expose fièrement ses glorieux vestiges.

 

06h00

Dans cette ville pieuse, il faut se lever tôt pour observer, dans l’air piquant du petit matin, les foules d’hommes, de femmes et d’enfants, emmaillotés de cotonnades blanches, en chemin vers l’église. Et assister à une messe dans une petite église toute ronde : les chants en guèze, l’ancienne langue liturgique, les diacres qui balancent les encensoirs, le recueillement de l’assistance, la ferveur qui se lit dans chaque geste, chaque posture, et les fidèles qui un à un vont embrasser la croix portée par un prêtre vêtu d’une robe de toutes les couleurs : tout fait spectacle.

Ethiopia Hotel Gondar

Source : Instagram

10h00

Après la messe, en guise de petit-déjeuner, on boit un macchiato – les Ethiopiens, s’ils ont su chasser les troupes mussoliniennes, ont gardé des Italiens leur savoir-faire en matière de café – à l’Ethiopia Hotel. La façade est superbe, et porte la marque de l’art déco italien ; la salle de restaurant, elle, est inchangée depuis le règne d’Hailé Sélassié, c’est une véritable immersion dans les années 70 éthiopiennes.

11h00

L’église de Debré Birhan Selassié, fondée par l’empereur Yassou 1er (1682-1706), grâce à des maçons et ouvriers formés par les missionnaires portugais, est l’une des plus belles du pays. Les 80 chérubins ailés aux grands yeux peints sur son plafond de bois semblent suivre des yeux les visiteurs.

Eglise Gondar

 Luce Piton

13h00

On boit un spress, jus de fruit comme un arc-en-ciel, ananas, goyave, mangue, avocat : chaque fruit apporte sa touche colorée. Et c’est tellement nourrissant et vitaminé que cela fait office de déjeuner !

15h00

On visite le château de l’empereur Fasil. Au cœur d’une enceinte fortifiée, édifice de mortier en pierres grises, muni de créneaux, d’un donjon et de tours d’angle, qui évoque furieusement nos châteaux forts. Un air de Moyen-âge européen, inattendu sous ces latitudes.

Gondar

Luce Piton

17h00

On se balade dans le quartier juif de Gondar, autour du consulat d’Israël. Des maisons en torchis, une petite synagogue ceinte d’une palissade de fortune, une école surmontée d’une étoile de David, d’où s’échappent une nuée de gamins portant la kippa, et saluant en hébreu. Ici vivent les derniers Juifs d’Ethiopie, falachamoras, ou Beita Israël, comme ils préfèrent se nommer, en attente d’un visa pour pouvoir réaliser leur alya pour Israël. 

Azmari Bet Gondar

Source : Instagram

22h00

On boit une bière éthiopienne Saint-George ou un tej, hydromel doré servi dans une jolie fiole en verre, dans un azmari bet, en admirant les chants et les danses des azmaris. C’est ici, à Gondar que se produisent les plus virtuoses d’entre eux, troubadours de père en fils, de mère en fille, et originaires des villages alentours. Chansonniers impertinents, ils égaient les nuits de leurs chants émancipés - ils abordent les sujets habituellement tabous, politique, social, mœurs, avec une exceptionnelle liberté de parole. Leurs voix suaves, accompagnées du son des violes et des masinqo, restent longtemps en mémoire après un voyage en Ethiopie.

 

Photographie de couverture : Rudi Ernst

Numéro Printemps-Été 2019

Vacance N°7

Magazine curieux, empêcheur de voyager en rond, Vacance cultive une approche du monde bercée de sens et de style. 6 mois de grands reportages, les dernières belles adresses, des tips pour voyager malin, des rencontres et lectures : inspirez-vous !