Italie

Les plus belles plages de Sicile

Les plus belles plages de Sicile

Avec ses 1500 km de côtes, la plus grande île de la Méditerranée, la Sicile, hédoniste et solaire vit au rythme de la mer. On aime ses collines et ses valons, ses terres chaudes de soleil, ses paysages ponctués d’oliviers, de vignes et d’amandiers. On aime ses villes et ses vestiges, de Syracuse à Taormina. Et le bleu de la mer qui la baigne de part en part, ses criques aux eaux limpides irradiées de soleil, ses plages de sable fin. La sélection de nos conseillers, en cinq plages et deux îles.

 

  1. San Vito lo Capo
  2. Cala varo alla Ficarella
  3. Scala dei Turchi
  4. Torre Salsa
  5. Mondello
  6. Capo Gallo
  7. Pantelleria
  8. Favignana

Entre Palerme et Trapani

San Vito lo Capo

La plus africaine

A la pointe extrême de la Sicile orientale, la station balnéaire de San Vito lo Capo est un petit bout d’Afrique du Nord en Europe, avec ses palmiers, sa plage de sable blanc, sa mer turquoise. Le village aux rues blanches s’organise autour d’un ancien lieu de pèlerinage, le sanctuaire dédié à San Vito. Mais c’est désormais la longue plage de sable fin en croissant de lune, qui s’étend sur plus de 3 km, et les eaux limpides bordant le spectaculaire Monte Monaco qui font la réputation des lieux. Le couscous de poisson, cuscus di pesce, et le thé à la menthe savourés face à la Grande bleue achèvent d’emporter ailleurs, imprimant un horizon au voyage.

Plage de San Vito lo Capo

Fotolia

 

Cala varo alla Ficarella, Réserve naturelle de lo Zingaro

La plus spectaculaire

Dans la réserve naturelle de lo Zingaro, on rejoint la Cala varo alla Ficarella à pied en suivant le sentier littoral. Entre palmiers nains et herbes sèches, lavandes et orchidées sauvages, le sentier serpente à flanc de falaise, avec une vue folle sur les criques blanches aux eaux turquoise. On peut aussi louer un bateau à moteur ou un zodiac au port de San Vito lo Capo, pour atteindre les criques les plus inaccessibles. On prévoit un pique-nique, pane cunzatu de Scopello, LE sandwich sicilien, tomates, fromages de brebis, anchois, olives.

Réserve naturelle de lo Zingaro

Lucy Laucht

Aux environs de Agrigente

Scala dei Turchi

La plus instagrammable

Le long de la côte, entre Realmonte et Porto Empedocle, depuis des siècles, le vent et l’eau ont sculpté des courbes étroites et sinueuses sur les grandes falaises blanches. La longue paroi rocheuse, d’un blanc immaculé, qui contraste avec le bleu de la mer, éblouissante, se dresse entre deux plages de sable fin. C’est l’un des sites les plus majestueux de la région d’Agrigente. On l’appelle Scala dei Turchi, « l’escalier des Turcs » : la légende veut que les marches naturelles de la paroi a facilité l’accès aux pirates, qui trouvaient refuge ici lors de leurs incursions sur l’île. Le calcaire descend en pente douce jusque la mer, propice aux bains de soleil en été.

Scala dei Turchi

Laurence Torre

 

Torre Salsa

La plus sauvage

Sur la côte sud, entre Agrigente et Eraclea Minoa, la grande réserve naturelle de Torre Salsa réunit le meilleur de la Sicile : des sentiers de randonnées qui hésitent entre mer et montagne, et un littoral sauvage et grandiose. L’immense plage naturelle est accessible seulement à pied – on n’y trouve ni paillote ni vendeur de glace, mais elle n’est jamais bondée, même en été. Et les tortues marines « caouanne » pondent leurs œufs dans les dunes de sable blond de la réserve.

Femme sur la plage de Scala dei Turchi

Nuria Val/Coke Bartrina

Aux environs de Palerme

Mondello

La plus « Belle Epoque »

A quelques minutes en voiture, au nord de Palerme, Mondello est une station balnéaire chic. Au début du XXème siècle, la haute société y fait construire de belles villas Art nouveau, cernées de jardins exotiques, l’ancien village de pêcheurs se métamorphose en élégante villégiature, destination prisée des Palermitains. Aujourd’hui, Mondello conserve son patrimoine intact, et on aime sa grande plage de sable fin, aux eaux transparentes et peu profondes. Mais elle est devenue très touristique – pour s’éloigner de la foule, on peut rejoindre les criques sous la colline de la réserve naturelle de Capo Gallo, un peu plus loin. Et après la baignade, on peut poursuivre sur les sentiers côtiers, pour une marche dans un paysage de toute beauté.

plage de Mondello

Dagmar Schwelle/LAIF-REA

 

Sur les îles – Une autre Sicile de la mer, délicieusement balnéaire au détour des îles Egades ou de la discrète Pantelleria : des îles qui s’assoupissent chaque automne pour renaître au printemps lorsque la ronde des ferries amorce le retour de la saison.

 

Pantelleria

A mi-chemin entre l’Afrique et la Sicile (100 km au large d’Agrigente, 70 km de la Tunisie) la plus grande des îles satellites siciliennes serait l'Ogigia décrite par Homère, qui abrita pendant sept années les amours de Calypso et d'Ulysse. Des paysages de garrigue et de roche noire, ponctués de dammusi, maisons basses aux murs de basalte noir, le bleu de l’eau toujours dans le champ de vision, les criques creusées par le vent, la lumière éclatante de la Méditerrannée. L’île de Pantelleria n’est pas pour ceux qui aiment bronzer sur des plages de sable blanc, mais à ceux qui aiment la nature et le vent, la mer omniprésente, loin des touristes, avec dans leurs bagages L’Odyssée d’Homère, sept années de vacances ne sembleront pas de trop. Nager sous l’arche l’Arco dell' Elefante procure un bonheur inexplicable, un peu plus loin, Punta Spadillo est réputée pour ses fonds marins exceptionnels – masque et tuba de rigueur.

Pantelleria

Jérôme Galland

 

Favignana

Au quelques encablures des côtes siciliennes, l’archipel des Egades, poignée d’îles austères et lumineuses, dures à vivre, douces à explorer en été. Depuis les quais assoupis du port de Trapani, on rejoint Favignana en ferry, posée à seulement 15 km des côtes siciliennes. De yachts effilés en barques bleues, de maisons pastel en guirlandes de lampions, la plus grande des trois îles est la villégiature la plus secrète des Siciliens. L’oeil est ébloui par une mer transparente et turquoise, aux allures tropicales, l’esprit envoûté par la force d’une nature sauvage et minérale. Sur les plages de galets et de sable, les éclats de corail se ramassent à la pelle.

 

Par

MARION OSMONT

 

Photographie de couverture

LUCY LAUCHT

Automne-Hiver

Vacance N°8

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.