Bosnie-Herzégovine

24 heures à Sarajevo

24 heures à Sarajevo

D’élégants minarets en édifices aux façades pastel, Sarajevo passe de l’Ottoman à l’austro-hongrois en quelques pas. Multiculturelle et cosmopolite, la ville ne se résume pas à son histoire politique tourmentée. Véritable carrefour d’influence entre Orient et Occident, Sarajevo est riche de son ambiance et de son charme si particuliers.

9h00

Arpenter Bašcaršija, la belle ottomane

Sarajevo est née ici, où les Turcs ont laissé leurs empreintes. Rues étroites et piétonnes, barbiers et cafés, fontaines – tout le monde boit aux fontaines, l’eau est extraordinairement pure ! – et le bazar, où, dans l’arrière-salle des échoppes, on frappe toujours le métal, on fabrique des bijoux. Nombreuses mosquées et leurs minarets élégants aux abords de la grande place, la « place aux pigeons », et son emblématique fontaine en bois sculpté. À deux pas, un caravansérail, et son café ombragé d’un grand tilleul – on y boit trois cafés bosniaques, épais, mousseux, accompagnés de loukoums de toutes les couleurs. Non loin de là, on visite l’église orthodoxe des archanges Gabriel et Michel, et la belle synagogue ashkénaze en pierre brute.

Tram de Sarajevo

Source : Instagram

11h00

Prendre le tram

Né en 1887, le  tramway de Sarajevo – à l’origine une charrette tirée par deux chevaux, électrifié à la fin du siècle – est le plus ancien d’Europe Centrale. Un certain 28 juin 1914, il s'arrête pour céder le passage à un carrosse princier qui longe la rivière Miljacka : François Ferdinand est assassiné, la première guerre mondiale éclate, et le tramway de Sarajevo entame la traversée d'un siècle marqué par la furie. Il faut l’emprunter, pour, à la fois, se plonger dans l’Histoire et se mettre au rythme de la ville contemporaine.

13h00

Déjeuner street food

Pas de séjour à Sarajevo sans cevapcici (prononcez che-VAHP-chee-chee) – saucisses de bœuf servies avec du pain plat, des oignons, de la crème aigre, et un fromage crémeux appelé kajmak.

 

Restaurant de Sarajevo

Source : Instagram

15h00

Visiter le « Tunnel de l’Espoir »

Un tunnel de 800 mètres de long creusé par les habitants pendant le siège de Sarajevo. Pendant toute la durée du siège, 3000 à 4000 personnes empruntaient chaque jour ce qui était la seule chaîne d'approvisionnement de la ville assiégée, de 1992 à 1996. C’est aujourd’hui, un musée qui retrace l’histoire du plus long siège de l’Histoire moderne, et témoigne de la guerre et de la résistance. 

18h00

Boire un verre au sommet

Zuta Tabija, « la forteresse jaune » est posée sur une colline qui domine la ville. On aime y boire un verre, en plein air, dans un café aux airs de guinguette, au coucher du soleil.

20h00

Epancher sa soif de culture

Le Sarajevski Ratni Teatar (Sartr) a organisé des centaines de spectacles pendant le siège de la ville, et est devenu symbole de la résistance : " les Sarajeviens savent que la culture et l'art sont des besoins humains fondamentaux, au même titre que l'eau", explique Nihad Kresevljakovic, le directeur du théâtre. Comédies musicales, théâtre et danse contemporaine : le Sartr est la scène la plus créative de la ville.

 

Eau de vie Bosnie

Source : Instagram

22h00

Boire de l’eau-de-vie

Sarajevo est une aussi très festive – et pour découvrir cet aspect de la ville, il faut fréquenter  les bars, où des géants sortent avec à leur bras de très belles femmes toujours extrêmement élégantes, et où l’on boit du rakija, eau-de-vie de prune très forte, boisson parmi les plus populaires à Sarajevo, … et partout ailleurs dans les Balkans.

 

Photographie de couverture

OLIVER TJADEN/LAIF-REA

Numéro Printemps-Été 2019

Vacance N°7

Magazine curieux, empêcheur de voyager en rond, Vacance cultive une approche du monde bercée de sens et de style. 6 mois de grands reportages, les dernières belles adresses, des tips pour voyager malin, des rencontres et lectures : inspirez-vous !