Irlande

A vivre absolument en Irlande

A vivre absolument en Irlande

Attachante Irlande, par son histoire, par sa nature brute et rude, par ses habitants parfois frères ennemis mais chalereux avec les voyageurs, à voir quoi qu'il en soit. Fragile Irlande, à voir d'urgence. Irlande qui bouge, à voir de suite pour le bonheur de la voir encore plus belle d'ici quelques années. 5 expériences à vivre lors d'un voyage en Irlande, maintenant ou jamais.

 

1

L'ambiance de guerre civile, à travers les murs de Belfast

Les immenses fresques de street art colorent la capitale d'Irlande du Nord depuis des décennies. Elles racontent l'histoire sanglante de Belfast entre 1969 et 1998, délimitent les quartiers, déploient en XXL leurs messages politiques. C'est fort, ce n'est pas rose. Sur les murs de l'est de la ville, zone des protestants unionistes, on peut voir, par exemple, une fresque d'un noir et blanc extrême, montrant deux soldats encagoulés , déclarant : « We seek nothing but the elementary right implanted in every man : the right if you are attacked, to defend yourself » ("nous ne cherchons que le droit élémentaire de chaque homme : le droit de vous défendre si vous êtes attaqués"); en face, dans les quartiers nord, les peintures des supporters de l'Armée Républicaine irlandaise. Citons ces 3 hommes de l'armée de l'IRA, brandissant leur fusil devant le drapeau tricolore irlandais, clamant "our day will come" ("notre jour viendra"). Toute une ambiance. Qui se mêle, ces dernières années, à un tout autre style d'art mural, célébrant, parfois la paix fragile (ce jeune homme qui tient une colombe doublement transpercée par les flèches catholiques et protestantes), parfois la paix tout court (le vivre-ensemble de la centaine de visages de stars et d'anonymes peints par des artistes d'horizons divers.  Une belle nouvelle vague, en mouvement, qui change radicalement le profil de la ville.

Marta Nascimento

2

La petite île d'Inis Meain

Face à la baie de Galway, les petites îles d'Aran attirent de plus en plus les touristes – et c'est bien compréhensible : l'archipel, ancré dans l'océan Atlantique à quelques kilomètres à l'ouest de l'Irlande, semble avoir tout pour lui : bastion vivant de la culture irlandaise traditionnelle, il recèle un patrimoine architectural richissime, dans une nature d'une beauté extrême, lande battue par les vents, falaises à pic sur la mer où nichent les oiseaux, et des plages sable fin. Pour l'instant, lnis Meain reste bien moins visitée que ses deux voisines. Elle a pourtant de la ressource : des forts anciens, de petits cottages façon blanche-neige (le plus célèbre d'entre eux a accueilli le dramaturge et poète John Millington Synge, ardent défenseur de la culture irlandaise au XIXe siècle), et une eau claire pour les plongeurs. Un calme fragile – l'île compte moins de 200 habitants -, à déguster d'urgence.

Tourism Ireland Imagery

3

Une soirée au coin du feu... de tourbe

Son odeur, un peu âcre, associée au goût de l'irish coffee, fera partie à jamais de vos souvenirs. A condition de vous dépêcher. La tourbe, c'est une énergie non renouvelable. Elle met jusqu'à 7000 ans pour se former, en transformant, dans des milieu humides et pauvres en oxygène, des végétaux et des micro-organismes en cette matière organique fossile qui, séchée, chauffe la plupart des intérieurs irlandais. Mais les bogs (tourbières en irlandais), surexploités, ne sont pas éternels. Et le feu de tourbe, ça pollue. Et le foyer électrique kitsch qui simule un feu de tourbe, c'est bien pratique. L'un dans l'autre, les jours des nuits au coin du feu de tourbe sont comptés.

 

Gregans Castle Hotel

4

Observer les baleines

Le rorqual commun, la baleine bleue, la baleine franche, le rorqual commun, le grand cachalot, tous habitent, en saison, dans les eaux fraîches de l'Irlande. Tous sont, aujourd'hui, soit vulnérables, soit en danger. Peut-être reviendront ils plus nombreux – la baleine franche, que l'on ne voyait plus jamais dans les eaux irlandaise, peut être vue de temps en temps.  A l'inverse, la baleine grise semble avoir définitivement déserté ce morceau-là de l'Atlantique. Allez maintenant observer le ballet des géants des mers. Quels que soient ceux que vous verrez, le spectacle est hors du commun.

Vincent van den Hoogen

5

Lézarder sur la plage de Dooargh

Ce printemps, après s'être évaporée pendant plus de trente ans, la plage de Dooargh, sur l'île d'Achill, est réapparue. Une tempête l'avait emportée, d'un coup, au printemps 1984. Tout aussi soudainement, en une seule nuit du joli mois de mai, comme par un coup de baguette magique, le sable est revenu, métamorphosant la côte rocailleuse en une plage de sable de 300 mètres de long. Pour le moment, elle est à peu près déserte. Un hôtel y a ré-ouvert. Vu la beauté de l'endroit, elle risque de se remplir vite. Ou disparaître à nouveau. Elle avait déjà fait le coup entre 1890 et 1927, c'est le talon de l'île d'Achill.

D. Tal


Automne-Hiver

Vacance N°8

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.