Ethiopie

24 heures à Lalibela

24 heures à Lalibela

Lalibela, ville sainte qui se cache dans les montagnes, sur les hauts plateaux éthiopiens. Ses onze églises creusées dans la roche composent une Jérusalem d’Afrique : au XIIème siècle, le roi Lalibela a fait construire ces églises après un voyage à Jérusalem, pour épargner à ses sujets un long périple vers la Ville sainte. Le prodige architectural est tel que l’on ne peut que croire à l’intervention divine contée par nos hôtes, les prêtres de Lalibela : les anges ont aidé les hommes à construire ces églises ! Le petit village, perché à 2600 mètres d’altitude, est resté au fil des siècles un lieu de pèlerinage pour les chrétiens orthodoxes, d’Ethiopie et d’ailleurs.

 

7h00

Méditation

Méditer en l’église Beta Emmanuel, en compagnie d’un prêtre et de quelques fidèles. Sol recouvert de paille, lueur d’icône et odeur d’encens, fresques bibliques, naïves et crues ; bric-à-brac de tentures, de parapluies dorés, d’encensoirs à clochettes, de tambours, de balais, de toiles d’araignées. Et la ferveur des hommes et femmes rassemblés là. Une expérience qui justifie à elle seule un voyage en Ethiopie.

Méditation à Lilabela

DAMON WINTER/The New York Times-REDUX-REA

10h00

L’église Saint-Georges

Visiter Beit Giorgis, l’église Saint-Georges, la plus célèbre des églises de Lalibela, d’une beauté sobre, impressionnante par la pureté de ses lignes. Son toit plat en forme de croix grecque affleure au niveau du sol. Il faut descendre un chemin très étroit, creusé dans la roche, pour en franchir le seuil, une dizaine de mètres plus bas. Un peu plus loin, Beit Madhane Alem, l’église du Sauveur, avec ses 32 piliers rectangulaires, évoque la pureté de ligne des temples grecs.

Eglise Saint Georges

GettyImages

14h00

Café chez l'habitant

Accepter une invitation à boire le café. La maîtresse de maison officie : elle jette au sol des herbes fraîches, fait brûler des cailloux d’encens, puis, d’une main experte, torréfie les grains verts sur un brasero nourri de charbon de bois. Dans une djebena, cafetière de terre cuite, elle fait bouillir le café préalablement pilé, une fois, deux fois, trois fois. Il ne faut prendre congé, sauf à faire montre de la plus grande des impolitesses, avant d’avoir bu  trois cafés !

Café chez l'habitant en Ethiopie

M.OSTERGAARD/PANOS-REA

16h00

Les alentours de Lalibela

S’éloigner à pied du village pour longer la route plantée de grands eucalyptus, qui serpente à flanc de montagne. Paysages splendides émaillés de petites maisons rondes aux toits de chaume, et un groupe de babouins à la crinière de lion. Et dans la lumière rasante de la fin de journée est, les hommes qui cheminent le long de la route, les mains sur un bâton calé derrière la nuque, drapés dans leur gabi, couverture de coton blanc.

Homme qui lit un livre en Ethiopie

V. Durruty

20h00

Dîner traditionnel

Dîner dans un restaurant traditionnel. L’aliment de base en Ethiopie : l’injera, grande galette à base de farine de tef, une  céréale cultivée ici depuis des centaines d’années – on aime son goût acidulé dû à la fermentation de la pâte avant la cuisson. Sur l’injera, multitude de plats, ragoût de viande de boeuf mijoté avec quantité de tomates et oignons ; viande d’agneau relevée de cannelle cardamome et clou de girofle ; purées de légumes secs, lentilles corail ou pois cassés. On apprécie le plaisir de partager le même plat – et de manger avec les mains !

Dîner traditionnel chez l'habitant

HAMILTON/REA

 

Photographie de couverture : Damon Winter/The New York Times-REDUX-REA

Automne-Hiver

Vacance N°8

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.