Thaïlande

Bangkok, toit, toi mon toit

Bangkok, toit, toi mon toit

 La capitale de la Thaïlande s’est découvert une vocation céleste. Elle qui bruissait au raz de ses klongs, donne désormais ses rendez-vous sur ses toits aménagés en bars et restaurants. Grand spectacle assuré.

 

Turbulente, hyper-active, toujours en mouvement. Bangkok est une ville, une vraie. Un agglomérat de quartiers qui ne cessent de s’étaler en attirant plus de 8 millions d’habitants. Tous gardent le sourire, celui qu’inspire le Bouddha, référence absolue du pays. Jusqu’à récemment, le visiteur plongeait dans cette bouilloire œil rond, camescope en bandoulière, pour en admirer les turbulences, autant d’enchantements.

La découverte se faisait alors à hauteur de trottoirs bondés entre étals de vendeurs, cuisine de rue et foule pressée. Ou bien en navigant sur les klongs, les canaux de Bangkok, à bord des barcasses « longue queues », des barques équipés d’un moteur avec arbre d’hélice démesuré afin de fendre sans souci les tapis de jacinthes d’eau qui flottent sur la Chao Phraya et ses innombrables petits bras glissés dans les quartiers. Des ruelles aquatiques bordées de masures de bois sur pilotis, un temple, une épicerie flottante, l’atelier d’un menuisier, une cuisinière touillant son wok avant de servir les passagers d’un bateau-taxi, une station-service amarrée à un ponton brinquebalant… Un régal de voyageur.

Sala Rattanakosin

Depuis quelques années, Bangkok a sérieusement pris de la hauteur. Suivant la mode qui souffle sur la plupart des villes du monde, la voici qui s’enchante à son tour de ses toits et terrasses, prière de dire rooftops. Constatant le joli nombre d’immeubles modernes qui piquaient son ciel souvent menaçant, la reine du royaume de Siam est vite devenue championne des bars et restaurants culminant quelques centaines de mètres au-dessus des affaires ordinaires. Vue grand écran bluffante et sentiment d’intégrer la caste grand chic grand genre de la société thaï.

Bangkok compte actuellement une bonne vingtaine de ces rendez-vous pour happy few. Ambiance élégante, tarifs trop élevés pour le petit peuple d’en bas (compter 5 à 7 euros la bière, doubler pour un cocktail, tripler en cas d’envie de champagne), bande son digne de Manhattan, souvent un DJ est aux platines, parfois la piscine contribue à l’animation en attirant belles en bikini fluo. Pour le reste, il suffit d’admirer l’océan de lumières qui déferle au pied des heureux élus pour se sentir un peu maître du monde, en espérant toutefois que la météo reste clémente. Comme beaucoup de ces lieux sont installés aux derniers étages de grands hôtels, le restaurant jouxte le bar, histoire de prolonger la conversation. Compter alors une quarantaine d’euros, un prix céleste au regard des critères appliqués au niveau des trottoirs.

Parmi les rooftops d’hôtels les mieux fréquentés, voici celui du Lebua, 63 étages au-dessus de la Chao Phraya (Silom road), le fleuve dont l’animation ne lasse jamais. Quelques scènes du film Very bad trip avec Bradley Cooper ont été tournées ici, c’est dire. Le sommet de la State Tower se distingue par une sorte de kiosque avec coupole dorée qui lui donne fière allure, tout comme son comptoir circulaire aux parois éclairées. Dans un recoin a été installé un bar à whiskies.

Frank Heuer - REA

Autre hôtel bien doté, le Banyan Tree (South Satorn Road) dont le bar Vertigo du 61ème étage occupe trois niveaux, bar et restaurant compris. Vue grandiose à 360°, le parc Lumpini est juste en dessous. Troisième adresse indispensable parce qu’un certain esprit de France y veille, la terrasse du Sofitel So, un des plus beaux hôtels de Bangkok (North Satorn Road). Sa décoration intérieure signée Christian Lacroix mérite à elle seul le coup d’œil. Ensuite, pousser jusqu’au 10ème étage, celui de la piscine (musique diffusée sous l’eau !), bordée par un bar qui fait fureur chaque fin de semaine. Vue moins spectaculaire qu’ailleurs mais ambiance assurée par le monde de la mode qui aime s’y retrouver. Le dernier samedi du mois, DJ aux platines et code blanc de rigueur. So classe.

Direction aussi l’hôtel Marriott (Sukhumvit Soi), appuyer sur le bouton 45ème étage. Un bar, Octave, un restaurant gastronomique, vue grandiose sur la ville accompagnée par un DJ au troisième et dernier niveau. Romantique à souhait puisqu’une piste de danse est aménagée sous les étoiles. Puisque l’excellent Cloud 47, trois étages festifs au sommet de la tour de bureaux United Center Offices (Silom Road), bar à cocktails, restaurant et même une salle de concerts vient de fermer ses portes, alors, cap sur le Hilton Millenium de Charoennakorn Road et son Three Sixty Lounge, le bar avec donc vue à 360°. Au 31ème étage de la tour, il brille par ses concerts de jazz et présente l’avantage d’une partie couverte joliment vitrée. Les soirs d’averse tropicale, le spectacle est encore plus beau.

 

Par

JEAN-PIERRE CHANIAL

Automne-Hiver

Vacance N°8

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.