Maroc

Médinas du Nord du Maroc

Médinas du Nord du Maroc

Andalouses et africaines, berbères et arabes, les médinas du nord du Maroc nous charment et nous ensorcellent. D’une médina à l’autre, de palais en medersas, on se perd dans les ruelles où passé et présent s’entremêlent.

 

Fès

Fès – émerveillement toujours renouvelé à se perdre dans ses ruelles, à parcourir les fontaines, palais, medersas et jardins, enivrés par la beauté des zelliges et des marbres sculptés. On quitte la ville tôt le matin, et, un café sur la route, petit déjeuner de roi : café noir et harcha, galette de semoule de maïs – inoubliable souvenir. Une halte au marché, aubergines, tomates, coriandre et menthe, on grimpe jusqu’à la maison de Fatima, entre aloès et oliviers. Un thé à la menthe, et une grande marche à flanc de colline – sources naturelles et pressoir à olives. Au retour de balade, on s’attable autour d’un tajine à l’agneau préparé par Fatima.

Mosquée Karaouiyne

Tuul et Bruno Morandi

 

Meknès

« Des rosaces, des étoiles, des emmêlements sans fin de lignes brisées, des combinaisons géométriques inimaginables qui témoignent toujours du goût le plus exercé et le plus original ont été accumulés là (…) l’illusion d’une étoffe brochée, chatoyante, miroitante, sans prix, qu’on aurait tendue sur des vieilles pierres », Pierre Loti s’émerveille en découvrant Bab El-Mansour, chef d’œuvre arabo-andalou – Meknès, c’est « la ville des portes », Bab Berdaine, Bab El-Khemis, elles viennent briser la monotonie massive des quarante kilomètres de remparts qui entourent la vieille ville. On passe Bab El-Errih, et la ville dévoile ses palais, ses jardins d’agrément, ses mosquées et medersas – et place El-Hedime, à la tombée du jour, étals d’olives, de dattes et d’épices, bateleurs et cracheurs de feu.

Meknès

Wafa Laksiri 

 

Chefchaouen

Route de montagne, paysages blonds du Rif, et au détour d’un virage, Chefchaouen, village posé au dessus des nuages, toutes tonalités de bleus déclinées. Une rivière, les femmes y lavent les tapis, les marchands y gardent au frais leurs bouteilles de soda. Maisons blanches et bleues aux toits de tuiles, ruelles sinueuses et pentues, ciel bleu azur, les gamins courent dans les ruelles. On déjeune sur le pouce d’une assiette de b’bouch achetée à un marchand ambulant – escargots mijotés dans une énorme marmite, bouillon d’épices, anis vert, réglisse, écorce d’orange amère et gomme arabique. 

Medina de Chefchaouen

Tuul et Bruno Morandi

 

Tétouan

Tétouan, la plus petite des médinas du Maroc, entre Rif et Méditerranée – l’Espagne est toute proche. Ses grandes demeures des anciens Maures andalous, et sous ses arches blanches, des bougainvilliers. Face à la porte Bab El-Okba, les artisans travaillent le cuir et la laine, le bois et l’argile, le cuivre et l’argent. Nonchalance d’une ville andalouse – elle ne s’anime tout à fait qu’en fin d’après-midi, paseo boulevard Mohamed V– manzanilla et anisette à la terrasse des cafés, où l’on parle arabe et espagnol à l’ombre des platanes.

Femmes qui font le ménage à Tetouan

Tuul et Bruno Morandi

 

Photographie de couverture

THOMAS KIEROK/LAIF-REA

Automne-Hiver

Vacance N°8

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.