Idées voyage

Sicile VS Ibiza : le match en 10 rounds

Sicile VS Ibiza : le match en 10 rounds

Les îles ont la cote. Principalement celles de la Méditerranée lorsque pointent les beaux jours. Entre autre alternative, opter pour les saveurs italiennes à moins de jouer la fantaisie espagnole. D’un côté, la Sicile (25 711 km² et 5 millions d’habitants) dominée par l’Etna, riche de centaines de villages restés dans leur simplicité, d’autant de trésors historiques et de criques désertes, de l’autre, Ibiza (571 km² et 135 000 habitants), à la fois star hippie chic et paysanne planquée sous les oliviers, fan de marchés colorés, de fêtes grandioses et de fincas perdues. Avanti ou vamos ?

 

1

Quand on arrive en ville

La desserte aérienne de l’une comme de l’autre est assurée quotidiennement au départ de France par les compagnies aériennes régulières. Il faut prévoir une escale à Rome ou à Milan pour gagner la Sicile, mais avec l’avantage de pouvoir atterrir  à Palerme ou bien à Catane.

Ibiza en revanche est chaque jour reliée directement à plusieurs villes de France par au moins deux compagnies. Durant deux mois d’hiver, l’escale à Barcelone ou Madrid est imposée. Noter qu’à la belle saison, les deux îles bénéficient de services charters. Les liaisons maritimes enfin sont nombreuses et quotidiennes depuis Naples pour la Sicile, au départ de Barcelone pour Ibiza.

Verdict : avantage Ibiza.

Femme qui vend des légumes

Vincent Mercier

 

2

Premier coup d’œil

Débarquer en Sicile, c’est aussitôt plonger dans une ambiance méditerranéenne faite de soleil, de pierres séculaires, de senteurs citronnées et de silences entendus.

Ibiza accueille ses passagers via une vaste zone commerciale dont les affiches géantes annoncent le DJ qui va animer la prochaine soirée d’un club célèbre dans le monde entier. Le dance floor impose clairement sa loi.

Verdict : avantage Sicile.

Joli paysage de sicile

Nuria Val/Coke Bartrina

 

3

Dans de beaux draps

Palace, boutique-hôtel, club de vacances, location, hébergement dans une ferme ou dans une maison d’hôtes, pas de problème, il suffit en Sicile comme à Ibiza de choisir son style et son budget pour trouver un toit à son envie. La seule contrainte est celle des disponibilités durant juillet et août. Il est donc impératif de faire sa réservation le plus tôt possible. Par ailleurs, retenir que les tarifs s’envolent à l’occasion des vacances scolaires et sont au plus haut durant tout l’été. Juin et septembre sont donc les bonnes périodes pour bénéficier des meilleurs plans.

Verdict : égalité.

Chambre avec vue à Ibiza

Nobu Hotel Ibiza Bay

 

4

Et on mange quoi ?

Voilà au moins une question sur laquelle les deux îles enchantent leurs visiteurs, même si leurs tables jouent sur deux registres différents. La Sicile déploie tous les charmes de la gastronomie italienne version pizza (la plus emblématique des préparations italiennes a été inventée juste en face, à Naples), pâtes, poissons et fruits de mer. Mélanger l’ensemble, dopé par une solide tradition de mamas aux fourneaux, pour obtenir une cuisine de village à tomber. Elle est en outre servie en toute simplicité dans le bistro à côté de l’église. A savourer après un antipasti des familles et ne pas oublier d’arroser d’huile d’olive locale puis de trinquer avec un solide verre de rouge sicilien ! Le principe est à peu près identique à Ibiza sauf que les tapas, les magnifiques jambons séchés (à couper très fin) et toutes les préparations à base de porc entrent dans la danse avec brio. Poissons et fruits de mer, évidemment, légumes du jardin et huile d’olive produite sur place, bien entendu, verre de rioja, cela va de soi, plaisir ici aussi d’une terrasse à l’ombre des pins ou comptoir sans façon donnant sur la place de l’église. Noter que les principales villes de Sicile et plus encore Elvissa, capitale d’Ibiza, comptent une multitude de restaurants au style et à la déco du jour, tarifs compris, ainsi qu’une poignée de tables gastronomiques.

Verdict : égalité.

Plats italiens

Nuria Val/Coke Bartrina

 

5

Savantes visites

En Méditerranée, l’histoire est gravée dans la pierre. Les musées sont à ciel ouvert et se découvrent œil rond devant les millénaires qui ont défilé ici comme là-bas. Ibiza compte toutefois peu de vestiges. Le principal, les remparts d’Elvissa, ont quand même été construits à partir de 1555 sur ordre de Charles Quint lui-même et sont classés par l’Unesco. Ils enferment la vieille-ville, un bijou. A l’intérieur, les édifices racontent la venue des Phéniciens, des Romains, des Arabes sous forme de statues, de porches, d’édifices religieux (ne pas manquer la cathédrale), de cloîtres, sans oublier les pavés, luisants d’avoir été si souvent foulés. Parce qu’elle est cinquante fois plus vaste et que nombre de grandes villes y ont poussé, la Sicile affiche un palmarès culturel plus flatteur. Outre ses innombrables églises, des centaines, ne pas manquer la chapelle palatine de Palerme, pas plus que les mosaïques de la Martorana ainsi que celles de la cathédrale de Monreale, encore moins les colonnes des temples grecs d’Agrigente, les villas romaines magnifiquement conservées (Casale), les villages au look de Moyen-Âge (Randazzo), sans parler des musées de Palerme ou de Catane… Pour un peu, on réclamerait une pause sur la plage !

Verdict : avantage Sicile.

Teatro Massimo Vittorio Emanuele

Teatro Massimo Vittorio Emanuele par Dagmar Schwelle/LAIF-REA 

 

6

L’heure de l’after

De ses traditions campagnardes, la Sicile hérite de soirées tranquilles. Ici, le vrai plaisir consiste à savourer la douceur de la nuit autour d’une table réunissant quelques amis, des voisins, des copains, avec un pichet de vin sicilien à la main. Seuls les hôtels de bord de plage se risquent à proposer soirées musicales animées, ainsi qu’une poignée de clubs ouverts dans les stations balnéaires. Rien à voir avec ce qui fait la gloire estivale d’Ibiza où une dizaine d’enseignes (Pacha, Amnesia, etc.) rassemblent chaque soir plusieurs milliers d’adeptes devant les meilleurs DJ de la planète. David Guetta reste la star incontestée des lieux. Par ailleurs, de très nombreuses soirées plus discrètes, sur une plage, dans une finca (les fermes locales) sur une place de village…, sont régulièrement improvisées. Qui en entend parler (flyer ou bouche à oreille) est convié ! Alcool, fumette, rails et petites arnaques sont forcément de la partie. Mais ambiance de folie et tenues invraisemblables vivement suggérées. Voilà qui promet des souvenirs pour la vie. Savoir quand même que les petits villages du centre de l’île (Santa Gertrudis, Sant Joan, Sant Miguel, Sant Carles, etc.) restent totalement à l’écart de ces délires nocturnes.

Verdict : avantage Ibiza.

Ambiance nocturne

Vincent Leroux

 

7

Une île, des gens

Sicile et Ibiza partagent un trait commun : la lenteur de la circulation automobile sur leur réseau secondaire. La première dispose d’autoroutes, en particulier entre Catane et Messine, pas la seconde, sauf quelques kilomètres entre Elvissa et San Antonio. Pour le reste, routes aussi étroites que charmantes, bordées d’oliviers ou d’arbres fruitiers, signalisation aléatoire, klaxon omniprésent et tempérament no stress, sauf en ville. Pour ce qui est de la population, là encore chacune son style, mais identité d’amabilité et de bienveillance. Ne surtout pas manquer les marchés des villages de l’intérieur. Ils offrent la meilleure peinture sociale qu’on puisse imaginer, cocktail fort et tout sourire de producteurs attentifs à la qualité de leurs étals, de ménagères à panier, de résidents un peu baba qui tentent de s’inventer une nouvelle vie sous le soleil, de vacanciers en quête d’authenticité (ils la trouvent) et de vidéos façon « on y était ». Contact facile, même si les Siciliens se montrent plus réservés que les Ibizencos, sincérité de mise et main toujours tendue.

Verdict : égalité.   

Femme qui rit

Vincent Leroux

 

8

L’addition, s’il vous plaît !

Les deux îles ayant développé une politique touristique à succès, il convient de distinguer. Entre printemps et été d’abord puisque les tarifs des vols comme celui des hébergements varient du simple au double quand on les compare à la basse-saison. Distinguer ensuite entre les stations balnéaires et les villes (Palerme, Taormina, Catane, Syracuse, Marsala, etc. d’un côté, Elvissa et San Antonio de l’autre), où hôtels, restaurants et boutiques optent pour un format international, services, cartes, décoration, griffes, design… avec les discrets villages de l’intérieur. Dans les premières, les prix s’ajustent grosso modo à ceux qu’on trouve partout ailleurs. Ou presque, car restaurants et bars sont effectivement 20 à 30% moins onéreux que les nôtres. Une exception à relever : l’entrée dans les clubs géants d’Ibiza où la soirée revient au minimum à 50 euros, le double souvent. En revanche, au centre des terres, le bonheur est dans l’addition ! Dans n’importe quel village, le bistrot face à l’église assure le repas pour moins d’une dizaine d’euros et c’est un régal. Noter enfin que pratiquement toutes les plages d’Ibiza sont équipées avec transats et parasols payants (mais pas obligatoires) contrairement à celles de Sicile lorsqu’elles sont à l’écart des stations les plus courues.

Verdict : avantage Sicile.

Glacier en Italie

stock.adobe.com

 

9

Rayon insolite

Difficile de séjourner en Sicile sans tourner le regard vers Sa Majesté l’Etna. Du haut de ses 3 350 mètres d’altitude, il domine tout. Depuis toujours, il ne se contente pas d’attirer les regards, il invente les légendes du pays, contribue à installer les dieux et les esprits tout en enchantant poètes et littérateurs. Mais attention, il vit, vibre et crache encore. Son ascension est possible, magnifique en outre, les chemins de randonnée se glissant sous les orangers et les fameux citronniers de Sicile, avant de tracer dans l’univers noir de cendres et de lave figée, balayé par des écharpes de fumerolles. Magnifique. Au-delà de 3 000 mètres, et si l’Etna n’est pas en effervescence, la présence d’un guide vulcanologue officiel est obligatoire (une centaine d’euros par personne) pour approcher la gueule du monstre qui gronde et bouillonne. Moment exceptionnel garanti. Changement de style à Ibiza où la nature reste parfaitement sage. Alors, recommandons deux haltes shopping réjouissantes. Elles visent deux boutiques installées le long de la route qui conduit d’Elvissa jusqu’à Santa Gertrudis de Fruitera. Sur la droite, Sluiz, vaste entrepôt signalé par un troupeau de vaches peintes en bleu et blanc. Voici, pour les amateurs de décoration, de vêtements, de mobilier ou d’objets magnifiques mais totalement inutiles, une sorte de paradis des émerveillements et des cadeaux qui enchanteront à coup sûr. Miracle, les tarifs restent relativement sages. Sur la même route mais à gauche, se trouve Pink Elephant, une ancienne finca dont les pièces miniatures ont été superbement aménagées pour abriter des pièces artisanales chinées avec goût dans toute l’Asie. Objets, sculptures, mobilier, peintures, vêtements, bijoux, enchantement pour le regard dans lequel brillent vite des pulsions d’envie. La maison est tenue par une Anglaise installée à Ibiza depuis plus de trente ans. Tarifs sérieux mais rarement indécents. 

Verdict : égalité.

Scooter italien

Tuul et Bruno Morandi

 

10

Environs

A priori, le séjour en Sicile se suffit à lui-même. L’île est vaste, suffisamment riche de trésors, nature, histoire, villages, criques et plages (hélas pas si nombreuses) que rien ne suggère d’aller voir ailleurs. Une proposition malgré tout : mettre le cap sur les îles Eoliennes voisines, sept perles qui servent de cachette estivale à la bonne société italienne. Des ferries fréquents relient ces beautés inchangées depuis Ulysse avec Palerme et Milazzo. Attention, la foule des visiteurs est dense durant tout l’été et les tarifs, même ceux des pizzas, s’envolent ! Repérer les maisons de stars et les visages connus constitue une activité prisée, entre deux spritz glacés servis en terrasse sur un air d’opéra. La version « île voisine d’Ibiza » s’appelle Formentera. Elle tient sa gloire des hippies qui en appréciaient l’éloignement de tout (pas d’accès aérien) dans les années 70. La carte postale a bien changé depuis, principalement durant l’été où la foule y est dense. Nombreuses liaisons chaque jour par ferry au départ des pontons d’Elvissa. Une fois arrivé, il faudra louer un vélo ou une voiture pour accéder aux immenses plages de l’île capables de faire oublier les criques plus modestes d’Ibiza. Dans les villages, ambiance « trop cool, la vie » soigneusement protégée.

Verdict : avantage Ibiza.

Plage de Formentera

Sergi Reboredo/ZUMA/REA

 

Par

JEAN-PIERRE CHANIAL

 

Photographie de couverture

VINCENT MERCIER & COKE BARTRINA

Nouvelle brochure

Voyageurs en France

Pourquoi la France ? Parce que l’Hexagone offre une immense diversité de terroirs et de savoir-faire. Ensuite, car l’approche que nous cultivons à travers le monde - lieux et adresses hors des radars, rencontres, personnalisation - nous semble être une façon évidente de voyager en France.