Dubaï & les Emirats

Les Emirats Arabes Unis faits de sable et d'or

Les Emirats Arabes Unis faits de sable et d'or

Les premiers pétrodollars avaient entraîné les Emiratis dans une débauche de kitsch et de grandiose. Leur échelle est redevenue humaine.  Adresses raffinées, galeries d’art, escapades dans le désert et séjours balnéaires : un nouvel art de vivre est né.

 

Le désert à perte de vue et la cime des buildings en fuite vers le ciel, le goût des limousines et l’amour des dromadaires, des « malls » climatisés et des souks en clair-obscur… Comme il est difficile de fixer une image nette des Emirats Arabes Unis.

 

Dubai

 

Dubaï qui, le premier, fit son coming out sur la scène internationale avait commencé à dessiner une image un peu clinquante de sa fulgurante bonne fortune. Le temps des hôtels à 7 étoiles pleins de dorures a fait long feu... La cité jaillie des sables du désert, autrefois entrelacs d’autoroutes ponctué de grues aux allures de BD fantastique, s’est polie et adoucie. Terrasses et rues piétonnes émaillent désormais une ville à taille humaine où l’on peut faire son jogging, du shopping et boire un verre ailleurs que sous un ciel artificiel.

Le soir, au pied de l’élégante tour oblongue qui héberge l’hôtel The Address, un modèle de raffiement, une joyeuse foule se presse désormais aux terrasses pour admirer le ballet des fontaines du Burj Khalifa.

The Address Downtown Dubai

The Address Downtown Dubai

Non seulement les galeries poussent comme des champignons, mais un courant alternatif pointe son nez, attirant les jeunes artistes dans de nouveaux quartiers underground comme celui d’Al Quoz. Un signe de vitalité !

Le charmant XVA Art Hôtel qui accueille ses hôtes dans une maison traditionnelle du quartier ancien de Bastakiya, tout en gérant une galerie d’art contemporain dans les Emirates Towers, est un parfait exemple du nouvel esprit de la ville.

XVA Art Hotel

XVA Art Hotel

 

Abu Dhabi

 

De toutes façons, un séjour dans les Emirats ne ressemble jamais au précédent... Tout change si vite. Abu Dhabi n’a pas traîné non plus à voguer toutes voiles dehors vers le futur. Tandis que Dubai a choisi d’être la vitrine de la modernité, sa discrète voisine a préféré opter pour un destin plus culturel, s’offrant la bagatelle d’un « Louvre des sables» et d’un « Guggenheim » sur  Saadiyat, future « île aux musées ». On pourra bientôt y faire le plein de beauté tout en goûtant les plaisirs balnéaires au bord d’eaux cristallines dans des resorts, à l’image du St Regis,  dont le confort discret a peu d’équivalents dans le monde.

The Saint Regis Saadiyat Island Resort

The Saint Regis Saadiyat Island Resort

Toujours sur la côte mais à l’extrême nord, côté frontière omanaise, Ras-al-Khaimah joue une autre carte. Loin des gratte-ciel et des marinas, au creux d’une nature sauvage et préservée, deux Banyan Tree ont vu le jour, l’un au bord de la plage dorée d’une péninsule privée, l’autre dans une éco-réserve de 100 hectares. Avec vue sur dunes, criques, ergs et lagons, leurs villas de style traditionnel, avec piscines privées, invitent à la paix et au repos avant de reprendre la route. Vers la ville oasis d’Al Aïn par exemple. Un bijou au milieu du désert, aux portes d’un site archéologique. Pour grignoter quelques dattes, faire monter les enchères au marché aux dromadaires et les paris au « camelodrome », s’enivrer du chant des oiseaux dans la palmeraie ou se balader dans un hallucinant jardin public planté de pétunias… Un autre visage des Emirats, une autre facette de cette Arabie en mouvement, qui ne mérite plus seulement une escale. Elle mérite un vrai voyage.

 

 

Photographie de couverture

Thomas Linkel/LAIF-REA


Automne-Hiver

Vacance N°8

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.