Croatie

A vivre en Croatie avant qu’il ne soit trop tard

A vivre en Croatie avant qu’il ne soit trop tard

Une histoire riche qui a laissé des traces, un emplacement idéal au bord de la mer adriatique, avec le climat qui va avec, des kilomètres de littoral au bord d'une mer cristalline, la Croatie cumule les arguments pour attirer voyageurs et vacanciers... qui ne s'y trompent pas, investissent le pays depuis l'indépendance. Alors, vite, profitez donc de sa beauté avant qu'il ne soit trop tard.

 

1

Être seul sur la plage pour le retour des pêcheurs

Certains lieux du littoral sont investis par de grands ensembles hôteliers. Mais pas tous encore ! Parfois à quelques kilomètres seulement des plages surpeuplées, on peut encore trouver une crique à l'ancienne, avec juste un petit hôtel, dans un village de pêcheurs. Pour quelques jours ou toute la semaine, posons-nous y et rechargeons nos batteries. On vivra au rythme ancestral du village, en piquant de temps en temps une tête dans l'eau cristalline de la mer adriatique.

retour des pêcheurs

2

Aller tranquille d'île en île

L'alternative est de prendre la mer. Avec plus de 1200 îles, nombre d'entre elles sont préservées, encore entièrement sauvages. On prendra le bateau, on passera au large de celles où il est déjà trop tard, et on pourra poser l'ancre, pour quelques heures ou quelques jours, ici, sur la plage déserte d'un îlot, le temps d'un pique-nique, d'une bronzette ou d'un plouf, ou souvent des trois à la fois, là, sur l'île de Saint-Clément dans l'archipel des Pakléni, une petite île sans voitures où se niche une guest-house de luxe en dehors du temps. 

Bateau sur la mer

3

Voir une grande nacre s'entrouvrir

Fichée bien droite dans le sol, elle assume sa couleur rouge rayonnant et sa taille de géant – le coquillage, l'un des plus grand du monde, peut dépasser 1 mètre de long. Elle était naguère abondante partout dans l'Adriatique et la Méditerranée. Décimée par la pollution, le chalutage, les ancrages et la pêche par les plongeurs, elle se fait maintenant très rare. Mettez votre masque et votre tuba, et partez à leur recherche dans le parc national Kornati.

4

Prendre le vert dans les montagnes

De la Croatie centrale et du Nord. Cette région loin du littoral reste pour l'instant à l'écart des grandes concentrations touristiques. Et pourtant... Rien que pour son ambiance, l'endroit vaut le déplacement : on est bien, là-bas. Une sérénité qui s'explique peut être par les mille nuances de vert de la végétation des montagnes, la taille humaine des bourgs et des villages, le rythme de vie de ses habitants, et qui nous contamine, instantanément. Les vallées marécageuses du sud de Zagreb,  les maisons de bois de la région de Lonjsko Polje, la ville baroque de Varazdin, sont autant de raisons de tourner un peu le dos à la mer.  

Montagnes croates

5

Voir la neige dans les Ponikvas

dans le Parc National de Risnjak. Le réchauffement climatique se ferait-il sentir plus fortement sur les sommets des montagnes qu'à des altitudes plus basses ? Là où, dans le creux des montagnes, les fameuses Ponikvas, la neige d'hiver demeure, elle a totalement disparu des sommets. Rien à voir avec le réchauffement climatique : ce phénomène est dû à un micro-climat, une drôle d'inversion des règles, qui fait que la température est bizarrement plus froide à des altitudes plus basse. Là où le réchauffement joue, c'est que haute ou basse, la neige se fait moins présente. Plus difficiles à voir, le parc est l'un des derniers sanctuaires où vivent l'ours, le lynx et le loup.

ponikvas

Source : Instagram

Automne-Hiver

Vacance N°8

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.