Finlande

A vivre en Finlande avant qu'il ne soit trop tard

A vivre en Finlande avant qu'il ne soit trop tard

Comme ailleurs, la mondialisation fait son œuvre. Les Samis, le plus grand peuple autochtone d'Europe, en font les frais sur certains pans de leur culture. Plus qu'ailleurs, la Finlande – et le nord du pays en particulier – subit de plein fouet les conséquences du réchauffement climatique. 5 expériences à vivre en Finlande avant qu'il ne soit trop tard.

 

1

Le son de la langue same d'Inari

La commune d'Hinari est immense. La plus grande de la Finlande, aussi vaste qu'un pays comme l'Israël ou le Koweït. Grande, mais sauvage – des paysages râpés qui alternent avec de grandes forêts, ceux du Parc national Urho Kaleva Kekkonen ou du parc national de Lemmenjoki, qui abritent des gloutons, des ours et des élans, mais peu d'êtres humains. 6000 à peine, parmi lesquels un tiers sont samis. Et seulement 300 à maîtriser la langue originelle du coin, le same d'Hinari, classé sur la liste des langues en danger par l'UNESCO. En same d'Hinari, la fin, ça se dit loppâ.

Jérôme Galland

2

L'élevage traditionnel des rennes

Les rennes font partie du paysage lapon depuis toujours. Les rennes sauvages ont disparu, mais l'économie traditionnelle a continué de se construire autour des de ces troupeaux, semi-sauvages, qu'accompagnaient les Samis nomades. Les rennes, ils mangent du lichen, quasiment en mono-diète. En hiver, pour le trouver, ils creusent la neige de leurs sabots, et grignotent leur nourriture du bout des dents. Aujourd'hui, la neige arrive plus tard, et repart bien plus tôt. Entre les deux, des pluies verglaçantes, qui emprisonnent le lichen sous une pellicule de glace. Les rennes ne peuvent plus le brouter. Par ailleurs, le lichen, particulièrement sensible aux variations climatiques, est lui-même en danger : une espèce a déjà disparu, et une vingtaine d'autres sont en danger. Le renne devra manger du foin, il deviendra domestique comme une vache, tout changera, de son goût aux paysages du nord de la Finlande.

Rolf Aasa

3

La pêche sur les lacs gelés

A l'échelle planétaire, le réchauffement climatique atteint 0,8 degrés depuis 100 ans. En Finlande, c'est le double. Et c'est une moyenne. Plus on monte vers le nord, plus le réchauffement est important. Sur les lacs du nord du Pays, là où la glace arrivait dès la mi-octobre, on peut aujourd'hui encore pêcher en eau libre au début du mois de décembre. Et pour pêcher sur les lacs gelés, il faut que la couche soit bien épaisse, bien solide. Qu'elle résiste de façon sûre, et au poids des pêcheurs, et à tout le matériel qui les accompagne. La saison de la pêche blanche se réduit comme peau de chagrin.

Fotolia

4

Les phoques annelés du Saaima

Il n'y a que trois espèces de phoques d'eau douce. Le phoque annelé du Saaima est l'un d'entre eux. Il ne vit qu'ici, dans le cadre somptueux du plus grand lac de Finlande. Mais, menacés par le réchauffement climatique et par la consanguinité, ils ne sont aujourd'hui plus que 300. Les bébés phoques naissent en effet au cœur de l'hiver, dans des nids protégés par une couche de neige... qui se fait de plus en plus mince. Les petits meurent prématurément, et ceux qui en réchappent se font prendre dans les filets des pêcheurs ou sont victimes de l'écologie modifiée par l'urbanisation des lieux – résidences secondaires de lue, résidences hôtelières.

Vastavalo

5

Le lancer de téléphone portable 

C'est au pays de Nokia que le championnat du monde de lancer de téléphone portable a vu le jour. La discipline semble avoir du plomb dans l'aile, le dernier record en date  (un impressionnant lancer de 101,46 mètres, datant de 2012) n'ayant toujours pas été homologué.  Si le championnat ne refait pas surface, on se consolera en assistant au championnat du monde de porter de femme  - conséquence, paraît-il, au vol d'une femme par un célibataire du village de Sonkajärvi, où se déroule aujourd'hui le championnat. Les féministes préféreront le championnat du monde d'écrasement de moustiques, une compétition également écolo puisque nul produit ni accessoire n'est utilisé. Les jaïns, dont la philosophie  réprouve ces meurtres de moustiques, assisteront aux championnat du monde de guitare imaginaire. Malgré leur indiscutable intérêt, ces événements n'ont pas toujours longue vie.  Il n'empêche : si vous vous trouvez dans le coin lorsque l'un d'eux s'y déroule, foncez ! L'ambiance y est réjouissante !

Automne-Hiver

Vacance N°8

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.