Idées voyage

Prague vs Budapest : le match en 10 rounds

Prague vs Budapest : le match en 10 rounds

Prague (République tchèque) et Budapest (Hongrie) se sont durablement installées sur le podium des escapades dernier cri. Les deux belles chargées d’histoire forment un juste contrepoids aux sur-fréquentées Barcelone, Venise ou Lisbonne. L’Europe centrale tient sa victoire en conjuguant décor d’empire avec audace créative. Etonnant, flamboyant, réjouissant. Oui, mais laquelle choisir ? Prague ou Budapest ? Le match en dix rounds.

1

Ciel, rail et route

Plusieurs vols quotidiens assurés par Air France relient Paris à Prague (à peine deux heures) ainsi qu’à Budapest (un peu plus de deux heures). Les compagnies low-cost assurent également ces dessertes, y compris depuis les régions françaises. Globalement, Prague bénéficie du plus grand nombre de liaisons.

Les comptables de leur CO² peuvent prendre le train pour Prague. Hélas, pas de direct, changement obligatoire en Allemagne. Compter une quinzaine d’heures de voyage. Pour Budapest, étape obligée à Munich (Allemagne) ou Vienne (Autriche) et environ vingt heures de patience.

Par la route enfin, Prague est à 1 000 kilomètres de Paris comme de Lyon. Budapest se situe à 1 500 kilomètres de Paris et à 1 400 de Lyon. Dans tous les cas, l’autoroute file sans discontinuer. Bonne nouvelle, en Allemagne, elle est gratuite et n’impose aucune limitation de vitesse.

Passeport en cours de validité ou carte nationale d’identité suffisent aux Français pour entrer dans l’un ou l’autre pays.

Verdict : avantage Prague

Église de Notre-Dame du Týn

Prague - Bjoern Steinz/PANOS-REA

2

Première impression

Pas de décalage horaire, un téléphone mobile qui fonctionne comme à la maison et une carte de crédit aussitôt opérationnelle en boutique comme sur les distributeurs d’argent, voilà qui facilite l’arrivée dans l’une ou l’autre capitale. L’aéroport Vaclav Havel de Prague est à 15 kilomètres du centre-ville (attention, les taxis ont très mauvaise réputation, exiger le compteur, compter 20 minutes et 20 euros). Celui de Budapest, Ferenc Liszt, se trouve à une vingtaine de kilomètres. Le compteur du taxi indiquera un peu plus de 20 euros pour 30 minutes de course. Inutile d’insister, parler tchèque ou magyar n’est guère envisageable le temps d’une escapade, il faudra donc trouver des interlocuteurs qui parlent l’anglais ou l’allemand, ce qui, heureusement, est fréquent. Prague compte 1,3 million d’habitants, Budapest, 1,8 million. Pause. Il est temps de regarder, d’admirer deux villes à l’histoire grandiose. Prague, construite sur les rives de la Vltava, brille depuis plus de six siècles, autant pour son architecture, elle est la « ville aux cent clochers », que côté romantisme. Capitale de la Bohème, elle voue un culte éternel à la musique classique. Elle conduisit également la Révolution de velours (1989) qui la libéra du communisme et ne résiste jamais au plaisir d’une promenade main dans la main le long des quais, à l’abri des parcs que fleurit le printemps ou sur les pavés qui font le charme des ruelles de la vieille-ville.

Budapest joue sur un registre comparable. Le fleuve ici s’appelle le Danube, excusez du peu. Il sépare les quartiers de Buda et de Pest qui éclairent le pays depuis mille ans, avec une brillante architecture, églises, ponts (on en compte neuf jetés sur le Danube), châteaux, palais… La visite de Budapest sera forcément savante. Elle se révélera tout autant ludique puisque Budapest tient son charme de ses parcs ainsi que des vertus de ses eaux thermales, les sources chaudes y étant nombreuses. Enfin, depuis 1989 et le retour à la démocratie, souffle sur la ville une créativité folle. Illustration avec le plus grand concert d’Europe (rock, pop, électronique), le Sziget Festival, 18 scènes en folie chaque été. Suivent une Love parade colorée ainsi qu’un rendez-vous métal qui fait référence. Dans les deux villes, effet waou assuré ! Bonne nouvelle, l’une comme l’autre se visite essentiellement à pied !

Verdict : avantage Budapest

 

Danube Budapest

Budapest - Getty Images/Ingram Publishing

3

Dans de beaux draps

De la chambre chez l’habitant au palace cinq fois étoilé, Prague comme Budapest offre l’éventail complet des hébergements. A des tarifs à peine inférieurs à ceux pratiqués en France. Plusieurs établissements sont installés dans des palais historiques. Pour l’agrément du séjour, privilégier les hôtels du centre-ville, si possible avec vue sur le fleuve.

Verdict : égalité

Café de Prague

Prague - Nikada/Getty Images/iStockphoto

4

Qu’est-ce qu’on mange ?

Amateurs de gastronomie raffinée, passez votre chemin. Ici, on mange par faim plus que par plaisir. Du coup, on compte trois restaurants dotés d’un macaron Michelin à Prague et six étoilés à Budapest. Le score est modeste. Il est vrai qu’une cuisine à base de porc, de bœuf ou de poulet, souvent trop cuits, accompagnés de patates sans fantaisie… Budapest relève un peu le niveau avec le goulasch (bœuf rissolé avec légumes), la fierté nationale (comme le paprika), ainsi que le foie gras, la Hongrie étant devenue concurrente de la France sur les élevages d’oies et de canard. Le rayon boisson fait meilleure figure. La République tchèque est en effet le royaume de la bière (pivo). Il s’en boit plus ici qu’en Allemagne, c’est dire, et les restaurants la facturent souvent moins chère que l’eau minérale… Servie en demi-litre, elle balaye tous les registres, de la quasi-blanche à la brune noir d’encre. Attention : la loi locale fixe à 0° d’alcool le droit de prendre le volant. A Budapest, la bière est en concurrence avec le vin. La Bulgarie produit un nectar, le tokaj, un blanc souvent liquoreux, comme nos sauternes, hélas très cher. D’autres vignobles livrent des blancs et des rouges plus qu’honorables. Les tarifs sont comparables à ceux des vins français.

Verdict : avantage Budapest

Restaurant Prague

Prague - Dagmar Schwelle/LAIF-REA

5

Mobilités urbaines

Le débat a fait rage. Finalement, Prague n’a que timidement opté pour les vélos en libre-service, ils sont roses. Mais hélas, les deux roues sont interdits dans l’hyper-centre, entre 10 heures et 17 heures. Ce qui n’empêche pas de louer une bicyclette (près de 20 euros la journée) ou une trottinette pour se rendre dans les autres quartiers de la ville. Par ailleurs, le métro, moderne et propre, et ses trois lignes, ainsi que les tramways assurent une bonne couverture de la ville à tout petit prix.

Budapest vient d’opter pour Bubi, 1 500 vélos en libre-service, les 30 premières minutes sont gratuites, acceptés partout. Tramway et métro (quatre lignes) complètent le dispositif des transports locaux.

Enfin, ne pas oublier le bateau. Ils croisent façon bateau-mouche sur la Vltava (Prague) comme sur le Danube (Budapest) et sont à coup sûr, la manière la plus romantique de traverser la ville. Compter entre 10 et 40 euros selon les formules.

Verdict : avantage Budapest

Tramway Budapest

Budapest - LevT/stock.adobe.com

6

L’addition, s’il vous plait

En République tchèque, on paye en couronnes, la koruna. Il en faut 26 pour un euro. A Budapest, c’est le forint qui a cours et se change à raison de 333 pour un euro. Notons que la Hongrie comme la République tchèque sont parmi les 28 membres de l’Union européenne, ils font partie de l’Espace Shengen mais ont conservé leur devise nationale. Le coût de la vie locale est légèrement inférieur à celui des grandes métropoles françaises, sachant que les prestations touristiques locales, hôtel, restaurant, taxi, restent onéreuses.

Verdict : égalité

 

Serveur Budapest

Budapest - Dagmar Schwelle/LAIF-REA

7

Top, la visite !

A Prague, pas d’hésitation, direction la place de la vieille-ville, son cœur battant. Des terrasses bondées dès les premiers rayons de soleil, des façades grandioses, l’église Notre-Dame-de-Tyn ainsi que plusieurs autres, la mairie avec sa tour carrée… Toute l’histoire de Prague, du Moyen-Âge à nos jours (Vaclav Havel y annonça la démocratie), est réunie ici, dans un décor exceptionnel, unique au monde. A coup sûr, selfie devant l’horloge astronomique, un bijou du XVème siècle. Elle sonne chaque heure avec présentation des douze apôtres, illustrant aussi les signes du zodiaque sans oublier la position du soleil et de la lune, pas plus que de curieuses représentations des péchés capitaux. Le mécanisme fonctionne depuis cinq siècles, hypnotique, magique. Puis, hommage au 70 000 Juifs déportés par les Nazis. Le cimetière est le plus poignant des témoignages, vaste champ de stèles fichées entre les arbres, à jamais gardiens de mémoire. Il se dit que le site compte plus de 12 000 sépultures. Autre merveille de Prague, ses ponts. S’il faut n’en choisir qu’un, opter pour le pont Charles, le premier de tous, jeté en 1357 ! L’ouvrage, plus de 500 mètres de long et 10 de large, est souligné de statues ainsi que par deux tours à ses extrémités. Grandiose. Reste encore mille églises, autant de palais devenus musées, celui dédié à Kafka, par exemple, des placettes d’un romantisme fou, le château royal, emblématique édifice qui se reflète dans le fleuve au niveau du pont Charles… De quoi alimenter trois ou quatre jours de visites assidues. Notre sélection des plus beaux bâtiments de Prague.

A Budapest, on a vite fait d’opter pour des quartiers qui ressemblent à des villages blottis autour de leur église, rues pavées, boutiques de porcelaines ou de dentelles et restaurants de famille. Intimiste à souhait. Ce qui n’empêche pas de pousser les portes du Musée national qui présente un superbe panorama artistique et historique de la ville et du pays. Faire de même au château, en l’église Mathias avec son toit de tuiles vernissées et au parlement. Admirer les architectures et découvrir que Budapest offre un ravissement permanent à qui se contente de regarder ses innombrables façades séculaires. Traverser le pont des Chaînes, 380 m de longueur, le premier lancé en 1849 sur le Danube. Il est gardé par deux lions qui en imposent. Enfin, céder à l’appel des bains, une spécialité de la capitale. On en compte une bonne dizaine qui offrent le plaisir de barboter dans une eau à la douceur d’un lagon tropical ainsi que celui de soins thermaux à la carte.

Verdict : avantage Prague

Place de l'horloge Prague

Prague - Kamisoka/Getty Images/iStockphoto

8

Rayon shopping

La République tchèque présente l’originalité d’exploiter quelques mines de grenat, une pierre semi-précieuse. Bagues, bracelets, colliers… Offrir sans modération. Les mêmes boutiques brillent encore avec des objets en cristal de Bohème, la belle région tchèque dont Prague est le centre. Autre spécialité de la ville, les marionnettes. Elles représentent des personnages de théâtre ou des figures traditionnelles. Original et pas cher. Ne pas hésiter à fréquenter le marché qui se tient quotidiennement sur la place de la République. Ainsi que le marché aux puces, U Elektry, l’un des plus grands d’Europe.

A Budapest, on flashera sur les porcelaines, attention au poids et à la fragilité… A moins de préférer les nappes et robes brodées. Ne pas oublier une bouteille de tokaj qui s’accommodera fort bien au foie gras local, pas plus qu’un sachet de paprika, la pépite locale. Cap évidemment sur le grand marché (Vaci Utca), à l’abri d’un bâtiment du XIXème siècle somptueux. Les chineurs devront sortir de la ville pour explorer les allées du marché aux puces. Bonne nouvelle, il est couvert, c’est épatant les jours de pluie.

Verdict : avantage Budapest

 

Marché couvert de Budapest

Budapest - Source : Instagram

9

Du côté des insolites

Si Prague séduit par ses milliers de bâtisses historiques, églises et autres châteaux qui racontent mille ans d’architecture, elle n’oublie pas de célébrer l’extrême modernisme en face du pont Jiraskuv avec la Maison dansante signée Frank O. Gehry. Deux tours collées l’une à l’autre, l’une magnifiant le verre, l’autre, le béton. On jurerait qu’elles s’enlacent alors que l’orchestre entame une valse. Ici, on les appelle Ginger et Fred (Rogers et Astaire). Autre étonnement, le mini-vignoble de Saint-Vanceslas, il domine la Vltava et le château. Superbe ! Une petite guinguette permet de goûter ce vin citadin.

A Budapest, opter pour le cimetière Kerepesi, aussi étonnant que notre Père-Lachaise. En soirée, viser les ruin pubs, un concept local décoiffant. Ces bars de nuit sont planqués dans les maisons abandonnées, les usines désaffectées, les entrepôts oubliés. Comme leur durée de vie est éphémère, le site ruinpubs.com tient les adresses à jour. Enfin, impossible de ne pas plonger dans les eaux thermales de Budapest. Les bains de l’hôtel Gellért sont les plus courus et c’est justifié : somptueux décor Art Nouveau, impressionnante liste de soins, deux immenses piscines dont une extérieure, ambiance chic et bonheur de l’abandon en pleine ville. Certains préfèrent les bains Széchenyi, autre merveille d’architecture dont l’immense piscine extérieure à 38°C permet de barbotter même en plein hiver. Elle est le rendez-vous des joueurs d’échecs qui réfléchissent pieds dans l’eau.

Verdict : égalité

La maison qui danse Prague

La Maison dansante Prague

10

Envisageons les environs

Tout autour de Prague, la Bohème resplendit. On comprend ici la signification du mot. La région alterne verdure (parc de Pruhonice), forêts, châteaux (Cesky Sternberk), vignobles, chemins de randonnée et villages d’un autre temps. Promesse d’un romantisme absolu.

Budapest est à une centaine de kilomètres du lac Balaton dont les charmes sont régulièrement comparés à ceux du lac Léman et c’est un peu vrai. Nature, pureté de l’air, tranquillité des villages qui le bordent, tout est là. Il est également possible de naviguer sur le Danube en savourant ses jolies boucles pour aller visiter Visegrad, son château des nuages, son palais royal et faire la pause aux terrasses d’un village (à peine 2 000 habitants) resté à l’abri du temps. Enfin, aux portes de la capitale, voir le Memento Park, étonnant espace dédié à la mémoire de l’époque communiste. Les statues des grands leaders (Marx, Lénine, Engels, etc.) guidant jadis les masses sur les places de la ville, ont été rassemblées ici. Les vendeurs de médailles militaires, (fausses) chapkas frappées de l’étoile rouge, pin’s et autres montres illustrent la page nostalgie.

Verdict : avantage Budapest

 

Famille dans le lac Balaton

Lac Balaton (région de Budapest) - Florence Joubert

 

Par

JEAN-PIERRE CHANIAL

 

Photographies de couverture : Bjoern Steinz/PANOS-REA & Dagmar Schwelle/LAIF-REA

Automne-Hiver

Vacance N°8

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.