Canada

Québec vs Montréal : le match en 10 rounds

Québec vs Montréal : le match en 10 rounds

Bonne nouvelle, les deux sœurs francophones de l’Est-canadien refusent de jouer dans la même catégorie. Du coup, associer les deux au cours d’un même voyage sera parfaitement complémentaire car ni Montréal, ni Québec ne se veulent concurrentes. La première se revendique vraie ville, capable de rivaliser avec les grandes métropoles nord-américaines. L’autre préfère la partition provinciale, gardienne d’histoire et, plus que tout, militante d’une singularité qu’il est hors de question d’altérer. Du reste, sur place, on parle de Montréal en disant « Métropole », son titre officiel, et de Québec qu’on nomme « La Vieille capitale ». Précision : les deux villes sont situées dans la province francophone du Québec dont la ville de Québec est la capitale. Le face-à-face en dix rounds.

 

A vol d’oiseau, 233 kilomètres séparent Montréal (1,8 million d’habitants) de Québec (540 000 âmes). Compter 250 kilomètres via deux autoroutes possibles, la 20, la Transcanadienne, et la 40. Malgré cette proximité, un monde les sépare. Montréal met en avant sa puissance économique capable d’en remontrer à Toronto, la quasi-américaine, comme à Ottawa, la capitale du Canada. De son côté, Québec, capitale de la province qui porte son nom, maintient la devise qui dit tout sur son attachement à ses racines : « Je me souviens ». Nostalgie ? Non, identité.

1

Quand on arrive en ville

Entre la France et Montréal, on compte près de… 50 liaisons aériennes quotidiennes ! Certes, nombreuses sont celles qui, moyennant des tarifs très bas infligent une escale. Alors pour faire simple, considérons les quatre légitimes de cette transatlantique, Air France et Corsair, ainsi que les deux canadiennes, Air Canada et Air Transat. Plusieurs vols quotidiens sont ainsi assurés au départ de Paris. Pas de liaisons directes depuis les grandes villes de province. Le vol dure environ 7h30. L’aéroport Pierre-Eliott-Trudeau est à 20 kilomètres du centre. En taxi, compter 30 minutes et autour de 25 euros (40 dollars).

La desserte de Québec est bien plus modeste. Seule Air Transat assure un vol direct au départ de Paris (7h30) et encore n’est-il pas quotidien. Les autres compagnies proposent donc une correspondance ou bien une voiture de location à Montréal. L’aéroport Jean-Lesage est à 20 kilomètres du centre-ville, compter une demi-heure et 25 euros (40 dollars).

Le décalage horaire entre France et Canada est de 6 heures. Au Québec, on paye en dollars canadiens, soit 0,66 euro pour un dollar. Attention, tous les voyageurs, même les enfants, sont tenus de présenter à leur entrée au Canada un passeport valide ainsi qu’une Autorisation de Visa Electronique, l’AVE (www.canada.ca). Il en coûte 7 dollars, environ 4 euros.

Verdict : avantage Montréal

Van à Montréal

Montréal - Vincent Brillant

2

Premier regard

D’un côté, Montréal, la ville, la vraie, officiellement 120 nationalités y cohabitent, sereinement, toujours selon le discours officiel, et chacun de se fondre dans la communauté montréalaise sans renier la culture de ses parents, version bien sûr officielle. En tous cas, à part quelques îlots urbains de périphérie peu fréquentable, la diversité locale se fait vite réjouissante. La rue des restaurants et des saris indiens côtoie celle des Irakiens et des Libanais pendant que les épiceries iraniennes concurrencent les trattorias ou le marché sénégalais. Ici, le voyage est dans la rue. En précisant quand même que cette ville très étendue garde un vrai cœur dont son point initial, le Vieux-Montréal, bientôt 380 ans au compteur, autour de la Place Jacques Cartier. Il est complété par le quartier Latin où l’ambiance fait le buzz, et enfin downtown où l’Amérique reprend ses droits avec des avenues larges comme des autoroutes et des immeubles de verre et d’acier, assez joliment dressés vers le ciel.

De l’autre, Québec, semble provinciale et surtout, d’un autre temps. La ville qui se reflète dans le fleuve Saint-Laurent, dominée qu’elle est par un château qu’on dirait dessiné par Disney, semble restée dans son jus d’histoire avec ses ruelles pavées, ses traversiers (bacs) comme jadis, ses maisons séculaires, ses parcs croquignolets, son ambiance à l’exceptionnelle bienveillance… Elle est classée par l’Unesco, on applaudit, ce qui lui vaut de faire un triomphe auprès des touristes Américains, flambés par un si proche exotisme.

Verdict : complémentarité

fleuve Saint-Laurent gelé

Québec - TQ/Mathieu Dupuis

3

Dans de beaux draps

Que vous soyez palace, boutique-hôtel, établissement de charme ou chaîne internationale, pas de souci, il y a tout, aussi bien à Montréal qu’à Québec. Mais… Par son attractivité économique, sa taille et sa dynamique culturelle, Montréal offre évidemment un choix à la fois plus vaste et plus varié. Noter toutefois que Québec marque un point grâce à l’hôtel hors-normes qu’est le Château Frontenac.

Verdict : avantage Montréal

rue de Montréal

Montréal - Vincent Brillant

4

Et qu’est-ce qu’on mange ?

Comme moins de 300 kilomètres séparent les deux villes, difficile de leur accorder des spécialités gastronomiques distinctes. Encore faut-il souligner l’américanisation des cuisines de base, hamburger et pizzas à toutes les adresses et les sauces, ainsi que deux tendances lourdes, omniprésentes : le triomphe du bio ainsi que celui des adresses vegan. La cuisine québécoise traditionnelle se fait roborative, c’est celle des paysans, des trappeurs et des aventuriers : soupe (fèves et lard, la plus classique), patates, maïs et ragouts. S’y ajoutent désormais les viandes de l’Alberta, les homards de l’Atlantique et les poissons du Saint-Laurent. Puis les fromages, enfin les desserts, souvent arrosés d’une généreuse ration de sirop (ou beurre, ou sucre) d’érable, la vraie spécialité du cru. Noter que le déjeuner (pour petit déjeuner) est un repas très consistant au Québec. Il comprend œufs, charcuteries, fromages, douceurs, fruits, etc. Si aucune table du Québec n’a les honneurs du Guide Michelin, certains restaurateurs concoctent, à Montréal comme à Québec, une cuisine digne de l’étoile. Elle est alors inspirée de la gastronomie française et bien entendu très chère. Enfin, peut-être surtout, convient-il de saluer l’extraordinaire abondance de tables ethniques à Montréal, résultat direct de la présence de 120 communautés venues du monde entier. Voici donc la seule ville canadienne où il est possible de manger népalais, éthiopien, péruvien ou malien. Sans oublier les basiques, italiens, chinois, libanais ou français… Pour faire glisser le tout, pas d’hésitation, c’est bière et bière. Heureusement, elle est excellente.

Verdict : avantage Montréal

 

Restaurant à Montréal

Montréal - Olivier Romano

5

Mobilités urbaines

Quatre lignes de métro et 73 stations, un réseau de bus dense, des taxis toujours à disposition…, Montréal se sillonne en toute liberté. Ajouter Bixi, le libre-service de vélos, relativement cher, il n’a de sens qu’au printemps et en été, mais bénéficie de 680 km pistes ainsi que d’un respect total des automobilistes. A Québec en revanche, pas de métro. Il faut donc se déplacer en bus ou en taxi. Surtout, garder en tête que la ville est modeste, la marche à pied permet donc la plupart des visites. Pas (encore) de vélos en libre-service non plus, les tests sont en cours, mais quelques voitures en autopartage, Communauto. L’abonnement est obligatoire.

Verdict : avantage Montréal

 

Magasin à Montréal

Montréal - Vincent Brillant

6

Les muses des musées

Montréal abrite huit musées majeurs. Parmi eux, celui dédié au commerce et à la fourrure, hélas très confidentiel, mais épatant pour comprendre le rôle des trappeurs et la dette que le Canada a envers ses braves castors… Plus grandioses, deux autres adresses méritent la visite. Le Musée des Beaux-Arts, sorte de Louvre local, passant en revue tout l’art, de Rembrandt à Picasso, sans oublier les créateurs canadiens du siècle dernier. Et puis le Musée d’Art contemporain, totalement dédié à la création des cinquante dernières années, essentiellement américaines. Pour le plaisir avec des ados, citons encore le Musée Grévin de Montréal. Oui, Céline Dion s’y trouve.

Québec compte autant de musées pertinents, comme s’il n’était pas question de laisser la culture aux mains de sa puissante voisine. Le Musée des Beaux-Arts a été inauguré il y a peu. Et comme son nom ne l’indique pas, il concentre ses expositions sur l’art moderne au Québec. Ne pas manquer, entre autres, la gigantesque fresque, 40 mètres de long, Hommage à Rosa Luxembourg, signée Jean-Paul Riopelle, pas plus que les toiles de Alfred Pellan. Les férus de compréhension de l’histoire du Québec pousseront les portes du Musée de La Civilisation pour tout savoir sur les tribusindiennes ainsi que sur la colonisation par les Français. Compléter avec le Musée de l’Amérique francophone et par celui des Ursulines, installé dans un couvent toujours en ordre de marche, en particulier pour l’enseignement. 

Verdict : égalité

Musée des Beaux-Arts de Québec

Musée des Beaux-Arts de Québec - Instagram

7

Par ici les sorties

Elle est mondialement connue et sert d’étendard à Montréal, la rue Sainte-Catherine, 11 kilomètres de boutiques, bars, cinémas, boutiques, hôtels et boutiques, il y en aurait plus de 500. La « Catherine » comme on dit, figure au rang des sorties obligatoires pour humer l’ambiance de la ville. Avant ou après, savourer la vieille-ville et son port, vaste espace piétonnier que les Montréalais s’approprient dès les premières douceurs comme en témoignent joggeurs, rollers, amoureux, familles et pique-niqueurs. En soirée, filer au Quartier Latin (rue Saint-Denis), haut-lieu de la vie estudiantine et de la fête. Terrasses, restaurants, galeries, bars et clubs contribuent à ce que la nuit ne cesse qu’au petit matin. Enfin, les tenants du vert se baladent main dans la main le long des allées du Parc du Mont-Royal, 200 hectares de délice nature avec vue parfaite sur Montréal.

Dans la vieille-ville de Québec, inutile de résister à l’appel de la rue Saint-Jean pas plus qu’à celui de Grande Allée. C’est ici que ça se passe, comme on dit, pour qui veut s’installer dans l’ambiance locale. Aux beaux jours, les pubs, bars et restaurants qui longent Grande Allée occupent les trottoirs sur lesquels la foule dense s’agglutine. Impressionnant de charme et de vitalité. Le lendemain, céder au plaisir de la promenade sur les pontons du port ainsi que sur les remparts, ils ont été construits au XVIIIème siècle, au pied desquels s’étire la vieille-ville à l’architecture splendide. Promenade en calèche pour la photo. Toujours à proximité, voici les Plaines d’Abraham, 100 hectares de verdure en bord de Saint-Laurent, idéal pour la balade mais aussi la mémoire puisque c’est ici que se déroula la bataille (1759) que remportèrent les Britanniques sur les Français, aussitôt priés d’aller voir ailleurs. C’est là que se trouve la statue de de Gaulle, hommage à son « Vive le Québec libre ! ». La plaine accueille nombre des concerts du Festival d’été de Québec.

Verdict : Québec

Plaines d’Abraham

Plaines d’Abraham (Québec) - Asymetric/Finn O'Hara

8

Marcher jusqu’aux marchés

Bienvenue dans la vie vraie. Dans ces îlots de gourmandise annoncée se retrouvent légumes et poissons, fourneaux de famille, charcuteries italiennes et fromagers des campagnes alentours. A Montréal, opter pour le marché Jean-Talon ouvert dans le quartier de la Petite-Italie, immense et partiellement couvert, il rassemble une bonne centaine d’étals et fait référence en ville depuis 1933. La promotion immobilière le réduirait bien un peu mais les habitants se mobilisent pour qu’il n’en soit rien. Ouvert tous les jours.

Même problématique à Québec avec le sympathique marché du Vieux-Port, petit, conjuguant légumes frais, artisanat et vieilleries. Le quartier refuse sa disparition. Même si le Grand Marché (boulevard Wilfried-Hamel) remporte tous les suffrages. Une centaine de producteurs s’y retrouvent, des restaurants sans façon, un secteur pour les « urbainculteurs » (les nouveaux producteurs en ville), cours de cuisine, ateliers découverte, comment faire ses pâtes fraîches, etc. La matinée sera bien remplie et le déjeuner sur place conclura joliment l’affaire. Ouvert tous les jours.

Verdict : Québec

 

Grand Marché à Québec

le Grand Marché de Québec - Instagram

9

Etrange, comme c’est étrange…

Record du monde pour Montréal qui a inventé la plus grande ville souterraine jamais dessinée. On l’appelle Réso et elle aligne 32 kilomètres d’allées piétonnes qui permettent d’échapper aux rigueurs de l’hiver québécois (jusqu’à – 30°C, régulièrement – 10°C). On y trouve tout, des entrées d’immeubles d’habitations comme de bureaux, des boutiques, vive le « marchandage ! », des restaurants et bars, plus de 300, sept stations de métro, mille services, etc. Voilà qui justifie ensuite d’avoir ensuite envie de grand air. Alors, direction le Parc Jean Drapeau dessiné dans une boucle du Saint-Laurent pour l’Expo Universelle de 1967. Le pavillon France est un des rares encore debout. Le site est devenu paradis vert pour tous les amateurs de promenade dans un cadre grandiose ou d’activités toniques. On y trouve une plage, un bassin d’eau du fleuve déclarée saine et le tracé du circuit de F1 Jacques Villeneuve (le GP a lieu en juin). Encore plus tonique, le kayak et le rafting sur les rapides de Lachine. Ces chutes du Saint-Laurent à deux pas de la ville, sont raides et promettent un moment de douche extrême. Enfin, ne pas hésiter à assister à un match de hockey sur glace. Entre les Canadiens, les Wanderers et quelques autres, il n’y a que l’embarras du choix. Et puis, on n’est jamais à l’abri d’un concert de Céline…

A Québec, jeter un œil sur les « murals » comme on appelle ces fresques dessinées à même les murs ou les façades. Une bonne dizaine mérite la visite au cours d’une matinée tranquille. La maison Soumande, rue Notre-Dame affiche sur plusieurs bâtisses un résumé de l’histoire du Québec au réalisme et au charme impressionnants. La fresque comprend même un pont en trompe-l’œil.  Sur la façade du Parlement, l’immense tableau célèbre les 400 ans de Québec avec ses principaux personnages historiques. Au 580, avenue Royale à Beauport, une famille suspend au mur les tableaux de sa mémoire. Pour l’originalité de leur emplacement, les quatre piliers d’un pont d’autoroute (au bout de la rue Saint-joseph), et applaudir celle du Petit-Champlain, 102, rue du même nom, superbe. Reprendre enfin ses esprits sur la terrasse Dufferin, immense promenade tapissée de bois, plus de 400 mètres, avant, ici aussi, de célébrer le hockey sur glace. Une seule équipe, les Remparts. Et ça chauffe contre les balustrades !

Verdict : avantage Montréal

 

Palais des congrès de Montréal

Palais des congrès de Montréal - peteleclerc / Fotolia.com

10

Faites la fête !

La Belle Province hiberne de novembre à mars sous une épaisse couche de neige et contemple son Saint-Laurent charriant de gros glaçons. Alors, quand vient le printemps, la fête bat son plein, à Montréal comme à Québec.

Du 16 au 20 juin 2020, la première accueille les Francos (version canadienne de nos Francofolies) avec sa pléiade d’artistes, Souchon, Diane Tell, Linda Lemay, M, etc. Le 23, place au grand concert (Parc Jean Drapeau) qui célèbre la fête nationale. Une quinzaine de stars québécoises font le programme. Des défilés et parades accompagnent l’événement dans la rue. Puis, c’est au tour du Festival international de Jazz (26 juin au 4 juillet) d’accueillir une cinquantaine de têtes d’affiche. Le Festival du Cirque et Juste pour rire (15 au 26 juillet) prennent la suite, toujours en juillet, avant que le Festiblues impose ses harmonies bleues du 11 au 14 août avec une quarantaine de concerts de haute tenue.

Québec n’est pas en reste avec un Festival de la magie du 6 au 10 mai. Elle sort ensuite le grand jeu du 9 au 19 juillet lors de son Festival d’été, plus de 400 concerts avec des stars internationales, des spectacles ébouriffants et une scène géante dressée Plaine d’Abraham, là même où le show de l’année honore la fête nationale le 23 juin. La première quinzaine d’août, place à un concours international de feux d’artifices tirés sur le Saint-Laurent, c’est magique. Dans le même temps, du 6 au 9 août, Québec célèbre la Fête de la Nouvelle France, sorte de reconstitution en grand et en vrai avec décors et costumes d’époque de la vie au XVIIIème siècle. Enfin, ne pas oublier que Québec tient à son carnaval, début février et qu’une semaine durant, sous la neige, les défilés font vibrer la ville entre Mardi Gras et Mercredi des Cendres.

Verdict : égalité

 

Par

JEAN-PIERRE CHANIAL

 

Photographies de couverture

Tourisme Québec/PlanetBlueAdventure.com & Olivier Romano

Automne-Hiver

Vacance N°8

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.