Voyage Intérieur

Comprendre l'Islam

Comprendre l'Islam

Des trois religions monothéistes dont le berceau est le Proche Orient, l’islam s’inscrit à la fois dans une continuité par rapport à ses devancières et dans la rupture en affirmant son exclusive vérité. Il est toujours associé fortement avec ses origines alors qu’il est depuis longtemps diffusé sur toute la planète.

Pour le voyageur en terre d’islam, aujourd’hui comme hier, l’appel à la prière lancé cinq fois par jour par le muezzin depuis le minaret de la mosquée signe de manière forte la présence de cette religion. Dans les éléments immuables qui constituent le texte de cet appel figure entre autres la shahâda, la profession de foi musulmane qui compte parmi les cinq « piliers » de l’islam. Elle met l’accent sur le monothéisme intégral de l’islam et sur la place spécifique de son prophète, Mahomet – version française du nom arabe Muhammad. A l’âge de la radio et du CD, la présence sonore de l’islam s’est accrue : en déambulant dans un souk, il est désormais habituel d’entendre dans une boutique une récitation coranique en fond sonore.

Apparue au début du VIIe siècle dans la partie nord-ouest de la péninsule arabique, cette religion est fortement marquée par ses origines. L’usage de la langue arabe est obligatoire au cours de la prière, alors même que l’islam a dès la fin du VIIe siècle dépassé les limites de l’Arabie pour se diffuser largement dans des contrées dont l’arabe n’était pas la langue vernaculaire, au Proche-Orient, puis vers l’Iran et l’Asie centrale, ou encore l’Afrique du Nord. Les musulmans arabophones ont cessé d’être majoritaires et les fidèles sont de nos jours présents sur tous les continents. De leur côté, les lieux saints de l’Arabie attirent chaque année des pèlerins venus de toute part en nombre considérable accomplir les rites ancestraux à la Mecque et dans ses alentours lors du hajj.

 

mosquée d'Ankara en Turquie

Nanda Gonzague/Picturetank

 

La révélation reçue par le Prophète constitue le seul miracle accompli par ce dernier : comme l’affirme le texte lui-même, elle est « dans une langue arabe claire », réunie après sa mort en 632 et mise par écrit pour former le Coran. Texte fondateur de l’islam, ce dernier ne contient toutefois de l’enseignement prophétique que le message divin – transmis à Mahomet par l’ange Gabriel, d’après la tradition. Les actes et les paroles de Mahomet ont été conservés par les premières générations de musulmans afin de servir de modèle et de référence aux fidèles : ils constituent le corpus du hadîth et font partie de la Tradition qui jusqu’à nos jours, interprétée par les spécialistes de la Loi, guide les musulmans.

Islam signifie soumission – sous-entendu : à Dieu. Elle se traduit notamment par l’accomplissement d’un certain nombre d’obligations : certaines, la prière, le pèlerinage et la profession de foi ont déjà été signalées. Il faut leur ajouter le jeûne de ramadan et l’aumône légale. A cela s’ajoutent d’autres règles comme celle de s’abstenir de consommer du vin ou de la viande de porc – interdictions figurant dans le Coran  –  ou, pour les hommes, celle d’être circoncis – une pratique relevant quant à elle de la Tradition.

 

Antalya en Turquie-Islam

Malte Jaeger/LAIF-REA

 

Pour cette religion qui n’admet pas les représentations des êtres animés, les manifestations visuelles passent généralement par l’écriture. Celle-ci couvre, magnifiée, les murs des mosquées ou des bâtiments publics d’antan, mais le voyageur retrouvera à tout instant certaines formules rituelles, notamment la basmala, accrochées au rétroviseur du taxi, dans une boutique ou encore dans le salon d’une maison privée. Dans les pays où l’écriture arabe n’est pas la règle, d’autres formules sont parfois transcrites dans l’alphabet local et témoignent d’une forte religiosité populaire qui marque la vie de tous les jours. Certains moments forts, comme la prière du vendredi, ou encore les deux grandes fêtes qui coïncident l’une avec la fin du ramadan, l’autre avec la fin du hajj, sont l’occasion de ressentir le sentiment d’appartenance à la même communauté, l’umma.

L’islam est divers. Très tôt, des divergences sensibles ont divisé la jeune communauté, séparant les sunnites, majoritaires, des chiites. De fait, la période des débuts est marquée par de violents conflits internes qui ont laissé des traces durables. De son côté, la diffusion de l’islam sur des espaces allant de l’Atlantique à la Chine, a engendré des formes locales qui ont parfois fait froncer le sourcil aux plus soucieux de la stricte orthodoxie. Celle-ci peut favoriser une approche faisant la part belle à l’aspect légal et formel de la religion qui ne pouvait satisfaire les aspirations de toutes les sensibilités. Une forme mystique de l’islam, le soufisme, a apporté dès le IXe siècle une réponse à ceux qui ressentaient le besoin d’un contact plus intériorisé avec Dieu.

 

Quelques chiffres

L’islam est la 2ème religion au monde avec 1,5 milliards de fidèles, soit ¼ de la population mondiale.

Moins d’un musulman sur cinq est arabe.

L’Indonésie est le 1er pays musulman, avec 200 millions de fidèles.  

L’islam se divise en 2 confessions principales : sunnisme et chiisme.

85 % des musulmans sont sunnites – ils se rattachent à la sunna, Tradition constituée à partir des propos et des actes du Prophète.

15 % des musulmans sont chiites : ils se rattachent aux premiers partisans d’Ali, cousin et gendre du Prophète. 

Sanctuaire de Fatima Masoumeh en Iran

Patrick Brown/PANOS-REA

 

Les 5 piliers de l’islam

● la chahada, ou profession de foi « il n’est de dieu que Dieu et Mohamed est son prophète » 

● les 5 prières quotidiennes 

● la zakat, aumône légale que doit verser tout musulman pour venir en aide aux pauvres 

● le jeûne du ramadan, temps de prière, de recueillement, de lecture du Coran 

●  le hajj, grand pèlerinage à la Mecque, rite exceptionnel que tout Musulman doit accomplir une fois dans sa vie, s’il en a les moyens

Allah a 99 noms

– cent moins un –  qui sont ses attributs, ils sont récités dans les zikhr, liturgie de la voie mystique soufie.

 

Mosquée bleue d’Istanbul

Alfredo D'Amato/PANOS-REA

 

Quelques livres pour comprendre l'Islam

1

L’islam expliqué aux enfants

 Par Tahar Ben Jelloun, Seuil

Tahar Ben Jelloun s’attache à expliquer l’islam sous forme d’un dialogue avec une ado –  un angle faussement naïf qui permet d’aborder de façon accessible des thèmes souvent traités de façon hermétique : la naissance de l’islam en milieu bédouin, les préceptes essentiels, la civilisation de l’âge d’or, l’islam contemporain dans le monde et en France.

 

2

Les mondes de l’islam. Une foi, des cultures

Par Pascal Buresi, Larousse

Cet ouvrage présente les dogmes, les pratiques et les logiques géographiques de l’islam, et livre les clés essentielles pour mieux appréhender le monde musulman dans sa diversité.

 

3

Introduction au Coran

Par Régis Blachère, Maisonneuve et Larose

60 ans après sa publication, cette introduction demeure l’outil indispensable pour une meilleure compréhension du Coran.

 

Introduction au Coran

4

La voie soufie

 Par Faouzi Skali aux Editions Albin Michel

Fondateur du festival des musiques sacrées de Fès et maître soufi, Faouzi Skali, tente de faire percevoir la voie mystique de l’islam, « la religion n’est pas une sorte de prêt-à-penser ou à croire dont il suffit de se revêtir. Elle est cheminement et un combat, une école d’humilité ». 

 

La Voie Soufie

 

Mais aussi...

Coran, Que sais-je, PUF, 2005

Livre manuscrit arabe, prélude à une histoire, BNF, 2005

 

 

Par

FRANÇOIS DÉROCHE
Directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études, spécialiste de l’histoire du Livre en islam

Automne-Hiver

Vacance N°8

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.