Espagne

Séville : pieuse et festive

Séville : pieuse et festive

Découverte de la capitale de l’Andalousie au rythme des festivités de la Semaine sainte. Ou quand dévotion rime avec flamenco.

 

Au premier plan, la Torre del Oro se mire dans les eaux paisibles et rafraîchissantes du Guadalquivir qui traversent la ville avant d’aller se jeter dans l’océan. Plaza de España, Giralda, palais Renaissance, églises gothiques, façades couvertes d’azulejos et patios ombragés aux effluves de fleur d’oranger font office de décor. À la tombée du jour, les airs de guitare de l’ancien quartier gitan de Tirana font écho aux éclats rieurs qui s’échappent des bars à tapas de Santa Cruz. On s’imprègne de la douceur de vivre d’une Andalousie qui n’aime rien tant que les rencontres et la fête. Et de fête, il en est une qui surpasse toutes les autres. Chaque année, du dimanche des Rameaux à celui de Pâques, l’Espagne célèbre la Semaine sainte, l’un des événements religieux les plus importants du pays.

En 2020, la Semaine sainte se déroulera du 5 au 12 avril à Séville

procession de la semaine sainte de Séville

Iakov Filimonov/stock.adobe.com 

À Séville, la tradition est très intense et revêt une dimension spirituelle et esthétique absolument unique. Pendant une semaine, le cœur de la ville entière bat au rythme des processions. Une foule de plusieurs dizaines de milliers de Sévillans et visiteurs, croyants et non-croyants, se mêle aux quelque cinquante hermandades pour commémorer la mort de Jésus-Christ. Les membres de ces confréries revêtent leurs costumes traditionnels et traversent la ville depuis leurs églises respectives jusqu’à la cathédrale, en passant par la carrera oficial (itinéraire officiel). Les processions comportent deux ou trois pasos – grandes plates-formes décorées de représentations religieuses – escortés de Nazarenos, pénitents vêtus d’une tunique et masqués de hautes cagoules coniques.

icône dans une église

Pauline Chardin

Les cortèges s’accompagnent de tambours et trompettes, d’encens et parfois de saetas, ces émouvantes chansons flamencas entonnées a capella par les Espagnols depuis leurs balcons, pour honorer les confréries. La ferveur prend fin avec la résurrection du Christ. Les costumes sont rangés, les chars démontés, mais le répit n’est que de courte durée. Quelques jours plus tard s’ouvre la Feria de Abril – festivités, festins et flamenco : l’essence même de Séville.

 

Photographie de couverture : Alena Stalmashonak/Fotolia

Automne-Hiver

Vacance N°8

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.