Ethiopie

A vivre en Éthiopie et nulle part ailleurs

A vivre en Éthiopie et nulle part ailleurs

Les vallées luxuriantes de l'Omo, les paysages sauvages des hauts plateaux, les déserts arides, l'architecture démentielles des églises rupestres, les mosquées de Harar, la maison de Rimbaud, il y aura de tout sauf la mer. 

 

1

Marcher au bord du précipice pour se rendre à l'église

Elle se mérite, l’adorable église de  Abouna Yemata, dans le Tigré. On marche, vers la falaise à-pic, sans se douter qu'on devra  l’escalader. Mais oui ! Pour ceux qu ne pratiquent pas ce sport, c'est un joli baptême ! Les paysages sont extraordinaires, une roche orange, sculptée par le temps. Pour les derniers mètres, qui paraissent interminables, un minuscule chemin longe la paroi, à notre droite, la falaise part à la verticale, sans rien pour nous accrocher, à notre gauche c'est le précipice, sans rien pour nous empêcher de basculer dans le vide. Lorsqu'on arrive dans la grotte, ronde et protectrice comme un ventre de mère, entièrement recouvert de fresques, on se sent bien. Mais, tôt ou tard, il faudra bien faire le chemin dans l'autre sens. Contrairement aux prêtres, on ne referait pas ça tous les jours. Mais une fois fini, quel beau souvenir !

 

2

Déambuler dans les ruines du Palais de la reine de Saba

Nous sommes dans la capitale de l'antique Royaume d'Axoum, dont on aura visité les ruines impressionnantes. Ici se trouve l'église Sainte-Marie-de-Sion, dont un chapelle abrite, dit-on, la légendaire Arche d'Alliance, contenant les tables de la Loi reçues par Moïse sur le mont Sinaï, offerte par Salomon à la Reine de Saba. La mystérieuse Arche se trouverait en fait à quelques mètres de là, dans une chapelle gardée par un moine confiné là pour le restant décès jours…! elle serait conservée dans la « chapelle de l'Arche d'Alliance », située dans un enclos séparé de l'église Sainte-Marie-de-Sion, sous la protection d'un gardien nommé à vie par son prédécesseur, confiné dans la chapelle pour le reste de ses jours, et le seul homme autorisé à la voir. Ni le président de la République d’Éthiopie, ni le chef de l'église orthodoxe éthiopienne, ne dérogent à cette interdiction. Mais, en prenant la route, à travers un paysage planté de pitons rocheux, on peut aller jusqu'à Yeha, un village typiquement éthiopien, avec ses  petites maisons de pierres claires, où se trouvent les ruines d'un temple pré-axoumite, datant du 7ème siècle avant Jésus-Christ, et un Palais qui pourrait être celui de la célèbre Reine de Saba.

 

3

Naviguer sur une pirogue en papyrus

Dans ce pays sans mer, le lac Tana est comme une mer intérieure (plus de 2000 kilomètres carrés constellés d'îles, près d'un quarantaine au total. Situé à 1840 mètres d’altitude, il est la source du légendaire Nil Bleu, l’un des deux bras du grande fleuve dont la rencontre naissance au Nil. Sur les rives du lac et de ses îles, pousse le Papyrus, avec lequel les habitant fabriquent des tankwa, la pirogue traditionnelle tressée, avec laquelle vous pourrez vous approcher des pélicans , en nombre sur le lac, ou aller voir Ura Kidane Mehret, un extraordinaire monastère du XIVème siècle, avec sa sublime église circulaire datant du XVIème siècle, recouverte de fresques colorées.

 

4

Rendre visite à notre grand-tante

Lucy, notre grand-tante âgée de plus de 3 millions d'années, était une petite bonne femme. Elle mesurait entre 1m10 et 1m20 et pesait environ 25 kilos. Ça ne l'a pas empêché de devenir un des êtres les plus célèbres de "l'hominadité". Découverte en 1974, dans dans un ravin proche de la rivière Awash dans le désert de l'Afar, elle continue de voler la vedette à Toumai, découvert en 2001, qui a pourtant 7 millions d'années. On peut voir la bobine de Lucy, et une réplique de son squelette  au Musée d'Addis Abeba, un moment émouvant de la visite du Musée National d’Éthiopie.   

 

5

Se perdre dans le marché de Addis Abeba

C'est le plus grand marché à ciel ouvert du monde. Il est en pleine ville, au cœur de la grande capitale, mais les voitures n'y pénètrent pas, c'est le domaine des piétons. Il faut s'y perdre. - de toutes façons, vous n'aurez pas le choix : vous vous y perdrez , tant il est immense et labyrinthique.  Entassements de fruits et de légumes variés, cônes d'épices, montagnes de matelas multicolores, aux motifs de papillons, de fleurs, de courbes abstraites entrelacées, chèvres et moutons, fringues neuves ou de seconde main, bric-à-brac venu de Chine, votre appareil photo ne saura plus où donner de la tête.

Africa

Printemps-Été

Vacance N°9

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.