Chili

5 expériences à vivre au Chili et nulle part ailleurs

5 expériences à vivre au Chili et nulle part ailleurs

Limitée à l'ouest par l'océan pacifique et à l'est par la chaîne des Andes, le Chili s'étend en longueur, autant qu'il peut : une fine bande de terre – plus de 6000 kilomètres de côtes jusqu'en bas, tout au sud, à la limite du Monde des Hommes. D'un extrême à l'autre, quelques incontournables séléctionnés par nos conseillers spécialistes du Chili.

 

1

La pureté des sommets andins

Commençons par l'extrême-Nord. Ici, nous sommes tout près du Pérou, haut, très haut. Dans ces lieux extrêmes, le monde tout entier semble atteint de bizarrerie. Sur le chemin de la mer, les hommes - étaient-ce des géants - ont laissé sur les flancs des montagnes des immenses pétroglyphes. Puis lorsque l'on atteint les hautes altitudes, au contraire, la nature se miniaturise, pas un arbre, pas un arbuste, juste de drôles de lichens et mousses aux couleurs sursaturées, d'une présence extrême, jaune vif, vert fluo, même le blanc, celui des neiges et celui des églises, et le bleu du ciel, si fort qu'il semble être solide.

 

2

Le désert d'Atacama

Dès sa porte d'entrée, dans la bourgade blanche et paisible de San Pedro de Atacama, on tombe sous le charme. Si ce n'était pas si beau, autour, on n'en bougerait pas ! Mais il faut aller voir la vallée de la lune, un paysage d'un autre monde dont les volumes et les couleurs explosent lorsque le soleil devient rasant ; les fumerolles à perte de vue, et les glouglous venus du ventre de la terre et qui jaillissent tout près du ciel, à plus de 4800 mètres d'altitude ; les sommets des volcans chapeautés de neige, au tracé parfait, comme un dessin d'enfant ; puis revenir dans le village, et boire un pot en fermant les yeux pour mieux revoir les images du jour et sentir sur son visage les derniers rayons du soleil tiède du désert.

 

3

Les ascenseurs de Valparaiso

La ville est multicolore, elle monte, elle descend, offrant des perspectives variées, ses maisons côte à côte forment un enchevêtrement de petits cubes acidulés, on aime à se perdre dans ses ruelles. Ses ascenseurs urbains nous hissent vers le haut des collines, et on peut redescendre, tranquille, vers le port, ou peut-être un gros lion de mer nous accueillera nonchalamment,  vautré sur une bouée.  Car c'est bien vers la mer que la ville est tournée.

 

4

Les sommets de Torres del Paine

Dans le Sud, d'autres paysages extrêmes. Au cœur de la Patagonie, enfonçons-nous dans le parc national de Torres del Paine. Selon nos envies, notre forme, notre humeur, on choisira notre sentier : bucolique, sportif, extrême. Et, quel que soit notre choix, la nature sera sublime. Ici des parois minérales gris acier, là des boules végétales d'un vert acide, des fleurs multicolores, des cours d'eau fraîche, des sommets enneigés, on ne sait plus où donner de l'appareil photo, alors on le laisse au fond du sac, et on se laisse submerger par cette beauté à 360 degrés.

 

5

Les Moai de l'île de Pâques

Rapa Nui est l'un des lieux les plus isolés au monde – et tellement unique qu'on se demande si elle ne fait pas plutot partie d'un autre univers... Elle est toute petite, 23 kilometres à peine dans sa plus grande dimension, et complètement perdue au milieu de l'Ocean Pacifique, à 3680 kilomètres de la bande de terre chilienne (et plus de 4000 kilometres de la Polynésie française, à l'Ouest ). Et ses grands moai, bien droits, les yeux vides tournés vers le ciel, s'interrogent et nous interrogent : que font-ils là ? Pourquoi ? Comment ? Et nous on est scotchés, émerveillés, tout petits face à eux sur cette île confetti, et on s'emplit de cette sensation douce d'être une tête d'épingle au bout du monde.

Automne-Hiver

Vacance N°8

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.