Faire un beau voyage (et à quel prix ?)



Sélectionner une agence, contacter un intermédiaire local, sillonner seul les méandres de la Toile : quelle est aujourd’hui la meilleure recette pour créer le voyage sur mesure de ses rêves, sans mettre en péril budget et qualité ? Réponses de Jean-François Rial, P.D.G. de Voyageurs du Monde.


L’image de Voyageurs du Monde est souvent associée à des voyages haut de gamme à des prix élevés, comment analysez-vous cette remarque ?

Je constate que c’est l’une des principales idées reçues auxquelles nous sommes confrontés. Nous sommes effectivement « haut de gamme » en qualité de services mais pas en niveau de prestations dont le choix reste entièrement du ressort de nos clients. Encore une fois nous construisons le voyage en fonction du budget de chacun de nos clients. Nous travaillons avec plusieurs milliers d’hôtels, pensions, Bed & Breakfast, ainsi qu’avec toutes les compagnies aériennes régulières, mais aussi avec des compagnies low cost lorsqu’elles desservent la destination. Certes, pour une petite partie de nos clients, le voyage se chiffre en dizaines de milliers d’euros mais a contrario, 25 % de nos voyageurs partent à moins de 2000 euros par personne.


Vous évoquez régulièrement les services Voyageurs du Monde, en quoi vous différencient-ils ?

Aujourd’hui ces services sont le cœur de notre activité. Notre métier n’est plus d’assembler des prestations, nous sommes une entreprise de services et de conseils haut de gamme en voyage. L’extrême valeur ajoutée de ces services associée aux conseils personnalisés de nos conseillers spécialistes – basé sur un profiling particulièrement pointu de chaque voyageur - permet de créer des voyages à contre-courant. Un exemple : nos conciergeries francophones à destination, en prise directe avec le terrain, sont capables de démêler n’importe quelle situation mais aussi de donner des pistes à nos voyageurs pour vivre véritablement un pays. Ajoutez à cela en amont, l’expertise d’un conseiller spécialiste de l’Albanie, de la Kirghizie, de régions comme l’Estrémadure ou le Nordeste, capable d’organiser des moments et des rencontres en phase avec vos goûts, alors le risque de passer à côté de votre voyage devient quasi nul. Parmi les autres services que nous continuons en permanence à développer je pourrais citer nos « Like a friend », des expatriés qui accompagnent nos voyageurs dans les coulisses de leur ville, livrant au passage leurs bonnes adresses et un éclairage culturel vu de l’intérieur, que seul un habitant peut donner. Enfin, nous proposons tout un éventail de services pratiques qui facilitent la vie à nos voyageurs : assistance 24h/24, salons lounge et passage rapide des contrôles de sécurité à l’aéroport, early check – in et late check-out dans les hôtels… Pour finir, nous mettons à disposition des outils technologiques nomades et utiles : une application Smartphone qui réunit tous les éléments de votre voyage et les géolocalise, l’accès à des contenus exclusif : des documentaires Arte sur la destination dans un espace Web privé, une sélection de bonnes tables spécialement concoctée par le Guide Fooding, un boîtier wifi pour rester connecter où que vous soyez, un mobile local… voici la liste non exhaustive de ces services qui à ma connaissance n’existe pas ailleurs à un tel niveau de qualité.


Ces services ont vraisemblablement un coût qui se répercute sur le prix final de vos voyages, plus chers que ceux pratiqués chez vos concurrents, non ?

Notre rentabilité finale sur l’ensemble d’un voyage se situe aux alentours de 3 %. Cela signifie tout simplement que le prix constant facturé pour l’ensemble de ces services est voisin de son prix de revient. Encore une fois, la réflexion vis-à-vis de nos confrères est erronée : à niveau égal de prestations, nos prix sont, à quelques pourcents près, très proches. Je ne parle pas des voyagistes qui vendent des séjours. Il faut comparer ce qui est comparable. Il en va de même sur l’analyse qui consiste à penser que passer directement par des prestataires locaux, via des plateformes, revient moins cher. Là encore, il s’agit de bien considérer ce choix. Ces agents de réservation locaux n’ont pas toujours le niveau d’expertise d’un spécialiste rompu à créer des voyages. Au final, ce choix s’avère voisin sur le plan budgétaire mais différent en termes de services.


Le voyageur n’a-t-il pas tout à gagner en créant seul son voyage, sur internet, exactement à sa mesure, sans intermédiaire et donc définitivement moins cher ?

C’est effectivement une idée répandue qu’il convient d’analyser de plus près car la désintermédiation a ses limites. Autre élément important à considérer : les « coûts cachés », ces petites sommes peu visibles lorsque vous consultez les prix des hôtels en direct mais qui finalement en majorent considérablement le budget. Par exemple, les petits-déjeuners dans certains cas, des taxes de séjour locales, des assurances… Je ne parle pas des commissions facturées par votre banque à chaque paiement (jusqu’à 5 %). Chez nous, tout est inclus, pas de surprise. Au final, la différence entre nos prix et un achat en direct oscille, selon la situation du marché, autour de 10 %. Ainsi, sur un voyage à 2 500 €, cet écart de prix atteint au maximum 300 €. Bien entendu, plus le tarif du voyage est élevé, plus ce taux diminue.

Autre élément majeur à prendre en considération : le temps nécessaire à la création d’un voyage sur mesure. La préparation d’un voyage long-courrier de dix jours et la réservation de l’ensemble des prestations nécessitent, pour un spécialiste de la destination, une cinquantaine d’heures de travail… Soixante-douze heures pour un novice ! Vous aurez alors navigué sur une trentaine de sites internet (contre quatre en vous adressant à un professionnel), passé dix appels (contre un), écrit une quinzaine de mails (contre cinq), effectué une dizaine de paiements différents pour un règlement unique et sécurisé avec nous. Mais surtout, vous n’aurez fait qu’acheter des prestations sèches, des « commodities » comme nous les appelons dans notre jargon, sans avoir eu accès au moindre conseil de spécialistes sur le choix des étapes et des hébergements en fonction du voyageur que vous êtes.


Les Cités des Voyageurs, le magazine Vacance, l’ensemble de votre univers reflètent également par leur esthétisme une image de voyages onéreux…

Nous revendiquons cet attachement à l’esthétisme, pour une raison évidente. Notre conception du voyage est de vous emmener au plus près de la vérité d’un pays, à l’opposé total des clichés. « Le beau c’est la splendeur du vrai. » disait Platon… La vérité est l’ADN d’un beau voyage, un voyage cousu de belles rencontres, de beaux moments, d’émotions rares, donc précieuses. L’esthétisme n’est qu’un élément de cette quête délicate du beau. Personnellement, je reste convaincu que le beau n’est pas subjectif, il est universel, comme l’est la vérité : tout le monde s’accorde devant la beauté d’un lever de soleil sur le Nil, face aux pagodes de Pagan en Birmanie. L’esthétisme que nous développons, et qui n’est que la partie émergée d’un beau voyage, n’a donc rien à voir avec le haut de gamme, il vise simplement à susciter l’émotion, comme devrait le faire un voyage, finalement.


Rechercher le beau ne revient-il pas à se situer dans la tendance bobo ?

Nous ne cherchons pas à suivre une tendance, qui par définition est périssable mais simplement à voyager à contre-courant, à être dans la vérité, loin de la trivialité. Cela n’empêche pas d’être en phase avec l’époque, surtout lorsque celle-ci se rapproche du vrai. Si cette tendance est artificielle, elle retombera inévitablement dans le cliché. La recherche de sens s’inscrit quant à elle dans la durée. C’est d’ailleurs cette quête de vérité profonde lorsque je flâne dans un pays qui m’a toujours habité et poussé à devenir voyagiste. Appelez-la authenticité, rareté, imprévu, rencontre, intimité - chacun choisit son vocabulaire, mais ces concepts sont à l’opposé de ce qui est décrit comme « tendance ».


Quels sont les éléments fondamentaux à retenir pour réaliser un beau voyage ?

Premièrement, bien considérer tous les facteurs si l’on souhaite comparer de manière réaliste et efficace ! Deuzio, se passer d’intermédiaire a un impact minime au niveau du budget mais peut générer de sérieuses conséquences sur la qualité de votre voyage, nos services sont en ce sens un véritable gage de qualité. Enfin, la beauté d’un voyage tient à sa capacité à naviguer à contre-courant, à vous emmener dans la vérité d’un pays et de ses habitants, ce à quoi Voyageurs œuvre chaque jour un peu plus.



Twitter


Suivre Jean-François Rial


Suivre VoyageursduM




La presse en parle


The Good Life | Juillet/Août 13
La Méditerranée de Voyageurs du Monde

Tour hebdo | Septembre 11
Les 4 vérités de Jean-François Rial

Le Monde Magazine | Janvier 11
Je ne serais pas arrivé là si...

JDD | Juillet 09
Militant du voyage intelligent

Les Echos | Mars 09
JF Rial, 1er de cordée