Etats-Unis

5 expériences à vivre en Alaska et nulle part ailleurs

5 expériences à vivre en Alaska et nulle part ailleurs

« La dernière frontière », c'est ainsi que l'ont surnommé les migrants venus la peupler au XIXème siècle et au début du XXème siècle, à la recherche de fourrures ou d'or. La peupler, c'est un bien grand mot : à peine plus d'un demi-million d'habitants vivent sur cette terre qui fait trois fois la France. C'est bien la nature, vierge, que vous découvrirez dans ce bout du monde. Explorez « la dernière frontière »

1

Les plages sauvages de l'île de Kodiak

C'est la plus grande des îles de l'Alaska. Sa faune est d'une richesse époustouflante, et vous pourrez partir observer, en mer, des loutres marines, des otaries, des phoques, des macareux, des marsouins, des baleines grises en toute vers le détroit de Béring ; sur terre, des renard roux, des cerf à queue noire, des groupes de chèvres de montagne blanches, et parfois son habitant le plus célèbre, l'énorme ours de Kodiak, le plus grand mammifère terrestre carnassier au monde, dont – résultat d'une bonne gestion de la nature - la population est en augmentation.  

Baleine en Alaska

2

Le panorama du volcan Edgecumbe

Il forme un cône parfait, chapeauté de blanc pur, et domine la petite ville de Sitka. Les moins sportifs se contenteront de la vue du volcan – sublime – et resteront en bas, pour admirer beaux totems du Sitka National Historical Park – la ville est historiquement tlingit, et leurs totems et leurs masques rituels, qui représentaient le blason familial, avaient aussi une fonction protectrice. Les plus courageux graviront le volcan, pour embrasser le panorama grandiose sur les îlots et les forêts alentour.

volcan Edgecumbe Alaska

Source : Instagram

3

Les ours de l'île Amirauté

S'il y a un endroit pour observer les ours, c'est ici : l'île compte la plus grande concentration en ours des États Unis. Les tinglits, qui peuplent toujours l'île, - mais ici l'homme est minoritaire, à peine 600 humains pour 1500 ours - appellent l'endroit Kootznoowoo, « la forteresse de l'ours ». En saison, vers les mois de juillet et d'août, vous verrez  leur chorégraphie, lorsqu'ils attrapent les saumons. Et, pour varier, levez la tête : les aigles chauves sont légion.

Ours sur île Amirauté

4

Les neiges du mont McKinley

Il culmine à 6194 m, le Mont McKinley est le plus haut sommet d'Amérique du Nord. A ses pieds, la taïga, la toundra, sur lesquels s'ébattent des animaux en nombre, en particulier le gros caribou et le paisible élan, qui paraît tout gêné par ses bois. Les plus chanceux croiseront un ours, un loup ou même un lynx. Cherchez aussi les petits habitants, écureuils arctiques, marmottes des Rocheuses ou l'adorable pika. Et dans le ciel, en saison, le jaseur d'Amérique à la houppe dressée, le cygne siffleur, ou le majestueux aigle royal.

mont McKinley Alaska

5

Les pingouins de la péninsule de Kenai

L'écrin est fabuleux : ici, la montagne, la glace et la mer se rencontrent. Et sur ce fond de fjords, de canyons, de chutes d'eau, de glaciers, tout droit sortis de l'âge de glace, le Parc national de Kenaï Fjords, dans la zone sud de l'Alaska, est un observatoire fabuleux pour observer toutes sortes d'animaux marins : les pingouins, mais aussi des cormorans, des phoques et des otaries, des macareux, des marsouins et parfois des baleines, grises ou à bosse, qui passent par là.

Pingouins en Alaska

Automne-Hiver

Vacance N°8

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.