Namibie

A vivre en Namibie et nulle part ailleurs

A vivre en Namibie et nulle part ailleurs

Vous serez comblés de nature, parfois plus belle que tout ce que l'on osait imaginer: paysages fous de déserts, flore endémique, faune d'une richesse inouïe. En toute harmonie, les peuples autochtones y ont trouvé leur place, et les colons allemands y posé quelques incongruités. Nos conseillers vous suggèrent 5 expériences à vivre en Namibie et nulle part ailleurs !

 

1

Le Canyon de la Fish River

C'est le plus grand Canyon d'Afrique. Vu de haut, les points de vue sur la pierre rouge sont d'une beauté étourdissante: lorsque le soleil se couche, on croirait que la roche s'enflamme. Les plus aventureux pourront suivre le cours de la mince Fish River – elle est aujourd'hui si fluette qu'on peine à croire que c'est elle qui a creusé ce grand Canyon. 85 kilomètres de randonnée pour finir à l'oasis de Ai-Ais.

 

2

Les pétroglyphes de Twyfelfontein

Inscrit au Patrimoine mondial de l'Humanité UNESCO, le site, littéralement "la fontaine hésitante", est habité depuis 6000 ans par les Khoikhoi, un groupe ethnique de bochimans. Ce sont eux qui ont réalisé, il y a 2500 ans, la plupart des gravures, et toutes les peintures du lieu. Plusieurs milliers d'années plus tard, ils fignolèrent leur œuvre, qui atteint maintenant 5000 pétroglyphes.

Les pétroglyphes de Twyfelfontein

 

3

Le Parc National d'Etosha

Le cœur du parc est un marais salant. Il est si grand - 2 fois la taille du Luxembourg – qu'on dit qu'on peut le voir de l'espace. Mais l'important est d'être là, les deux pieds sur le sol, face aux zèbres et aux gazelles, aux éléphants et aux girafes. Avec un peu de chance, vous pourrez approcher un lion, un rhinocéros noir, ou même un léopard. Les oiseaux ne sont pas en reste, des flamants roses au joli guêpier multicolore, de la lourde outarde à la grande l’autruche.

Le Parc National d'Etosha

 

4

L'Allemagne en Afrique

dans la capitale Windhoek, le "coin du vent" en Afrikaans. A Swakopmund, devant l'église luthérienne, les maisonnettes germaniques, les pâtisseries de la Kaiser Wilhelm Strasse, on se pince et on se frotte les yeux : est-on tout au bout de l'Afrique, ou bien au bord de la mer Baltique, au début du XXème siècle ? Puis on va voir les grandes dunes rouges du désert de Nabib, et on réalise enfin qu'on ne s'est pas trompé d'avion. 

Windhoek

 

5

Les villes-fantômes du Sperrgebiet

Ici, il fut un temps où bière et diamants coulaient à flots. L'on payait la première avec les seconds! Les diamants étaient si nombreux que dans certaines vallées, il était inutile d'être mineur : ils affleuraient à fleur de sol et on les récoltait de nuit, lorsque la lune les faisait scintiller. Les villes du Sperrgebiet furent créés au début du XXème siècle, elles atteignirent leur apogée dans les années 1920. A Kolmanskop, l'eau potable arrivait du Cap, à 1000 kilomètres de là, et l'hôpital de la ville fut le premier d'Afrique à être équipé d'une machine à rayons X. Aujourd'hui, le sable reconquiert son territoire, nous rappelant l'impermanence de toute chose.      

Numéro Printemps-Été 2019

Vacance N°7

Magazine curieux, empêcheur de voyager en rond, Vacance cultive une approche du monde bercée de sens et de style. 6 mois de grands reportages, les dernières belles adresses, des tips pour voyager malin, des rencontres et lectures : inspirez-vous !