Grèce

Corfou et Paxos : les inséparables

Corfou et Paxos : les inséparables

D’un coup de trident, Poséidon sépara Paxos de Corfou pour abriter ses amours avec la nymphe Amphitrite. L’envie de rassembler ces deux joyaux des îles ioniennes était trop forte.

 

Regardez Corfou, elle ressemble à la jambe d’un cheval lancé dans la mer Ionienne, en direction des Pouilles. Et c’est assez ça : la Grèce cédant à la tentation de l’Italie. Grec, romain, byzantin, vénitien, français, anglais : les pouvoirs se sont succédé, mais Venise a dominé quatre siècles. L’histoire fait des levées, le paysage aussi. Les formes spectaculaires et abruptes du relief corfiote sont issues des grands remuements du Tertiaire, et d’une érosion persévérante.

île de Corfou

Simone Capozzi/stock.adobe.com

Partout où le minéral le permet, le végétal pousse et embaume. Les hommes ont planté les oliviers, les bougainvilliers et les rosiers (rare concession à la culture ottomane d’une île toujours restée au seuil de la Sublime Porte). À cela s’ajoutent les couleurs que portent les maisons de Corfou City. La ville offre au visiteur l’agrément de rues serrées, de promenades ombragées que bordent maisons vénitiennes et édifices néoclassiques. La citadelle byzantino-vénitienne dominant le tout de son rocher. Un hôtel ? Des demeures patriciennes ont été converties au métier de recevoir et elles y engagent l’héritage d’une hospitalité raffinée. Un tuyau ? La collection de sculptures gréco-bouddhiques du Gandhâra, au musée d’Art asiatique, uniques en Grèce ! La délicatesse romantique est encore vive, que conservent conjointement la topographie et les mœurs. Élisabeth d’Autriche y a été sensible – le néoclassicisme de l’Achilleion, son palais de Gastouri, témoignant néanmoins d’un pittoresque impérial tardif.

Pêcheur Corfou

Simone Capozzi/stock.adobe.com

Quant à Paxos, au sud, dans l’alignement de Corfou, on peut, en y allant, se trouver escorté de dauphins. Elle abrita les amours de Poséidon et d’Amphitrite, et avait ainsi vocation à la discrétion et à l’intimité. Le petit port de Gaios, blotti derrière Agios Nikolaos, en est la parfaite illustration. Ici, les hôtels ont investi des maisons fortes, qui se prêtent idéalement à la fusion ancien/design, emblématique de la décoration à l’italienne. De sa thébaïde, on descend sous des couverts de pins vers une mer qu’on a pour soi. Non pas en égoïste, mais en hédoniste.

 

Photographie de couverture

RENÉE KEMPS

Automne-Hiver

Vacance N°8

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.