Sri Lanka

A vivre au Sri Lanka et nulle part ailleurs

A vivre au Sri Lanka et nulle part ailleurs

Pour le voyageur, la belle île qui fait face à l'Inde est plus douce que sa grande voisine. Sérénité des rituels bouddhistes, rondeur des montagnes, plages tranquilles. 5 expériences à vivre lors d'un voyage au Sri Lanka et nulle part ailleurs.

 

1

Méditer face au banian d'Anuradhapura

L'arbre est là depuis  deux mille trois cents ans. Sacré parmi les arbres sacrés, c'est un rejeton  de l’« arbre de l’Éveil », le figuier sous lequel le Bouddha historique connut le Nirvana, là-bas en Inde, 3 siècles auparavant. La bouture qui donna naissance à celui-ci fut apportée par Sanghamitta, une nonne pieuse et tenace, fondatrice d'un ordre bouddhiste féminin dans cette religion de machos.  L'arbre prit racine, prospéra et autour de lui s'établit une ville sainte, fréquentée par de larges groupes de religieux et de pèlerins. Une ambiance unique.

Dilshad Sadiq

 

2

Assister à la puja du temple de la dent à Kandy.

On dit que le temps abrite une dent du Bouddha. C'est dire s'il est sacré. La dent, bien sûr, vous ne la verrez pas, elle est en sécurité, abritée dans une chambre qui lui est consacrée, la« Handun kunama », et planquée  au cœur de sept coffrets d'or incrustés de pierres précieuses  En revanche, on peut profiter de tout le décorum qui l'entoure, défenses d'éléphants, statues et dorures. La puja ajoute à la solennité. Les musiciens, torse nu, un simple bout d'étoffe blanche autour des hanches ceinturée par une pièce de tissu rouge vif, donnent le rythme, frappant sur leur grand tambour. Les psalmodies dont hypnotiques, profondes et légères à la fois. Lorsque cela s'arrête, on ne sait si la cérémonie a duré dix minutes ou deux heures, et on souhaite y revenir demain.  

Temple de la Dent par Dilshad Sadiq

 

3

Regarder les pêcheurs acrobates sur la côté près de Galle

On dirait de grands oiseaux échassiers, plantés dans la mer sur leur jambe unique, parfois à une dizaine de mètres du rivage, attendant de piéger le poisson. Une technique qui, contrairement au traditionnel filet, n'effraie pas le poisson. Ces acrobates sur pilotis balancent leur canne à pêche en faisant éclabousser l'eau, et le poisson, curieux,  se laisse prendre. La séance dure deux ou trois heures, dès 5 heures au lever du soleil, puis de nouveau en fin de journée.

Jeremy Suyker

 

4

Suivre la cueillette du thé

Les plantations suivent les courbes douces des montagnes, les théiers verdoient à l'ombre des grands arbres parsemés qui les protègent – comme la peau fragile d'un enfant, le théier craint l'abus de soleil. Les femmes, - toujours des femmes, et toujours des tamoules, en sari et tikka apposée sur le front, les descendantes des femmes que les anglais ont fait venir de l'Inde à partir de la fin  du XIXème siècle - , cueillent entre pouce et index, les extrémités tendres des arbustes, seulement le bourgeon, et les deux feuilles attenantes.

Jeremy Suyker

 

5

Admirer les demoiselles de Sigiriya

Énigmatiques et sexy, qui sont-elles, les jeunes femmes à la poitrine opulente, semblant avoir servi de modèle à nos chirurgiens esthétiques, qui tapissent les murs de la grotte ? Des apsaras, les danseuses célestes ? Des reines ? Des servantes ? Plusieurs formes de Tara, la  grande bodhisattva ? On ne sait pas. On ne sait même pas de quand elles datent. Peut-être du V° siècle, sous le règne du roi Kasyapa. Ce qu'on sait, depuis qu'on les a retrouvées par le plus pur des hasards au milieu du XIXeme siècle, incroyablement préservées, c'est qu'elles sont belles, avec leurs  fleurs et leurs bijoux, et que les contempler fait du bien.

Julie Foucher

Automne-Hiver

Vacance N°8

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.