Egypte

5 bonnes raisons d’aimer le Lac Nasser

5 bonnes raisons d’aimer le Lac Nasser

La plupart des voyageurs en Egypte referment leurs bagages aux portes de la Nubie, comme si le Nil commençait à couler à Assouan. Pourtant, le barrage n’empêche aucunement la poursuite du voyage : il constitue un simple trait d’union entre les chapitres égyptiens - Le Caire, Louxor, la Vallée du Nil, Assouan, la Nubie... La preuve avec ces 5 bonnes raisons de découvrir le Lac Nasser, par nos conseillers spécialistes Egypte.

 

1

Voguer à bord de la Flâneuse, seule dahabieh autorisée à naviguer sur le lac 

Voguer sur une « mer en plein désert », où seuls une dizaine de bateaux de tourisme sont autorisés à naviguer  –  les autorités égyptiennes limitent la navigation afin de ne pas polluer cette réserve d’eau vitale pour le pays. Parmi ces bateaux, la Flâneuse est la seule dahabieh. D’une élégance simple, elle navigue sans à-coups sous ses deux voiles latines, elle glisse sur l’eau à petite vitesse. Une croisière loin des foules, intime et sophistiquée dans son naturel. Découvrez notre voyage sur la Flâneuse

Voguer à bord de la Flâneuse, seule dahabieh autorisée à naviguer sur le lac

Manuel Zublena

 

2

 Le lac Nasser, une autre croisière en Egypte 

Sur les eaux tranquilles du lac, on croise seulement quelques bateaux de pêcheurs, et des oiseaux de toutes sortes qui traversent le ciel  – 120 espèces d’oiseaux vivent sur ses rives. On se baigne dans des eaux au bleu profond, bordées de belles plages désertes. On se balade – sur les rives, parmi les papyrus, des hérons blancs, et dans les terres, des chacals, des fennecs et des gazelles.

bateaux sur le lac nasser

Jérôme Galland 

 

3

Des temples des pharaons au barrage d’Assouan, un voyage dans le temps

Naviguer sur le lac Nasser, c’est voguer sur l’Histoire, de l’édification des temples par les pharaons, 2000 ans avant notre ère, à leur sauvetage par l’Unesco, en passant par la construction du haut barrage d’Assouan, l’un des plus grands ouvrages au monde, qui permet à l’Egypte de réguler le cours du Nil. En 1960, Nasser décide de la construction du barrage, sans se préoccuper des trésors archéologiques qui vont être engloutis. Suite à la campagne de l’égyptologue française Christiane Desroches-Noblecourt et d’André Malraux, l’Unesco se mobilise pour sauver les temples menacés par les eaux. Abou Simbel est découpé en 1049 blocs, pesant chacun 30 tonnes pour être déplacés de 200 mètres ;  Amada est hissé dans son entier sur des rails. 22 des 24 temples sont ainsi sauvés des eaux. A bord de la Flâneuse, des conférences sont proposées sur les enjeux économiques, écologiques et géopolitiques de la construction du barrage ; sur le sauvetage des temples ; sur ses conséquences sur la culture nubienne.

Des temples des pharaons au barrage d’Assouan, un voyage dans le temps

Jérôme Galland

 

4

Les temples nubiens

D’Assouan à Abou Simbel, les pharaons ont construit des édifices majestueux. Les vestiges de leur architecture monumentale longtemps enfouis sous les sables, et que le lac Nasser aurait pu engloutir, sont exceptionnellement bien conservés. Les temples de Wadi es-Seboua se dressent tel un mirage dans un paysage grandiose, entre les eaux du lacs et le désert. Le temple de Dakka  est dédié au dieu Thot, maître du calendrier. Le temple de Amada dédié à Amon est une merveille, avec ses reliefs aux couleurs intactes. On les rejoint en bateau, on les visite seuls, délicieuse exclusivité.

Les temples nubiens

Zoé Fidji


5

Abou Simbel, joyau de l’ancienne Nubie

Dans un paysage de bout du monde, baigné d’une lumière africaine, les temples d’Abou Simbel, creusés dans la falaise de grès sont le site le plus spectaculaire de la vallée du Nil.  Un ensemble architectural érigé à la gloire de Ramsès II, et destiné à magnifier la suprématie de pharaon sur les peuples du sud – 3000 ans après, ça fonctionne toujours : on est saisi par le gigantisme des sentinelles monumentales. Le lever du soleil sur les quatre colosses, qui se teintent de pourpre, puis d’or, est l’aboutissement d’un voyage onirique.

 Des temples des pharaons au barrage d’Assouan, un voyage dans le temps

Jérôme Galland

 

Par

MARION OSMONT

Numéro Automne-Hiver 2018

Vacance N°6

Magazine curieux, empêcheur de voyager en rond, Vacance cultive une approche du monde bercée de sens et de style. 6 mois de grands reportages, les dernières belles adresses, des tips pour voyager malin, des rencontres et lectures : inspirez-vous !