Brésil

Focus sur Salvador de Bahia

Focus sur Salvador de Bahia

Première capitale du Brésil, Salvador de Bahia vit au rythme de ses divinités et de ses traditions africaines. Un voyage hors du temps.

 

Bahia, l’Africaine

Elle fixe l’horizon sous le soleil brûlant de Bahia. Aux rares mouvements de ses mains couvertes d’argent et de perles colorées s’ajoute la danse de sa robe de coton dans la brise marine. Aujourd’hui samedi, cette femme noire vêtue de blanc prie son orixá : Yemanja, la déesse totémique de la fécondité, mère de la mer et de toutes les divinités du candomblé. La divine sirène a son lieu de culte à deux pas du quartier bohème de Rio Vermelho et de la réputée plage de Barra. La Casa de Yemanja, une maison-autel colorée, posée au plus près des flots, devant laquelle rêvent quelques pêcheurs. "C’est une autre conception de la vie et du temps" explique Bruno Guinard, Bahianais d’adoption. Oubliez la montre : "mieux vaut ne pas planifier sa journée car si les divinités ne sont pas d’accord, les choses n’arrivent pas, ou arrivent le lendemain." A Bahia on se lève donc avec le sentiment que rien de ce qui est prévu – autrement dit tout ce qui ne l’est pas – peut arriver. "Une véritable impression de Nouveau Monde" résume Bruno.

 

« Mieux vaut ne pas planifier sa journée car si les divinités ne sont pas d’accord, les choses n’arrivent pas, ou arrivent le lendemain. »

 

On se laisse alors porter par la volonté céleste, vers l’une des 172 églises de la ville : l’imposante Bonfim. Mais déjà, les dieux de l’imprévu nous arrêtent au marché de São Joaquim San Joachim pour un bain de couleurs et de parfums. Puis celui du football, nous stoppe à son tour pour supporter l’équipe locale et improviser quelques pas de forró.

 

Rue de Salvador de Bahia

Filipe Frazao/Getty Images/iStockphoto

 

Nous glissons le long de la Baie de Tous les Saints jusqu’au populaire quartier Ribeira. Une fois encore, le temps se perd et s’étire sur la plage, dans les rayons mordorés. Une ligne de percussions sort d’une voiture-caisson de basses, rythmant le défilé des petits marchands ambulants. On savoure un sorbet amazonien avant de monter enfin sur la colline sacrée de Bonfim. Le vent fait danser les bracelets porte-bonheur qui noient les grilles de l’église. A l’intérieur, la foule reprend en cœur les paroles du prêtre noir. Le Seigneur passe de main en main. Dans une chapelle, un mur de photos. Des visages, des nouveaux-nés,  tous miraculés. Au plafond : des bras, des jambes, des mains, des pieds…de cire, pour remercier Nosso Senhor d’avoir guérit le membre symbolisé. "Les gens croient aux miracles, car ils n’ont pas la sécurité sociale" souffle Tania.

Capoeira dans les rues de Bahia

Marion Osmont

Du fort de Monte Serrat on regarde le soleil embrasser la baie, en sirotant une caïpirinha. Retour au Pelourinho. Plongeon résurrecteur dans le bassin de la Villa Bahia, aux cotés d’Oxum, déesse des eaux douces et de la beauté. En fond, la rue bourdonne. Salvador est une fête permanente et ce soir un hommage spécial à la culture noire dans une ville où 80% de la population est afro-descendante. Chaque rue, chaque cour, vibre en un rythme mêlé à l’odeur des acarajés et du dendé (huile de palme). Un flot ébène mène à la place du pilori, sur laquelle il y a encore deux siècles, les esclaves étaient battus. Ce soir, Ilê Ayê panse d’une voix envoûtante les blessures passées. Captivé par le pas de deux danseuses, on oublierait presque son vol retour, dans trois heures. Le temps n’a plus de prise et nous prions les orixas de nous garder ici, à Salvador.

 

Villa Bahia

Marion Osmont

 

Candomblé culte de tolérance

Arrachés à l’Afrique, les premiers esclaves africains importèrent ce culte vénérant les orixás des dieux totémiques, chacun associé à un élément naturel (océan, forêt, feu…), à un jour, une couleur et un objet. Muselée par l’évangélisation, la pratique perdura néanmoins au sein des différentes nations d’esclaves. Les orixás étaient alors priés secrètement sous les traits de saints catholiques. Depuis l’abolition de l’esclavage, malgré les censures politiques (jusqu’en 1984), le candomblé gagne du terrain. On compte près de 2500 terreiros (temples) rien qu’à Salvador. Les cérémonies (chants, danses, transes) dirigées par un Père de Saints, (Pai Pote) mêlent croyances africaines, rites indigènes et catholicisme. Elles sont ouvertes à tous, sans discrimination.

Salvador en quelques repères

Les bonnes raisons d’aimer Salvador de Bahia

Profiter d’un climat tropical à moins de 8h de vol de l’Europe

flâner dans les rues colorées du Pelourinho

Participer à une messe de candomblé à l’église do Carmo

Découvrir quel est son orixá

Assister aux répétitions du groupe Olodum et vibrer au son de la batucada

Déguster une moqueca de crevettes chez Uaua

Prendre un bain bahianais à Barra

Grignoter des acarajés dans un kiosque de Rio Vermelho, face à la baie

Ecouter les chants grégoriens de Sao Bento

Prendre un cours de capoeira

Assister à la grande fête de lavage de l’église de Bonfim et suivre le ballet des Bahianaises dans leurs robes blanches

Se poser sous un ciel étoilé à la Villa Bahia, au dessus des toits et de la rumeur festive de la rue.

Automne-Hiver

Vacance N°8

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.