Sainte Lucie

Sainte-Lucie, sportive & jazzy

Sainte-Lucie, sportive & jazzy

Vingt minutes après avoir quitté la Martinique, l’avion se pose à Sainte-Lucie. On longe la côte sud, roulant à gauche - royaume du Commonwealth oblige - entre mer des Caraïbes et vallées luxuriantes. Soudain, dans un ciel de marshmallows se dressent deux cônes parfaits : Gros Piton et Petit Piton, volcans actifs et fierté de l’île estampillée sur le drapeau national et au patrimoine mondial de l’UNESCO. Cette zone volcanique, les plages noires, la richesse naturelle et son caractère sportif, valent à Sainte-Lucie le surnom de « Réunion des Caraïbes ». Une alternative originale à l’habituelle nonchalance de ses voisines françaises. Ici, on troque volontiers les tongs pour les chaussures de rando, et on part à l’assaut de Gros Piton ! 4 heures de suées (sauf pour le guide) récompensées par la vue sublime sur la canopée, les criques voisines et le grand dégradé de bleus : les trois terrains de jeux de l’île. Après un bain sulfureux, la peau et la nuit seront douces. Aux plantations de cacaotiers et forêts de manguiers du sud, Sainte-Lucie ajoute un nord festif et culturel. Castries, capitale colorée : demeures coloniales, beau marché et festival de jazz réputé. Gros Ilet, destiné aux amateurs de golf et de sorties. Anse La Raye et ses Friday Nights. Des nuits où les Saint-luciens se retrouvent autour de barbecues de langoustes et poissons, dansent et s’improvisent chanteurs. Le moment idéal pour entonner « Lucy in the sky with Diamonds ».

Automne-Hiver

Vacance N°8

A travers grands reportages, rencontres, interviews et photos inspirantes, le magazine de Voyageurs du Monde vous invite à la découverte de l’envers du monde.