Etats-Unis

A voir dans l'ouest américain avant qu'il ne soit trop tard

A voir dans l'ouest américain avant qu'il ne soit trop tard

Il est si grand, semble si fort, si solidement ancré dans la terre, le grand Ouest américain, qu'on l'imagine immuable. Mais ce géant montre ses fragilités multiples.


1

Les séquoias géants

Au Parc national des Sequoias géants, dans la Sierra Nevada, le feuillage des grands arbres se sème de taches brunes, signes de dépérissement, depuis une dizaine d'années. La sécheresse persistante qui sévit risque de menacer ces arbres qui peuvent vivre 3000 ans. Jamais, depuis la création du Parc, les arbres n'avaient souffert de quoi que ce soit. Ils ont eu chaud il y a 4000 ans, lors d'une surchauffe climatique qui a bien failli les tuer. Depuis, seul l'hiver intensément froid de 1580 a, pour une saison, ralenti leur croissance.

Sequoias

 

2

Le condor de Californie

Les nations indigènes d’Amérique le considéraient comme sacré. Il faut dire qu'il a de l'allure : lorsque qu'il déploie ses ailes, son envergure atteint trois mètres, tant qu'il ne lui est pas nécessaire  de battre des ailes pour prendre son envol sur les courants d'air chaud. Le braconnage, la destruction de son environnement et l'empoisonnement aux métaux lourds l'ont mis en danger critique d'extinction. Seuls 200 individus sauvages survivent, que vous pouvez tenter d'apercevoir dans le parc national de Zion, le parc national des Pinnacles ou dans le Grand Canyon.

Condor de Californie

 

3

Les derniers vrais Hippies à Bolinas

La plupart sont aujourd'hui revenus dans le monde commun. Mais certains hippies d'origine, certes un peu vieillissants, résistent encore et toujours à l'envahisseur, et ont créé "la République de Bolinas". Ils détruisent les panneaux pour éviter qu'on ne viennent trop nombreux dans leur village du bout du monde. Bolinas est, à l'origine un petit village à une vingtaine de kilomètres seulement de San Francisco, découvert par les hippies dans les années 1970 et dont les maisons sont peu à peu reprises à prix d'or par les artistes ou les people.

Paddle à Bolinas

 

4

Le Mono Lake

Les cours d'eau qui alimentaient le lac ont été détournés pour alimenter los Angeles. Celui-ci, cinq cents kilomètres plus au sud, a commencé de s'assécher, mettant au jour de drôles de formations calcaires, les tufas, colonnes sous marines nées de la réaction entre le carbonate de l'eau du lac et le calcaire des eaux de sources souterraines qui s'y déversaient. Jusqu'à récemment, on pensait que le Mono lake était voué à disparaître. Mais les riverains se sont battus et depuis 1994 le niveau de l'eau remonte tout doucement. Ce sont les tufas qui peu à peu reprennent leur place sous-marine...

 

5

La faille de San Andreas

On sait qu'un jour le Big One dévastera toute la région, touchant Los Angeles, San Francisco et Palm Springs, brisant les pipelines de pétrole et de gaz, mais les aqueducs qui acheminent l'eau, les routes, les lignes électriques, provoquant incendies impossibles à maîtriser, explosions, sécheresse. Les scientifiques s'accordent à prévoir un gros tremblement de terre d'ici une trentaine d'années. Aujourd'hui, cette faille, qui menace sur 1300 kilomètres de long, produit 200 séismes perceptibles par an ; elle forme comme une longue ride à la surface de la Californie.  

Vue satellite de la faille de San Andreas

Vue satellite de la faille de San Andreas - Google

Numéro Printemps-Été 2019

Vacance N°7

Magazine curieux, empêcheur de voyager en rond, Vacance cultive une approche du monde bercée de sens et de style. 6 mois de grands reportages, les dernières belles adresses, des tips pour voyager malin, des rencontres et lectures : inspirez-vous !