Capitale

San José.

PIB

En 2008, 5 627 dollars US par habitant (France, 36 614 dollars US par habitant).

Point culminant

Cerro Chirripo, 3 820 mètres (dans la cordillère de Talamanca).

Superficie

51 100 km², soit environ 0,1 fois la France.

Climat

La saison sèche dure de décembre à avril ; la saison des pluies, de mai à novembre (la côte caraïbe ne connait pas vraiment de saison sèche). En période humide les températures sont élevées dans tout le pays (elles varient toutefois un peu en fonction de l’altitude). Il pleut surtout l’après-midi et on peut avoir un temps clair dans la matinée. En saison sèche, l’ensoleillement est généreux sur le plateau central et la côte pacifique. Les températures varient assez sensiblement des terres basses et chaudes au terres froides d’altitude (cordillères volcaniques) ; entre 800 et 1 500 m, elles sont d’une agréable douceur (entre 20 et 25°), il fait parfois un peu frais la nuit et le matin.

Géographie

Le Costa Rica est frontalier du Nicaragua (au nord) et du Panama (au sud). Il est bordé par la mer des Caraïbes à l’est et par l’océan Pacifique à l’ouest. Des chaînes volcaniques élevées (Tilaran, Talamanca, Cordillère centrale, Guanacaste) de direction générale nord-ouest sud-est séparent les basses terres littorales, nettement plus étroites et découpées (golfe de Nicoya, golfe Dulce, baie de Coronado…) à l’ouest qu’à l’est. Le centre du pays est occupé par un vaste plateau que creuse la Meseta Central (la Vallée centrale), d’une altitude moyenne de 1 500 m, où vivent les deux-tiers des Costariciens. Le rio San Juan est le plus important cours d’eau du pays, son bassin draine les plaines humides du nord et de l’est ; il marque une partie de la frontière avec le Nicaragua.

Economie

Avec une croissance moyenne annuelle de près de 6% entre 1994 et 2006, l’économie du Costa Rica se signale par son dynamisme et sa constance. Le fléchissement des années 2008-2009, dû à la crise mondiale, semble surmonté. En outre, l’Etat providence a permis de réduire la pauvreté (16% de la population) dans des proportions inhabituelles pour la région. L’agriculture produit et exporte des bananes surtout, mais aussi du café, du sucre, des fleurs, des agrumes, du tabac, du cacao, de l’huile de palme. L’industrie cherche des voies de développement. Des zones franches ont vu s’installer des laboratoires pharmaceutiques, des sociétés informatiques, des centres d’appels… Les ressources minières (bauxite, manganèse, nickel, mercure…) ou énergétiques (pétrole) sont encore sous-exploitées. Dans le domaine des services, le tourisme (10% du PIB) est une activité de première importance. Les principales faiblesses du Costa Rica sont ses dépendances, vis-à-vis de l’économie américaine et des marchés internationaux des céréales et des hydrocarbures. Structure du PIB : agriculture, 6,4% ; industrie, 25% ; services, 67%.

Faune & Flore

Le Costa Rica possède un patrimoine naturel exceptionnel (plus de 5% de la biodiversité mondiale). La forêt est la formation végétale majeure : tropicale humide (34% de la surface du pays), tropicale sèche, nuageuse. Pour le moment, 10 000 espèces environ de plantes vasculaires ont été répertoriées, parmi elles 1 300 orchidées, dont un symbole, Cattleya skinneri. Dans ces milieux, les insectes sont très nombreux : plus de 7 000 espèces de papillons, par exemple, mais aussi des araignées, des libellules, des fourmis, des criquets… Parmi les reptiles, les tortues marines sont désormais des stars. La tortue verte et la tortue imbriquée viennent pondre sur la côte caraïbe, la tortue noire et la tortue de Ridley pondent côté Pacifique, quant à la tortue luth, elle fréquente les deux côtes. A cela s’ajoutent lézards, geckos, basilics, iguanes, caïmans et crocodiles. Les amphibiens alignent plus de 150 espèces de grenouilles (dont les Dendrobatidae, venimeuses et colorées). C’est la situation du pays à la croisée des chemins qui explique que l’on trouve au Costa Rica des mammifères appartenant à la zone néarctique : coyotes, sconses, écureuils, ratons laveurs, cerfs de Virginie… Et d’autres à la zone néotropicale : coatis, singes (saïmiri d’Amérique centrale, capucin moine, atèle de Geoffroy, hurleur à manteau…), tapirs, tatous, kinkajous, paresseux, pécaris, jaguars, pumas, ocelots... Dans l’eau, ce sont des lamantins, des grands dauphins, des baleines à bosse… De la multitude ailée extrayons le Ara rouge et le Ara militaire, des colibris (à gorge lilas, à tête cuivrée, féérique, flammule, jacobin…), le Martin-pêcheur nain, les parulines (à tête jaune, à joues grises, à poitrine baie, à ventre orangé, à ailes bleues, à croupion fauve…), le Pélican d’Amérique, le Quetzal resplendissant, la Spatule rose, le spectaculaire Toucan à carène ou les tyrans (audacieux, mélancolique, sociable…), etc. Le Merle fauve (Yigüirro) est l’oiseau national.

A découvrir

Idées voyages au Costa Rica

Puisez l’inspiration dans nos suggestions avant de créer le voyage qui vous ressemble