L'Ouzbékistan en bref

Suivre la route de la soie, avec ce guide de voyage en Ouzbékistan. Tachkent, Samarcande, Boukhara, Khiva, ces noms résonnent comme magiques. Allons confronter le rêve à la réalité. Tachkent, la capitale, a gardé quelques beaux vestiges du XVIe siècle – le mausolée de Zaïnoudine, la médersa Koukeldach -, mais ses principaux charmes sont ailleurs, dans son immense marché couvert, dans les sourires piquetés d’or des vendeuses de primeurs. Prenons la route mythique. Pour se la jouer Marco Polo, on mangera dans des tchaykanas, les petits restaurants locaux, on passera nos nuits en caravansérails. Première étape à Samarcande. On se postera au milieu de la grande place du Registan, on tournera doucement sur nous-mêmes, car il est impossible de l’embrasser entière d’un unique coup d’oeil.
Nous aurons notre réponse : oui, la réalité est encore plus grandiose que nos rêves. Ensuite, Boukhara, « La perle de l’Islam », inscrite comme Samarcande au patrimoine mondial. Ici, la vie s’entremêle à l’histoire et on se plongera avec délices dans les effluves épicées de ses bazars animés. A Khiva, ce sera aussi beau mais différent encore : on flânera dans les ruelles de la vieille ville ceinte à l’ombre de ses remparts et on rentrera ici dans une mosquée, là chez un artisan. On prendra des chemins de traverse, à Shakhrisabz, la ville natale de Tamerlan, dans les oasis du désert du Kyzyl-Koum, et au bord de la mer d’Aral, donc l’assèchement semblait inexorable et qui revient à la vie, note d’optimisme enchanteresse.
Contactez un spécialiste de l'Ouzbékistan