Le Guatemala en bref

Il n’est pas très grand, mais quelle richesse ! Pour préparer votre circuit, plongez-vous dans ce guide de voyage au Guatemala à travers les sens, petit avant-goût de vos émotions en live. La vue d’abord, car vous en prendrez plein les yeux : les étoffes colorées des ethnies indigènes, où éclatent les bleus, les rouges, les fuchsias et les verts, tissages toujours différents, mais toujours en couleurs vives. Les demi-teintes, ici on ne connaît pas, on s’affirme ! Les teintes des marchés, montagnes de bananes, d’avocats, de tomates, de courges, de fleurs où dansent les couleurs des tenues de commerçants et d’acheteurs. Dans la jungle, les taches vives des plantes tropicales géantes et les éclairs des oiseaux qui passent.
L’odorat, ensuite, avec les fragrances qui accompagnent ces couleurs, parfum de la forêt qui s’éveille, odeurs des primeurs, des bouquets en boutons. Le son, cris des singes au petit matin dans la forêt, au pied d’une pyramide maya, discussions animées de grands gestes de mains, mais aussi le chuintement doux d’un bateau qui fend l’eau sur le lac Atitlan. Le toucher, sable fin sous la plante des pieds, eau douce d’un piscine naturelle, caresse du soleil sur la peau. Le goût enfin, celui d’un jus de fruit fraîchement pressé, dégusté à l’arrache, accoudé à une petite échoppe de rue, celui d’une tortilla de maïs gris, drôle de couleur poussière, étonnamment subtil, celui du mélange unique de tomates, piment, sésame, amandes et j’en passe, qui accompagne le porc du pepían, un plat qui date de bien avant l’arrivée des espagnols, ou tout simplement un avocat acheté sur un étal, si crémeux qu’on le mange comme un bonbon, nature, sous les éclats de rire du vendeur.
Contactez un spécialiste du Guatemala