La Lituanie en bref

C’est loin, c’est petit et ça paraît compliqué. Un coin de l’Europe à propos duquel on s’étonne toujours. Un guide de Lituanie n’est donc jamais du luxe. On constate alors que loin, pas tant que ça. De Varsovie, par exemple, Vilnius, la capitale lituanienne, n’est pas à cinq cents kilomètres. Petit, pas tant que ça. La Lituanie est plus étendue que la Suisse ; moins haute, c’est entendu. Compliqué, pas tant que ça. Pour simplifier, il suffit de suivre comment les dynamiques engloutissent les moins turbulents depuis le grand-duché de Lituanie, XIIIe-XVIe siècles (constitué dans la lutte contre les Teutoniques). Une phase brillante d’expansion fatigue le pays, que la Pologne gobe, avant de l’être à son tour par les tsars.
Ainsi, de Lituanien conquérant devient-on Lituanien conquis deux fois. Une fenêtre d’indépendance entre les deux guerres du XXe siècle, puis l’URSS, puis une nouvelle indépendance et UE. Et toujours, à l’ouest, les paysages mélancoliques de la mer Baltique. Les remuements historiques ont eu ceci de bon qu’ils ont fait circuler une culture européenne dont le pays a pris sa part. C’est d’ailleurs, le principal objet du fameux étonnement. En débarquant là-bas, on n’est pas tant dépaysé. En version nord-orientale, il y a tout ce qu’on sait : gothique, baroque, classicisme, Art nouveau, impérialisme soviétique, modernisme. Dans cet écart balte, tout de même, une bien plaisante familiarité. Et une atmosphère incomparable.

Utile

Contactez un spécialiste de la Lituanie