Saint Martin en bref

Mi-caribéenne, mi-atlantique, mi-française, mi-hollandaise, mi-plage, mi-colline, Saint-Martin est ce que l’on peut appeler un « melting-pot ». La faute au soleil, peut-être ? Car ce dernier chauffe toute l’année le sable blanc sur lequel se côtoient des dizaines de nationalités différentes, sans compter celles des visiteurs en quête d’ailleurs. Les écueils touristiques s’évitent pourtant, lorsqu’on est équipé d’un bon guide de Saint-Martin. Il vous révèlera par exemple que Grand-Case fait ici figure de capitale gastronomique et qu’insularité n’est pas synonyme d’ennui dans l’assiette. Il mentionnera sans doute la réserve de Creole Rock, où les fonds marins font du cinéma une attraction rasoir.
Il s’appliquera encore à vous nommer les mornes, ces reliefs qui, surplombant l’île, se prêtent volontiers aux pérégrinations humaines. Il vous dira très certainement que la meilleure manière d’appréhender la douceur de vivre locale est de s’avouer que non, l’oisiveté n’est pas condamnable. Pour les plus réticents, elle se combat d’ailleurs à grand coup de pagaie, perché sur un paddle. A moins qu’il ne s’agisse d’un bateau en partance pour l’île Tintamarre, adorable mise en abyme insulaire. Jour après jour, on se surprend à ne pas se lasser du sempiternel triptyque turquoise-blanc-vert. La mer, le sable et les palmiers ont, il est vrai, ce je-ne-sais-quoi d’hypnotique.

Magazine Voyage à Saint Martin

Contactez un spécialiste de Saint Martin