Il n’y a pas de doute: votre voyage sera superbe. Le Costa Rica est un pays fabuleux, il suffit juste de connaître quelques règles, us et coutumes. C’est le seul but de ce petit vade-mecum volontairement exagéré et légèrement taquin…

 

Voici un pays intéressant, apparu sur la carte du tourisme assez récemment. Avec une image éco-responsable très forte. Le Costa Rica n’apparaît pas toujours comme le pays de cocagne de l’écologie. Certes, il y a de multiples parcs naturels mais la première impression, celle de San José n’est pas la meilleure. Une grande agglomération enserrée dans une vallée étroite, une circulation anarchique de voitures et de camions, des embouteillages quasi perpétuels. Les routes, sans être mauvaises, sont extrêmement tortueuses. De San José à Fortuna il n’y a probablement pas 500 mètres de ligne droite. Aussi ne comptez pas en kilomètres mais en temps de parcours. Et comptez large!

Sans aucun rapport mais bon à savoir: dans les hôtels, les lits sont en général de 140 centimètres de large et vous aurez deux lits dans une chambre double. Impossible de comparer la qualité de l’hôtellerie locale avec l’Asie ou l’Indonésie. Les hôtels moyens sont chers, les bons hôtels aux standards internationaux, rares, sont hors de prix. Le niveau de vie est assez élevé. La raison: un tourisme important venu des USA proches. En fait, bien qu’ils exècrent les gringos, les Ticos, les costaricains, ne rêvent que de leur “way of life”, l’énorme pick-up Ford étant le summum de la réussite. Pour la petite histoire le tourisme a commencé avec les retraités américains des états enneigés, venant passer six mois de l’année au Costa Rica et faisant des économies en hiver avant de retourner aux beaux jours chez eux. Au début c’était donné, cela l’est beaucoup moins aujourd’hui.

Il pleut souvent au Costa Rica : c’est une constante du pays, il est vert donc il y pleut. Il peut pleuvoir des semaines entières à Arenal ou à Tortuguero. Seule la côte ouest (Pacifique) est vraiment sèche. En principe vous aurez choisi la meilleure saison… sans certitude absolue, il est temps de vérifier! Vous verrez des animaux mais probablement plus dans votre salle de bains que dans les parcs. Rencontrer un ocelot, un jaguar ou un puma relève du gain au Loto: improbable. Mais trouver de petites bébêtes, telles que des araignées dans son lavabo, est en revanche très fréquent! Pensez d’ailleurs à secouer vos chaussures avant de les enfiler. Ceci étant se réveiller au chant du singe hurleur ou d'un ara posé devant vos fenêtres n'est pas chose rare dans les parcs. D'ailleurs dans le parc naturel de Tortuguero, on se déplace la plupart du temps en groupe en bateau. Voir les tortues est extrêmement encadré et laisse peu de place à la rêverie au clair de lune. Certes, l’endroit est beau, entre lagune et mer des Caraïbes, on y voit beaucoup d’oiseaux, on les entend aussi, mais l’organisation fait, à notre sens, un peu zoo. Dans celui d’Arenal: il n’y a plus de coulées de lave depuis des années. Mais les attractions, type tyrolienne, sont toujours intéressantes et font la joie de tous.

Le pays n’est pas dangereux. Le problème concerne les vols dans les voitures. Les Ticos vous diront que ce sont les Nicaraguayens les responsables. Ne laissez rien traîner, cachez tout dans le coffre. Y compris quand vous roulez. En arrivant à la plage, ne rangez pas le coffre sur le parking. Privilégiez les parkings privés dans la mesure du possible. Dernière chose: en arrivant devant un parking officiel, vous pouvez voir un individu vous signalant qu’il est plein et qu'il vous faut aller à celui d’à côté. Vérifiez quand même avant. Probable que le suivant sera plus cher et plus officieux…

A découvrir

Idées voyages au Costa Rica

Puisez l’inspiration dans nos suggestions avant de créer le voyage qui vous ressemble
Contactez un spécialiste du Costa Rica