Le Nicaragua en bref

On irait bien mais attention, danger ? Confrontez peur et réalité, avec ce guide de voyage au Nicaragua. Débarquer à Managua, où le pire côtoie le meilleur. Laisser le premier de côté, remonter le « sendero mágico » - il paraît qu’on peut y croiser des elfes ou de petits gnomes. Flâner dans le paseo Xolotlan, reconstruit après les destructions du grand séisme de 1972, se promener à la fin du jour le long du lac Xolotln. La nuit venue, changer d’ambiance du tout tout et bouger sur un dancefloor de la zona rosa, où se concentrent les lieux de fête. Partir vers Granada, dont les charmes sont plus palpables : musarder le nez en l’air pour admirer les bâtisses coloniales. Ne pas faire de jaloux, filer à León, sa ville soeur-ennemie.
Visiter sa cathédrale inscrite au Patrimoine Mondial et pister ses fresques murales aux accents révolutionnaires. Passer côté campagne, s’emplir du vert lumineux des champs de tabac dans la région d’Esteli, le confronter au vert profond des plantations de café qui entourent la cité l’Ocotal. Randonner sur les flancs du volcan de Mombacho, recouvert de forêt tropicale. Débusquer singes, oiseaux, serpents et papillons, puis se prélasser dans une source d’eau chaude. Se poser sur les rives d’un lac aux eaux bleues, lago Nicaragua, laguna de Apoyo, et finir vos vacances au bord de la mer, près des surfeurs ou des tortues le long de la côte Pacifique, ou sur la bulle de paradis qu’est la petite île Corn.

Utile

Contactez un spécialiste du Nicaragua