Situation

Quel que soit l´environnement dans lequel le voyageur se déplace, urbain ou naturel, il est de sa responsabilité de respecter l´endroit qu´il traverse. Voici quelques principes de base, applicables partout dans le monde. Un second paragraphe vous présente les problèmes environnementaux spécifiques à Cuba. - Eviter de laisser certains déchets sur place et les rapporter avec soi si le pays ne dispose pas d´infrastructure d´élimination de ces déchets. Par exemple : piles et batteries, médicaments périmés, sacs plastique. - La rareté de l´eau est aujourd´hui un problème mondial. Même si le pays visité n´est pas a priori concerné par le manque, quelques réflexes doivent désormais faire partie du quotidien : préférer les douches aux bains, éviter le gaspillage, signaler les fuites éventuelles des robinets. - Dans la plupart des hôtels vous disposerez d´une climatisation individuelle. Il est vivement recommandé, pour éviter la surconsommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre afférentes, de la couper systématiquement lorsque vous n´êtes pas présent dans la chambre. La climatisation n´est d´ailleurs pas absolument nécessaire sous tous les climats. - En balade, dans certains écosystèmes fragiles, ne pas sortir des sentiers ou conduire hors-piste, limiter le piétinement et ne pas rapporter de « souvenir » : renoncer à cueillir des fleurs rares, à ramasser des fossiles ou des pétrifications, etc. Le 12 juin 1992, à l’ONU, Fidel Castro prononçait un discours sur l´environnement et le développement : « Une importante espèce biologique court le risque de disparaître à cause de la liquidation rapide et progressive de ses conditions naturelles de vie : l´homme. Il est nécessaire de signaler que les sociétés de consommation sont les responsables fondamentales de la destruction atroce de l´environnement… Avec seulement 20% de la population mondiale, elles consomment les deux-tiers des métaux et les trois-quarts de l´énergie que l´on produit dans le monde. Elles ont pollué les mers et les fleuves, elles ont pollué l´air, elles ont affaibli et perforé la couche d´ozone, elles ont saturé l´atmosphère de gaz qui altèrent les conditions climatiques avec des effets catastrophiques, dont nous commençons à souffrir. Les forêts disparaissent, les déserts s´étendent, des milliards de tonnes de terre fertile finissent chaque année dans la mer. De nombreuses espèces disparaissent… Si l´on veut sauver l´humanité de cette autodestruction, il faut mieux distribuer les richesses et les technologies de la planète. Moins de luxe et moins de gaspillage dans quelques pays pour qu´il y ait moins de pauvreté et moins de faim sur une grande partie de la terre… Appliquons un ordre économique international juste… Payons la dette écologique et non la dette externe. Demain il sera trop tard pour faire ce que nous aurions dû faire il y a longtemps. ». Il est vrai qu’à la chute de l’URSS, Cuba, qui voyait disparaitre 50% de son approvisionnement en pétrole, une bonne partie de ses aliments et 85% de ses échanges commerciaux, avait dû se mettre au durable et à l’économique. Les Cubains ont donc commencé, par nécessité (les Américains, pour leur part, maintenant l’embargo), à faire pousser des légumes organiques dans des fermes et des jardins urbains et à développer des fertilisants et des produits phytosanitaires bio. Le manque de pétrole provoquant des problèmes logistiques, la production maraichère a été installée en ville (on estime aujourd’hui que 50% des légumes consommés à La Havane sont produits dans la capitale ; ailleurs, cela peut monter à 80, voire à 100%). Ici et là, les animaux de trait ont repris du service. Pénurie pétrolière signifiait également baisse de la production d’électricité et coupures de courant. Des investissements d’équipement importants étant inenvisageables, le pays s’est tourné vers les économies d’énergie (le niveau d’équipement des ménages en appareils électriques, déjà faible, tend à baisser) et la mise en place de petites unités locales de production énergétique à partir de sources renouvelables. L’énergie solaire est privilégiée. Du coup, puisque nécessité fait loi, Cuba a développé un réel savoir faire en urbanisme environnemental.

A découvrir

Idées voyages à Cuba

Puisez l’inspiration dans nos suggestions avant de créer le voyage qui vous ressemble
Contactez un spécialiste de Cuba