Capitale

Buenos Aires.

PIB

8 082 dollars US par habitant en 2008 (France, 36 614 dollar US par habitant).

Point culminant

L’Aconcagua, 6 960 mètres. C’est le point culminant de la cordillère des Andes et de l'Amérique.

Superficie

2 791 810 km², soit environ 5 fois la France.

Climat

Rappelez-vous que, dans l´hémisphère sud, les saisons sont inversées par rapport à celles de l´hémisphère nord. L´été (d´octobre à février-mars), avec des températures douces et des jours longs, est la saison la plus indiquée pour la Patagonie et les Andes méridionales (le sud de cette zone, au cœur des cinquantièmes hurlants, est toutefois le domaine du vent et marqué par une grande variabilité : soleil ou flocons et températures en montagnes russes entre 2° et 22°). L´hiver (de juin à août) est recommandé pour voyager dans le nord et le nord-ouest, car les pluies sont alors moins fréquentes et les températures tropicales descendent de quelques degrés. Le printemps et l´automne sont magnifiques à Buenos Aires.

Géographie

Six grandes régions, très différentes les unes des autres, font de l´Argentine un pays aux contrastes saisissants. Le Noroeste (composé des trois provinces de Salta, Tucuman et Jujuy). Les quebradas, gorges encaissées et fertiles, offrent des paysages grandioses. Ce sont des centres agricoles actifs : canne à sucre, coton, tabac. Les vallées sont également riches en gisements de fer, plomb et argent. Entre le Noroeste et la Mésopotamie, s’étend le Chaco, vaste plaine broussailleuse. La Mésopotamie (Litoral) : les couleurs dominantes de cette région, à la frontière du Brésil, sont le rouge du sol et le vert de la végétation. Elle est composée de trois provinces, l´Entre Rios, Misiones et Corrientes. Misiones est un centre touristique important grâce aux très célèbres chutes d´Iguaçu. Les Sierras andines : ensembles montagneux qui forment la colonne vertébrale de l´Argentine. Paysages et climats y sont extrêmement variés. La Pampa : cette immense plaine, d´une fertilité exceptionnelle, est la plus sûre richesse du pays. Elle s’étend sur un rayon de 970 kilomètres et se divise en « pampa sèche » à l’ouest et « pampa humide », province de Buenos Aires. Elle possède une âme dure, rebelle et amicale, qui est devenue celle des gauchos. La Patagonie : elle se subdivise en Patagonie andine et Patagonie atlantique. C´est l’immense « pied » du continent américain, en équilibre sur les glaces de l´Antarctique. La Patagonie est un terrain de jeu pour les vents. Mais la grande richesse de cette région demeure le tourisme, avec le Lago Argentino, Ushuaia, Bariloche, Puerto Madryn et la péninsule de Valdès.

Economie

Stabilisée dans les années 90, après une rude période d’hyperinflation, l’économie argentine a connu, de 1998 à 2002, une crise grave, qu’ont suivie cependant plusieurs années de croissance continue. Les exportations ont été relancées (d’origine agricole pour 60%). Les investissements étrangers restent prudents. Depuis 2006, le programme nucléaire est réactivé, en coopération avec le Brésil. L’agriculture demeure le secteur clé, avec une surface cultivée à peu près équivalente à celle du territoire allemand. La production est largement diversifiée : céréales (maïs, blé, sorgho, riz…), oléagineux (tournesol, lin, soja), fruits et légumes, plantes industrielles (canne à sucre, coton, tabac, thé…). L’élevage, bénéficiant de grandes étendues herbeuses, est de premier rang et fournit viande, cuirs, laine, produits laitiers. Le bœuf vient en tête ; les Argentins en sont parmi les premiers consommateurs (60 kg par habitant et par an, contre 26 kg en France, par exemple). Dans le domaine des services, on notera le développement du tourisme, qui pointe en 3e position pour les entrées de devises des exportations (7,2% du PIB en 2004). La dette reste un lourd boulet, qui entrave les politiques gouvernementales et pèse sur la santé économique du pays. Le chômage se situait autour de 9% de la population active en 2007 et 23% de la population vivrait encore sous le seuil de pauvreté.

Faune & Flore

Le Noroeste présente trois paysages principaux. La Puna d’abord, hauts plateaux désertiques, à la végétation éparse et rabougrie. On y trouve des vigognes, des chinchillas, des lamas, ainsi que de grandes colonies de flamants. Les Sierras offrent forêts et déserts ; pumas, condors et camélidés y sont assez protégés. La Pampa est (dans son ensemble) la zone où l’activité humaine a le plus bousculé la faune et la flore. Le cerf des pampas y est désormais rare (mais encore nombreux dans la région de Cuyo) ; la tortue d’Argentine, l’anaconda jaune se maintiennent ; les oiseaux abondent. Le Chaco et la Mésopotamie partagent une faune toujours riche, avec des variations selon le type de couvert végétal. Jaguars, pumas, jaguarondis, ocelots, tapirs, pécaris, fourmiliers, jabirus, tatous, cerfs, guanacos sont communs. Les forêts abritent coatis, agoutis, pacas et une belle avifaune. Ajouter à cela insectes et reptiles à foison. Une forêt dense de conifères couvre de vastes portions de la Patagonie andine ; on y rencontre pumas, aigles, condors, des cerfs, dont le poudou (l’un des plus petits cerfs du monde), le colocolo et le kodkod (marsupial et félin autochtones). La Patagonie atlantique est ouverte et nourrit chichement (mousses, lichens…) guanacos, maras et pumas, ainsi qu’une foule d’oiseaux : flamants du Chili, cygnes à cou noir, grèbes, caracaras… De la péninsule de Valdès, on observe, d’octobre à mi-décembre, baleines franches et dauphins. Mais aussi pingouins et mammifères marins. Dans le grand sud, la faune marine est reine : manchots royaux, loups et lions de mer, éléphants et léopards… de mer, phoques…

A découvrir

Idées voyages en Argentine

Puisez l’inspiration dans nos suggestions avant de créer le voyage qui vous ressemble
Contactez un spécialiste de l'Argentine