Vous aimerez
  • L’Afrique australe, du Cap à l'océan Indien, des manchots aux coraux et des vignes au sable fin
  • Le Cap comme un Sud-Africain, les manchots dans un kayak, les hippo en bateau, les baleines, déjà prévu !
  • Plonger sur les récifs de corail de Bazaruto, foisonnants de vie et de couleurs
  • Salons à Roissy et Joburg, routeur Wifi, téléphone local, concierge sur place, les plus Voyageurs

Contactez un spécialiste Afrique du Sud 01 84 17 57 32

La terre et l’eau

Le Cap d’abord, qui est l’une des plus agréables métropoles africaines. On a là un concentré de modernité easy going. Bien vivre, c’est le mot d’ordre. Pour cela, un urbanisme inventif, un arrière-pays tapissé de vignes et l’Atlantique. Lequel nourrit manchots et baleines, familiers des côtes. De jolis rouleaux autorisent aux surfeurs de mémorables séances de glisse. Ensuite, d’un coup d’avion, ce seront l’est, Durban, Salt Rock et la réserve de Pongola. La grande faune terrestre est au rendez-vous. Arrivé à quelques mètres du rhinocéros noir, on voit le grain de sa peau, on le sent, on l’entend, et on le trouve formidable ! Santa Lucia, sur Elephant Coast dans le Maputaland, est un endroit incomparable, intermédiaire entre l’océan et le continent.
La flore tire parti de l’abondance de l’eau ; elle se déploie en mangroves, en roselières, en prairies et en vastes panaches d’un vert sombre. Les animaux y abondent. Les oiseaux, en particulier, qui battent des ailes un peu partout. Les baleines remontent au large pendant l’hiver austral. L’Unesco contribue à la protection de la région. Pour finir, un éden préservé et mozambicain : l’archipel de Bazaruto. On vit là quatre jours, entre farniente super doux et plongées étourdissantes sur les récifs de corail. Les fonds sont admirables, pas si profonds, et respectés par une approche touristique prudente. Dugongs, tortues marines, poissons clowns incarnent une nature souriante et paisible, où requins, murènes, mérous jettent de temps à autre l’effroi de leur voracité. Raisonnable, le plongeur n’a à craindre ni les uns, ni les autres. Et il regagne son bungalow sous les étoiles avec des couleurs plein les yeux !

Votre voyage

Un bout de campagne provençale en pleine ville, voilà pour votre hôtel au Cap. A Bazaruto, vous touchez à la pureté océane, dans un cadre subtilement sophistiqué. Dans la réserve de Pongola, tente safari grand style. Et maison d’hôte moderne à Santa Lucia. Ajoutez une atmosphère familiale à Salt Rock et vous avez la belle palette des hôtels que vous propose ce voyage. De quoi récupérer des fatigues, évidemment, mais aussi profiter des étapes dans des conditions optimales. Du plaisir et des services impeccables. Côté transports, liberté et efficacité : une berline au Cap et un SUV à Pongola et Santa Lucia. A Bazaruto, vous n’avez plus besoin de rien. Deux vols relient ces différentes zones. Les véhicules sont adaptés partout au terrain. Like a friend au Cap, observation des manchots et des baleines, initiation au surf, safari à Pongola, croisière sur l’estuaire de Santa Lucia, des activités nombreuses ont été inscrites à votre agenda, avec des guides privés anglophones dans la plupart des cas (pas d’inquiétude à cet égard : on parle désormais toujours assez d’anglais). Faune terrestre, marine, amphibie, le programme est varié, abondant et contrasté. Les approches sont fun. Et la découverte du Cap avec un Français de là-bas n’est pas moins colorée et pétillante. De la ville contemporaine à la solitude de Bazaruto, le rythme est soutenu, mais pas harassant. Les étapes ont été dosées avec soin et la logistique est ajustée. En cas de désir non prévu, ou de contretemps, vous disposez des coordonnées de notre concierge sur place. Son expérience terrain et une curiosité pertinente en font un recours efficace.

Itinéraire

Suggestion 100% personnalisable selon vos envies
JOUR 1

Vol pour Le Cap (Afrique du Sud)

Accueil et prise en compte de la voiture de location. Installation pour quatre nuits dans le City Bowl. On pousse les portes de bois et, comme par enchantement, par la vertu en tout cas d’un ravissant jardin ébouriffé, on se retrouve coupé de l’animation de Kloof Street. Au XIXe siècle, cette maison blanche était une ferme. Elle a quelque chose de curieusement familier. C’est la Provence. Les propriétaires français l’ont décorée dans ces tonalités légères et lumineuses caractéristiques du pays de Pagnol. C’est gai, ludique, magnifiquement soigné dans les détails, confortable pour le corps et l’esprit. Et trendy comme tout. Votre chambre est spacieuse. Elle garde en filigrane une simplicité rustique, mais les aménagements ne manquent pas de discrète sophistication. La literie est superbe, la salle d’eau est une invitation au bien-être. Ce sera un bonheur de regagner le nid au milieu des grenadiers après de longues journées d’exploration. Le petit déjeuner est exquis, il vous permet de faire en bio le plein d’énergie. Pour les autres repas, on aura recours aux considérables ressources du Cap en la matière. Une chose encore, la collection de disques jazz et soul…

JOUR 2

Le Cap

Déjà prévu au programme - Le Cap like a friend. La journée se passe en compagnie de Patrick, Français habitant le Cap depuis près de vingt ans, qui connaît parfaitement la ville et ses rites. Rien de préconçu, mais des envies exprimées, des intérêts partagés, des intuitions… Avec cela, on s’organise et on fait tout à la sud-africaine. C’est une façon passionnante de se mettre au rythme de la ville, de la vivre de l’intérieur, non pas comme un touriste de passage mais, vraiment, comme un ami pour qui les portes sont ouvertes.
La situation de l’hôtel dans le centre historique, vous permet d’aller en voisin voir les petites maisons aux couleurs acidulées de Bo-Kaap, le quartier malais. Mais aussi De Waterkant, qui en était une partie avant le Group Areas Act. Aujourd’hui ce secteur est emblématique des nouvelles valeurs urbaines. Il est très facile, et indispensable, d’aller jusqu’au Victoria and Alfred Waterfront, le vieux port. On y trouve boutiques, restaurants, bars, mais aussi le Two Oceans Aquarium. C’est de là que l’on se rend en bateau sur Robben Island, ancienne prison, lazaret, léproserie… Nelson Mandela y a passé près de vingt ans. Dans la vieille ville, le fort de Bonne-Espérance (XVIIe siècle) ; l’hôtel de ville (1905) avec, tout près, un splendide bâtiment Art déco, le Mutual Building (Fred Glennie, 1935) ; Long Street ; le musée d’histoire (Old Slave Lodge, 1679)… La montagne de la Table ? Bien sûr, en téléphérique, par exemple. Les plages sont à False Bay (à l’est de la péninsule), Atlantic Seaboard (à l’ouest) et West Coast, au nord de Cape Town. Quant au faubourg de Camps Bay, on y goûte le soir à l’ivresse du cosmopolitisme branché qui est l’un des charmes de la ville. Dans les vignes de Stellenbosch, à l’est du Cap, les chais attendent les visiteurs…

JOUR 3

Le Cap

Déjà prévu au programme - En kayak à la rencontre des manchots. Avec un accompagnateur anglophone privé, on embarque à la base navale de Simon’s Town et on pagaie jusqu’à Boulders Beach, où se trouve une importante colonie de manchots du Cap. En chemin, stop plage et snorkeling. La population de manchots du Cap (Spheniscus demersus) a considérablement décru depuis le début du millénaire, et des mesures actives de protection ont été prises. C’est un oiseau d’une soixantaine de cm de haut, black and white, avec le dessus des yeux rosé (glandes thermorégulatrices) ; son cri est réputé ressembler à celui d’un petit âne. Il chasse en mer le pilchard, l’anchois et le calmar ; signe particulier : très sympa. Et, puisqu’on est à l’eau, on y reste. A False Bay, la plage de Muizenberg, avec ses rouleaux réguliers, est idéale pour une initiation au surf. On en profitera donc pour essayer de se lever sur la planche. Un instructeur anglophone accompagne les tentatives de conseils avisés.

JOUR 4

Le Cap

Déjà prévu au programme - Une sortie baleines. De juin à décembre, les baleines franches australes, que l’on reconnaît aux callosités de leur tête et à l’absence de nageoire dorsale, viennent se reproduire dans les eaux du Cap. Le secteur ouest de False Bay est particulièrement propice à leur observation. Cette espèce de quinze mètres en moyenne approche volontiers les bateaux ; elle a la peau noire, ou presque noire, les marques blanchâtres étant dues à des colonies de parasites qui profitent du cétacé pour se nourrir et se faire transporter. Un organisme de ce calibre est un peu un écosystème à soi seul. Des baleines à bosse, des orques et des dauphins s’observent aussi souvent. Une guide anglophone accompagne la navigation.

JOUR 5

Le Cap - Durban - Salt Rock

Rendu de la voiture à l’aéroport et vol pour Durban. Prise en compte du SUV et route pour Salt Rock. Nuit à cinq cents mètres de l’océan. La maison est entourée d’un beau jardin arboré. La décoration intérieure fait famille. Les chambres sont cosy, belle literie de percale et salle de bain particulière. On prend les repas à la salle à manger. Le chef mijote, rôti et grille à point : la table est tout à fait sympathique. Une piscine invite à se délasser agréablement sur son seuil, mais une courte promenade permet de profiter d’une longue plage de sable surveillée.

JOUR 6

Salt Rock - Réserve de Pongola

Route pour la réserve privée de Pongola, KwaZulu-Natal. Installation pour deux nuits au White Elephant Safari Lodge, entre les monts Lebombo et le lac Jozini. La décoration de la tente renvoie à l’art de vivre le safari à la grande époque. Les aménagements techniques ajoutant le confort d’aujourd’hui. Dans les chambres, vastes moustiquaires, chaises cannées, étoffes imprimées, ventilateurs, etc. Salle de bain intérieur / extérieur. La véranda, elle aussi, est un espace mixte, où l’on paresse, où l’on prend ses repas. Lesquels contribuent, matin et soir, en passant par l’afternoon tea de rigueur, à la bonne atmosphère de la maison. Pour la détente et la bonne humeur, la piscine est un autre élément clé.

JOUR 7

Réserve de Pongola

Déjà prévu au programme - Deux sorties par jour. La variété des milieux qui composent le parc autorise de multiples activités. Le matin et le soir, des safaris terrestres classiques en véhicule adapté. Des Big Five, quatre sont présents : le buffle, le rhinocéros, l’éléphant et le léopard ; le roi des animaux manquant, Pongola serait, à bon droit, qualifiée de républicaine. Antilopes, girafes, phacochères sont aussi au générique. Le safari peut être fait à pied. Il peut aussi bien ne prendre en compte qu’une espèce, le rhinocéros noir, ou l’éléphant. L’approche pédestre, derrière un ranger, de ces animaux imposants est une expérience inoubliable. Sur le lac Jozini, on va en bateau, ou en canoë. Hippopotames et crocodiles occupent les berges. Ce qui n’empêche pas les gazelles de s’y désaltérer nombreuses. Les oiseaux pêcheurs sont à leur affaire. Parmi eux, le jabiru, le tantale ibis ou la rare chouette-pêcheuse d’El. Et ces eaux comptent parmi les meilleures pour taquiner le tigerfish.

JOUR 8

Réserve de Pongola - Santa Lucia

Route pour Santa Lucia, au sud de l’iSimangaliso Wetland Park - inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Installation pour deux nuits dans une maison d’hôte moderne. Chambres et parties communes sont simples et faciles à vivre. On y dispose de tout le confort souhaitable, lit moelleux et salle d’eau fonctionnelle. Le full English breakfast est, ici comme à Oxford, une excellente façon d’attaquer la journée. Dans le jardin, une piscine et les ustensiles du braai, le barbecue sud-africain. Rien ne manque donc pour que les voyageurs se sentent intégrés aux façons de faire australes.

JOUR 9

Santa Lucia

Déjà prévu au programme - Croisière sur l’estuaire. On embarque dès potron-minet sur un bateau aménagé, en compagnie d’un guide privé anglophone. A bord, café croissants, ce qui n’est pas banal sur la côte des Eléphants. Le long des berges, mangrove et marécages alternent. A cette heure, les chances de rencontrer des hippopotames et des crocodiles du Nil sont excellentes. Le pygargue vocifère et le héron Goliath sont en chasse eux aussi. A la même période qu’au Cap, on peut envisager ici l’observation des baleines à bosse. Ce n’est pas tellement que cet animal ait une bosse, mais plutôt qu’il fait une bosse avant de sonder. C’est une baleine à grands bras, ses nageoires pectorales étant étonnamment longues ; on l’appelle d’ailleurs aussi mégaptère, à grandes ailes. Elle effectue des sauts spectaculaires au-dessus de la surface. Une quarantaine de tonnes pour une quinzaine de mètres, ça fait un sacré splatch ! La sortie en mer se fait avec un guide anglophone.

JOUR 10

Santa Lucia - Richards Bay - Vilanculos (Mozambique) - Bazaruto

Rendu de la voiture à l’aéroport de Richards Bay et vol pour Vilanculos. Transfert en bateau. Installation pour quatre nuits sur la côte ouest de l’Ilha do Bazaruto. Tout d’abord, votre bungalow : 155 m² d’intimité africaine, avec piscine particulière. L’aménagement est doux, les voilages ont ces frémissements sous la brise qui font l’envoûtement tropical. La plage est à deux pas. Pour les repas, quatre restaurants - inspiration méditerranéenne et esprit international, ressources de l’archipel - mais surtout la possibilité de se faire servir « chez soi ». La spa propose hammam, bassin froid, piscine d’hydrothérapie, chambre à rhassoul (argile smectique), cinq salles de soin. Le personnel est pro et charmant. Et puis, il y a cette vue. On a beau dire que la vue sur la mer, bon, pfff… Quand même ! Lorsqu’on a ça sous les yeux… Ça équilibre l’intimité par l’immensité.

JOURS 11 & 12

Bazaruto

L’archipel de Bazaruto, au large de la province mozambicaine d’Inhambane, est l’un des beaux secrets de l’Afrique orientale. La nature y a ces teintes franches à quoi l’on reconnaît son bon état. Jeux sur la plage, promenades équestres dans les dunes, sorties en mer, snorkeling en reçoivent un supplément d’agrément. De grandes colonies de pélicans et de flamants occupent les lacs côtiers, mais ce sont 180 espèces d’oiseau qui ont été recensées, dont 26 de limicoles. Sous l’eau, c’est carnavalesque, les poissons de récif font assaut de formes captieuses et de couleurs chatoyantes, les tortues passent comme des soucoupes plongeantes, les barracudas montent des affuts nerveux, la raie manta est toute d’élégance profilée… Le secteur est propice au bonasse dugong, qui y mène en père peinard sa vie de végétarien. L’hôtel est engagé, en collaboration avec le parc national marin de Bazaruto, dans un projet de protection et de multiplication des coraux. Du farniente à l’exploration naturaliste, en passant par le kayak ou les sorties en boutre, trois journées de pur bonheur balnéaire et tropical.

JOUR 13

Bazaruto

La plongée est, bien sûr, la grande attraction à Bazaruto. Le spot de Fishbowl, par exemple, est accessible aux débutants et aux plongeurs moyens. Entre 3 et 14 mètres, on y trouve beaucoup d’anémones et, donc, de poissons clowns. On croise la raie mobula, la pastenague ou la raie guitare. Les dugongs nagent paresseusement. Les requins gris de récif font le tour de leur domaine de chasse en groupes de quelques individus, tranquilles. Les plongeurs plus retaillés peuvent pousser leurs explorations récifales. Entre 8 et 20 mètres, tortues vertes, caouannes, imbriquées se glissent entre de grands bancs de poissons chirurgiens et de fusiliers. Les mérous impressionnent par leur masse, les murènes par leur vigueur, les carangues par leurs gros yeux. Les poissons licornes partagent avec les requins (gris, taureaux, nourrices, pointe blanche, dans le secteur) d’excellentes qualités d’hydrodynamisme. La richesse des milieux coralliens que l’on visite est extraordinaire. Et l’environnement technique des plongées professionnel et sûr.

JOUR 14

Bazaruto - Vilanculos - vol de retour

Transfert à l’aéroport de Vilanculos et vol de retour (via Johannesburg).

Budget estimé

Selon saison, types d'hébergements et activités
Le budget estimé pour ce voyage est de 6500€ à 7500€/personne.

Parler de prix fixe lorsque l'on évoque un voyage sur mesure a peu de sens. En effet, celui-ci varie suivant de nombreux facteurs (niveau de prestations, période, délai de réservation et bien d'autres encore). Le seul prix exact sera celui de votre devis personnalisé.

Le prix moyen constaté pour ce voyage est de 7000€/personne.
  • Le transport aérien international et domestique sur compagnie régulière
  • Les taxes aériennes et surcharge carburant
  • L’accès au salon Air France à Roissy
  • L’accès au Premier Lounge à l’aéroport de Johannesburg
  • L’accueil francophone et l’assistance formalités à l’aéroport du Cap
  • Au cap, la location pour 4 jours d’un véhicule de type berline
  • A Durban, la location pour 5 jours d’un véhicule de type SUV
  • Un service de navigation GPS accessible depuis l'application Voyageurs du Monde, chargé avec votre parcours, les coordonnées de vos hôtels et bonnes adresses
  • Les transferts en bateau Vilanculos / Bazaruto et Bazaruto / Vilanculos
  • Un téléphone portable local
  • Un routeur Wifi international
  • Les 4 nuits au Cap, à l’hôtel La Grenadine, en chambre double, avec petits déjeuners
  • Le Cap like a friend ; la sortie kayak observation des manchots ; l’initiation au surf ; la sortie observation des baleines
  • La nuit à Salt Rock, à The Safron House, en chambre double, avec petit déjeuner
  • Les 2 nuits dans la réserve de Pongola, au White Elephant Safari Lodge, en tente luxe double, pension complète ; 2 activités par jour incluses
  • Les 2 nuits à Santa Lucia, à la Whalesong Guest House, en chambre double, avec petits déjeuners
  • La croisière sur l’estuaire de Santa Lucia ; la sortie observation des baleines à bosse
  • Les 4 nuits sur l’île de Bazaruto, à l’Anantara Bazaruto Island Resort and Spa, en villa double, pension complète
  • Notre service conciergerie sur place
  • Réf: 1409922
    Nos experts à votre écoute
    Contactez nos conseillers specialistes pour créer votre voyage sur mesure
    Contactez un spécialiste de l'Afrique du Sud