Frontières terrestres : 1 210 km, 494 km avec la Bulgarie, 282 km avec l’Albanie, 228 km avec la Macédoine, 206 km avec la Turquie. Littoral : 13 676 km. 6000 îles et îlots.

Au début il y avait le Chaos, qui engendra 6 éléments, Éros, l'amour, le désir, Héméra, la lumière terrestre, Érèbe, les ténèbres, Nyx, la nuit, Gaia, la terre, et Tartare, qui personnifie l'endroit le plus bas du monde souterrain, et soutient les fondements des terres et des mers

Érèbe engendra avec Nyx 3 éléments, Thanatos, la mort, Hypnos, son frère jumeau en light, le sommeil, et Éther, la Lumière des astres.

Gaïa fut prolifique, elle engendra Ouranos, le ciel étoilé, avec qui elle fit les 12 Titans (6 Titans et 6 Titanides) , les 3 Cyclopes à 1 oeil, et les 3 Hécatonchires à 100 bras. Elle engendra aussi Ouréa, les montagnes, les nymphes, forces vives de la nature, la Mer inféconde, et Pontos, les flots, avec qui elle eut 5 enfants : Nérée, Thaumas, Phorcys, Céto et Euribie. Avec Tartare, elle eut 2 enfants, Échidna et Typhon.

Ouranos détestait sa progéniture, il les envoya donc dans les profondeurs de la Terre. Gaïa, complota une revanche avec ses enfants les Titans : les 5 premiers maitrisèrent Ouranos pendant que le 6ème, Cronos, lui sectionnait les testicules. Du sperme qui s'en échappa et qui coula sur Gaïa, elle engendra  3 familles d’enfants : les 3 Euménides, déesses de la vengeance ; les 45 Géants, et les Méliades, Nymphes des frênes. Dès lors, Cronos régna à la place d'Ouranos, et épousa sa sœur Rhéa avec qui il eut 6 enfants, qui formèrent la 1ère génération des dieux olympiens : Hestia, la déesse du foyer, Déméter, la déesse des moissons, Héra, la déesse du mariage et de la végétation , Hadès, le dieu des Enfers et des morts, Poséidon, le dieu de la mer et des fleuves, et Zeus, roi des dieux, maître du ciel et de la foudre. Cronos, ayant été informé d'une terrible prédiction lui annonçant qu'un jour un de ses enfants le détrônerait, avala 5 de ses enfants dès leur naissance. Zeus, le 6ème des enfants, échappa à ce sort, sa mère l'ayant substitué par une pierre.

 

Dès le Ve siècle avant l'ère chrétienne, en Attique, région d'Athènes, apparaissent des chiffres dont chaque signe, à l'exception de celui pour 1, n'est autre que la première lettre du nom du nombre, tracé dans l'alphabet local athénien, à savoir : Ι pour 1 (un trait ), Γ pour 5, ΓΕΝΤΕ, Δ pour 10, ΔΕΚΑ, Η pour 100, ΗΕΚΑΤΟΝ, Χ pour 1 000, ΧΙΛΙΟΙ, Μ pour 10 000, ΜΥΡΙΟΙ. La notation des nombres suivait le principe additive : 3 s'exprimait par ΙΙΙ, 9 par ΓΙΙΙΙ, 400 par ΗΗΗΗ. Cette numérotation dite acrophonique fut remplacée progressivement à partir de -700, par une numérotation alphabétique qui nous permet de réviser notre alphabet grec : alpha, α , pour 1, beta, β, pour 2, gamma, γ, pour 3, delta, δ, pour 4, epsilon, ε, pour 5, diagamma, ?, pour 6, dzêta, ζ, pour 7, êta, η, pour 8, theta, θ, pour 9, iota, ι, pour 10, etc...

A découvrir

Contactez un spécialiste de la Grèce