Janvier

Février

Mars

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Septembre

Octobre

Novembre

Décembre


Le Liban est ensoleillé la majeure partie de l’année et il est fort agréable de s’y rendre quelle que soit la saison. Et pour cause, la température moyenne en février est de 12°C ! Le printemps, très bref, accueille les baigneurs dès le mois d’avril et s’accompagne parfois d’un vent chaud et poussiéreux venue de Syrie juste avant l’été. La saison estivale est très chaude et il n’est pas rare de voir les beyrouthins fuir la capitale pour les hauteurs. L’automne est également assez agréable et laisse la possibilité de se baigner jusqu’à mi-octobre. Il faudra simplement prendre garde aux orages assez intenses annonçant le début de l’hiver. Par ailleurs, renseignez-vous au préalable sur les zones conseillées et déconseillées au Liban, au vu de son climat géopolitique assez tendu.

Principales zones évaluées : Beyrouth, le Liban du nord : (ex : Tripoli), la Bekaa (ex: Baalbek), le littoral (ex: Batroun, Byblos).

Janvier : un hiver doux et pluvieux


Les régions de Beyrouth, de la Bekaa et du littoral sont particulièrement pluvieuses en janvier, mis à part la ville de Byblos. Hormis cela, les températures sont très agréables dans la majorité du pays avec une moyenne de 15°C. Seules la ville littorale de Byblos et Baalbek sont un peu plus fraîches, affichant 8°C à leurs compteurs. Pour éviter les grosses averses, misez plutôt sur Tripoli et Batroun, alternant entre pluies et soleil. Attention, si vous vous rendez à Tripoli, évitez la périphérie nord, notamment les quartiers Djabal Moshen et Bab Tebbaneh où la sécurité est précaire.

Février : un climat inégal


Le pays gagne un ou deux degrés et affiche globalement un beau soleil en février. Mais à l’instar du mois précédent, les zones de la capitale, de la Bekaa et du littoral sont assez pluvieuses. La ville de Batroun est en revanche plus préservée des eaux. La région offre une halte agréable avec ses nombreuses criques sauvages et ses ruelles ombragées. Ne manquez pas les citadelles de Smar Jbeil et de Mseilha, vestiges du temps des croisades, sans oublier l’impressionnant amphithéâtre romain de Batroun.

Mars : les pluies battent en retraite


Mars est un mois particulièrement agréable au Liban car l’humidité est bien moins importante et les températures douces. Dans la région de Beyrouth, de Batroun et du nord Liban, les températures oscillent aux alentours de 18°C avec un grand soleil illuminant les journées. La zone de Byblos et de la Beeka restent comme à leur habitude un peu plus fraîches avec 13°C en moyenne mais une belle lumière également. Byblos est l’une des villes dont l’eau est la moins polluée du littoral. La mer y est très claire et la ville a par ailleurs été majoritairement épargnée par la guerre de 1975. Perdez-vous au sein de ses ruelles médiévales truffées de maisons traditionnelles et bordées de lauriers roses. En toile de fond, le château des Croisés se dresse en arrière-plan.

Avril : un printemps sec et radieux


Certaines zones sont déjà très sèches en avril tandis que d’autres connaissent des précipitations passagères. Ainsi, dans les régions de Beyrouth, Tripoli et Batroun (comptez 20°C en moyenne dans ces zones), les pluies se font extrêmement rares et assez légères aux environs de Byblos et Baalbek, légèrement plus fraîches que leurs voisines. De passage dans la capitale, rendez-vous à la crypte archéologique de la place de l’étoile, traversant pas moins de 6 périodes différentes !

Mai : L’été annonce ses couleurs


A l’instar du mois précédent Byblos et Balbeek sont légèrement plus humides et leurs homologues déjà très secs, annonçant l’été. Le pays se réchauffe encore un peu avec 26°C aux heures les plus chaudes à Beyrouth. Si vous souhaitez gagner en fraîcheur, dirigez-vous vers Beit Meri, à 16 km à l’est de Beyrouth. La ville est située à 750 m d’altitude et accueille de nombreux touristes et locaux venus échapper à la chaleur suffocante de la ville. On y vient également pour visiter un site de ruines juché sur un piton rocheux dominant l’agglomération de Beyrouth. Un panorama des plus agréables.

Juin : La chaleur estivale prend place


Les pluies ont définitivement quitté le territoire laissant place à un climat chaud et aride. Les températures oscillant entre 28 et 30°C, évitez la chaleur urbaine et réfugiez-vous dès que possible dans les hauteurs ou en bord de mer. La région de Tannourine (zone littorale) est l’endroit idéal pour les randonneurs : réserves, gouffres naturels et sites historiques dessinent le paysage et il n’est pas rare de croiser des vestiges d’églises laissés par la communauté monastique.

Juillet : Evitez la canicule


Même constat au mois de juillet : le pays entre dans une chaleur caniculaire quelle que soit la région où vous vous rendez, à moins de fuir vers les hauteurs. Au sud du pays, Maasser Ech Chouf constitue une halte très reposante. Situé à 1250 m d’altitude, ce petit village tient son nom des pressoir d’olives et de raisins que l’on trouve un peu partout dans la région. Il se dote d’un cadre très rural composé de maisons en tuiles traditionnelles, moulins et sentiers de promenade. Un véritable bol d’air frais !

Août : le mercure s’affole, encore et toujours


Le mois d’août n’échappe à la règle estivale : à cette période, le pays est encore piégé sous la torpeur et il vous faudra trouver des stratagèmes pour éviter les zones caniculaires. Un conseil : dirigez-vous vers la magnifique région d’Edhen et sa ville du même nom. Juchée à 1450 m d’altitude, elle est particulièrement appréciée durant l’été suffocant. On peut même s’offrir un verre en terrasse près des cascades de Mar Sarkis : un combo idéal lorsque les températures sont au plus haut.

Septembre : un redoux partiel


Les alentours de Byblos et de Baalbek se rafraîchissent très légèrement en septembre avec l’apparition de quelques fines pluies. Avec 25°C en moyenne, on peut désormais s’y rendre sans craindre les fortes chaleurs. Pour le reste des localités, on ne peut en dire autant. Néanmoins, la capitale mérite d’être visitée à cette période de l’année pour assister à sa foire d’art contemporain. Des professionnels, amateurs, galeristes, collectionneurs et artistes du monde entier se réunissent chaque année durant cet événement consacré à la création artistique du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Il s’agit de la première foire internationale de ce genre, organisée dans l’enceinte du BIEL.

Octobre : un automne estival


Avec 26°C en moyenne dans la majorité des régions (hormis Baalbek, oscillant aux alentours de 21°C), octobre est un mois très agréable pour se rendre au Liban, d’autant plus que le soleil continue d’illuminer le pays. Avis aux férus d’histoire, à 3km de Batroun se situe le très joli château de Mseilha, prenant des allures de forteresse. La construction de ce monument extrêmement bien conservé remonte à 1624, du temps des croisades. On peut ainsi admirer ses différentes salles voûtées, ses gouffres et même un remarquable système de défense.

Novembre : la douceur est (encore) de mise


Mis à part Byblos et Baalbek où les averses sont très passagères, le pays est assez préservé des pluies au mois de novembre. Il conserve par ailleurs des températures très confortables entre 16 et 21°C selon les régions. Pour sortir des sentiers touristiques, rendez-vous dans la région du Aakar, située à 26km de Tripoli (Liban). Cette région très rurale est assez difficile d’accès mais le jeu en vaut la chandelle : on traverse un paysage regorgeant d’arbres fruitiers et de prairies à n’en plus finir, loin des tumultes urbains. Un détour fortement conseillé.

Décembre : les pluies reprennent leurs droits


Décembre annonce le retour des pluies dans le pays, avec certaine régions plus affectées que d’autres. La capitale, ainsi que la ville de Byblos et de Baalbek sont particulièrement concernées, tandis que les autres connaissent des averses passagères. Cela n’empêche pas le soleil de se manifester une bonne partie du temps.

Utile

Contactez un spécialiste du Liban