Vous aimerez
  • Une Roumanie culturelle et spirituelle, hors des sentiers battus
  • Les églises en bois du Maramures et les monastères aux sublimes fresques colorées de la Bucovine
  • Des visites guidées et francophones pour tout apprendre de ce patrimoine méconnu
  • Véhicule de location, conciergerie, bonnes adresses, les + Voyageurs

Contactez un spécialiste Roumanie 01 42 86 17 60

La Roumanie, d’églises en monastères


Non, la Roumanie ne se résume pas à Dracula et à la Transylvanie, aussi célèbre que soit sa légende. Elle n’est pas non plus que Bucarest et le delta du Danube, si fascinants demeurent-ils. Il existe une autre Roumanie, au nord, frontalière de l’Ukraine et de la Moldavie. Une Roumanie multiséculaire et dont l’Orthodoxie locale a consacré aussi bien les pierres de ses monastères que le bois de ses églises. Après une halte à Cluj-Napoca pour en découvrir les influences austro-hongroises, route est faite vers Sighetu Marmatiei et le septentrional judet de Maramures. Région rurale, voire pastorale, le Maramures semble bercer le visiteur d’une douce mélancolie désuète, au fil de ses villages et de ses bosquets.
C’est dans ces derniers que le croyant bâtisseur est venu chercher le bois nécessaire à l’édification de superbes églises qui font depuis la fierté de tout un pays. Rogoz, Surdesti, Poienile Izei… voilà les temps forts de ce moment Maramures, où l’intérêt spirituel se mêle à un attrait architectural et historique. Cap à l’est, tout en restant au nord. Vous suivez ? Gura Humorului et sa verdoyante vallée servent d’écrin aux splendides monastères peints de Bucovina. Leurs fresques bariolées - dont le célèbre bleu de Voronet - d’une beauté émouvante n’ont pas fini de livrer tous leurs secrets. Tel est le crédo de ce road trip aux confins nordiques du pays, percevoir des mystères culturels aussi esthétiques qu’insoupçonnés.

Votre voyage

Parce que les vols internationaux s’y rendent, il faut bien mettre le pied à Bucarest. Mais l’on n’y reste pas (sauf si vous le souhaitiez ?), le but de ce voyage est plus loin. Un saut de puce via un vol domestique et vous voilà à Cluj-Napoca. Aussitôt équipé d’un véhicule de location, on arpente l’arrière-pays roumain de la plus authentique des façons. Sur la route, nos conseils précieux comme nos bonnes adresses seront vos meilleurs alliés. Et en arrivant, chaque soir, vous attend un hébergement confortable et accueillant, conforme avec la vie sur la route. A votre agenda, deux rendez-vous importants pour vous donner les clés de ce que l’œil seul ne peut pas percevoir : la visite guidée de la région de Maramures et ses églises en bois, puis, deux jours durant, les monastères peints de Bucovina toujours accompagné par un expert érudit. Si chemin faisant vous désirez apporter quelques modifications à ce voyage, comptez sur la promptitude de notre concierge sur place.

Itinéraire

Suggestion 100% personnalisable selon vos envies
JOUR 1

Vol pour Bucarest - Cluj-Napoca

Envol pour la capitale roumaine puis vol domestique jusqu’à Cluj-Napoca où vous attend un véhicule de location bien utile pour vos déambulations à venir. Grâce à lui, vous rejoignez votre hôtel pour la nuit, à deux pas du centre et du jardin botanique. La villa citadine combine charme, calme et confort à un niveau plus que satisfaisant.

JOUR 2

Cluj-Napoca - Sighetul Marmatiei

Tour à tour dace, romaine, saxonne, magyare, Cluj est une cité diverse. Elle distille notamment un charme austro-hongrois qui évoque souvent Budapest. Façades subtiles, deux opéras, une université, voilà une véritable ville de culture.
En option - Découvrir les influences hongroises de la cité le temps d’une visite privée ou, toujours de façon privative, s’enfoncer dans la mine de sel de Turda.
A voir en route - Vous prendrez donc la route de Sighetul Marmatiei. Chemin faisant, ce ne sont pas les églises qui manqueront. Deux d’entre elles méritent au moins un arrêt, au mieux une visite. L’église des Saints Archanges de Rogoz fut bâtie en 1663, deux ans après l’invasion de la région par les Tatars. Elle impressionne par son plan architectural spécifique et ses extérieurs réalisés en corde tressée en bois. Puis, l’église des Saints Archanges de Surdesti se présente comme l’une de plus hautes au monde, avec sa flèche atteignant 54 m. Bâtie en 1766 par l’artisan local Ion Macarie, elle se remarque par des proportions harmonieuses et par sa belle véranda de bois. Ses peintures et son iconostase ont été réalisées plus tardivement, en 1783.
Vous arrivez enfin à votre hôtel, sur la rive nord de la rivière Iza, où vous vous installez pour deux nuits. L’établissement, ample, bien découplé, fleure bon la respectabilité et un mode de vie confortable. Au bourdonnement positif de l’auberge maison, on comprend vite que le chef envoie ce qu’il faut sur les tables : une cuisine roumaine qui réjouit l’âme. Les vins du pays contribuant aussi à la belle humeur des convives. Dehors, l’indispensable barbecue pour les beaux jours.

JOUR 3

Sighetul Marmatiei

Au programme - La région de Maramures et ses églises en bois, en privé. Le vieux pays de Maramures a entretenu au cours des siècles une civilisation originale et vigoureuse, un jardin de culture roumaine, synonyme aussi de civilisation du bois. Outre les nombreuses maisons en bois au toit en écailles de sapin, souvent séparées de la rue par un grand portail sculpté qui met en scène les forces primitives de la vie, c’est dans l’art de bâtir les églises que s’illustrent ces maîtres charpentiers. De nos jours, ils continuent toujours à tailler, assembler et décorer les édifices. La région dévoile ses richesses au cours de la visite de trois églises en bois célèbres et surtout de la ville Sighetul Marmatiei, qui a conservé le cachet des villes commerçantes de l'Empire austro-hongrois. Le cœur de la ville s’étend autour de la longue avenue centrale, à proximité de laquelle on trouve le Musée ethnographique, le Mémorial des victimes du communisme, la maison-musée d’Elie Wiesel et le marché alimentaire.

JOUR 4

Sighetul Marmatiei - Gura Humorului

On prend la route pour Gura Humorului. Mais on agrémente celle-ci de quelques touches culturelles bien typiques. En s’arrêtant voir l’église de Poienile Izei par exemple, dédiée à la pieuse Parascève et construite en 1632 puis agrandie pendant les XVIIIe et XIXe siècles. Elle est sûrement l’une des mieux conservées de la région. On poursuit jusqu’à Ieud, qui abrite l’église sur la Colline (Biserica din Deal). C’est ici qu’en 1921, dans son grenier, le Codex de Ieud a été trouvé - un document écrit qui contient la Légende du Dimanche (Legenda Duminicii) et deux sermons pour le Jeudi Saint et le Dimanche de Pâques. Initialement considéré comme étant le plus vieux texte écrit dans la langue roumaine (étant daté de la fin du XIVe siècle), les dernières recherches historiques et scientifiques ont néanmoins prouvé que le document date du début du XVIIe siècle. Mais l’arrêt vaut le coup quand même, promis !
Enfin, vous voilà arrivé à 500 m du centre-ville de Gura Humorului, dans une belle maison de campagne au charme et à l'hospitalité roumains. Cet établissement traditionnel est un point de départ idéal pour explorer le sud de la Bucovine et les églises aux décorations picturales uniques du nord de la Moldavie. La maison est dotée d'un grand jardin fleuri en été de 5000 m² complété par un verger où le chef trouve son inspiration. Ses chambres sont simples et confortables. Parfait pour vos trois prochaines nuits.

JOUR 5

Gura Humorului

Au programme - Les monastères peints de Bucovina, avec un guide privé. Le premier jour, focus sur la région de la Bucovina, qui abrite de nombreux monastères orthodoxes dont certains sont classés au patrimoine mondial de l'Unesco. Ces ouvrages d'art ont été érigés au Moyen Age roumain par les seigneurs de la Moldavie durant une tumultueuse période de conflits avec l’Empire Ottoman. Édifiés selon des techniques innovantes de construction, ils se distinguent par leurs fresques extérieures, surdimensionnées. Malgré leur exposition aux aléas climatiques, ces fresques uniques au monde, conservent encore aujourd'hui l’exceptionnel éclat des couleurs des compositions religieuses. Bâtis en pierres et en briques, ces monuments respectent les règles du culte orthodoxe grec mais dans l’organisation de l’espace intérieur, on retrouve des éléments de tradition byzantine. Leur forme est donnée par le plan tri-conque ou rectangulaire ou bien parfois par une combinaison originale des deux. La région dévoile ses richesses au fil de la visite de ses monastères les plus emblématiques : Voronet avec l'introduction dans la peinture religieuse d'instruments de musique typiquement moldaves, sur un fond bleu ; Moldovita datant de 1537 avec le mélange d'éléments byzantins et locaux ; Sucevita avec ses grands murs épais, ses renforts, ses chemins de guets et ses tours, qui ressemble à une vraie forteresse. Ce dernier abrite une des plus riches collections d’art médiéval de Moldavie.

JOUR 6

Gura Humorului

Au programme - Le second jour, votre guide vous entraîne dans une passionnante visite de Suceava, capitale de la Moldavie jusqu'en 1565, des monastères qui font la richesse de la région et la forteresse médiévale située sur une colline, en dehors de la ville. Construite en 1388, cette dernière fut agrandie et fortifiée par Stefan cel Mare (Étienne le Grand) au XVe siècle. Côté églises, on s’attardera sur Patrauti, la plus ancienne église construite sur demande de Stefan cel Mare. Préservée dans sa forme authentique, la peinture extérieure, située uniquement sur le mur Ouest, est considérée comme la plus ancienne fresque extérieure de Moldavie. Et enfin, la journée s’achèvera à Dragomirna. Bien que ses murs ne soient pas peints à l'extérieur, l'église du monastère se distingue par sa forme géométrique particulière, par sa verticalité et par ses décorations inédites sculptées dans la pierre.

JOUR 7

Gura Humorului - Iasi

Route pour Iasi, à l’est du pays.
A voir, en chemin, le monastère de Probota. Moins visité que les autres monastères de la Bucovine, il est pourtant lui aussi classé au Patrimoine mondial de l'Unesco. Plus ancien monastère de Moldavie (1398), Probota abrite le tombeau du prince moldave Petru Rares, à qui l’on doit la géniale initiative (partagée avec son cousin le métropolite Grigore Rosca) de couvrir les églises de fresques. Celle de Probota fut particulièrement choyée. Même si les murs extérieurs ont vu la peinture s’estomper au fil des ans, l’intérieur abrite encore des fresques exceptionnelles.
Vous voilà enfin, à Iasi, dernière étape de votre voyage. Centre culturel et économique de la Moldavie roumaine, Iasi fut également l’éphémère capitale du pays, entre 1916 et 1918. Plus ancienne ville universitaire du pays, la cité ne s'est pas contentée d’être une locomotive régionale au fil des siècles. Le Palais de la Culture fait la fierté de ses habitants, tout comme le monastère des Trois Saints Hiérarques.
Vous séjournez au cœur de la ville, où vous pourrez arpenter ses curiosités à votre guise, à pied, après avoir confié votre véhicule au parking privé de votre hôtel. Le bel édifice lui servant d'écrin a été érigé au XIXe siècle. On prendra le temps d'admirer sa façade, notamment à la lumière des illuminations nocturnes. Les chambres offrent un confort comme un décor classiques, sans fioritures. Côté plaisir des papilles, l'adresse propose un restaurant de bon niveau au décor au diapason, ainsi qu'une pâtisserie dont les créations régalent et étonnent.

JOUR 8

Iasi - Vol pour Bucarest - Vol retour

Route pour l’aéroport d’Iasi où vous rendez le véhicule avant de décoller pour Bucarest, puis vol international retour.

A la carte

Cluj-Napoca, ville roumaine aux influences hongroises, en privé

Cluj-Napoca est l'ancienne capitale de la Transylvanie. Compte tenu de ses deux grandes communautés de langue roumaine et hongroise, Cluj est une ville profondément biculturelle. Le centre-ville se résume à une grande place carrée d'où partent des rues et des avenues dessinées en damier, héritage de la culture saxonne. Grâce à votre guide francophone, la ville dévoile ses richesses au fil de la visite des incontournables tels la Place de l'Union "Piata Unirii", dominée par l’église catholique Saint-Michel et le Palais Banffy qui abrite aujourd’hui le Musée National d'Art ; le Musée d'Histoire ; le Palais Teleki qui abrite la bibliothèque départementale, mais également le Bastion des Tailleurs, un vestige des remparts de la cité médiévale, et le Théâtre National.
En option

La visite privée de la mine de sel de Turda

Au XVIe siècle, la ville de Turda était l'une des plus prospères de la principauté de Transylvanie grâce au commerce du sel, denrée si précieuse au Moyen Age. Classée monument historique, la mine de sel de Turda, modernisée en 2009, accueille désormais les visiteurs. Depuis la fin de l'extraction du sel en 1932, on peut visiter les galeries et les chambres où l'on exploitait le sel : la galerie de transport François-Joseph, les mines Joseph (la salle des Échos), Thérèse, Gisèle et Rudolf, les plus grandes cavités souterraines artificielles d'Europe.
En option

Avec quelques jours de plus… incursion en Moldavie

Profitez de votre fin de voyage à Iasi pour franchir la frontière moldave et prolonger votre road-trip. Vous aurez tôt fait d’atteindre Cricova, dont la réputation vinicole n’est plus à faire. Cela tombe bien, nous vous y proposons une dégustation des meilleurs crus, pétillants compris. Route ensuite vers le monastère de Curchi, emblème architectural moldave, puis Orheiul Vechi, un complexe archéologique en plein air de première importance. Si l’on ne manquera pas l’occasion de découvrir la capitale Chisinau, on poursuivra ensuite vers les monastères de Capriana et de Hincu pour définitivement tomber sous le charme de l’architecture orthodoxe régionale.

Budget estimé

Selon saison, types d'hébergements et activités
Le budget estimé pour ce voyage est de 1300€ à 1600€/personne.

Parler de prix fixe lorsque l'on évoque un voyage sur mesure a peu de sens. En effet, celui-ci varie suivant de nombreux facteurs (niveau de prestations, période, délai de réservation et bien d'autres encore). Le seul prix exact sera celui de votre devis personnalisé.

Le prix moyen constaté pour ce voyage est de 1400€/personne.
  • Le vol aller-retour pour Bucarest sur compagnie régulière
  • Les vols domestiques Bucarest-Cluj Napoca et Iasi-Bucarest
  • Les taxes aériennes et surcharge carburant
  • La neutralité carbone intégrale par absorption des émissions de co2 de votre voyage (par le biais de notre Fondation Insolite Bâtisseur Philippe Romero)
  • La location d’un véhicule pour 7 jours de Cluj Napoca à Iasi
  • La nuit à Cluj-Napoca, en chambre double et petit déjeuner
  • Les 2 nuits à Sighetul Marmatiei, en chambre double et petit déjeuner
  • Les 3 nuits à Guru Humorului, en chambre double et petit déjeuner
  • La nuit à Iasi, en chambre double et petit déjeuner
  • La région de Maramures et ses églises en bois, en privé
  • Deux jours de visites privées des monastères peints de Bucovina
  • Notre service conciergerie sur place
  • Un service de navigation GPS accessible depuis l'application Voyageurs du Monde, chargé avec votre parcours, les coordonnées de vos hôtels et bonnes adresses
  • Réf: 1555709
    Découvrez tous les services qui vous accompagnent pendant votre voyage.
    Nos experts à votre écoute
    Contactez nos conseillers specialistes pour créer votre voyage sur mesure
    Contactez un spécialiste de la Roumanie