C’est leur pays de naissance, d’adoption et en tout cas de cœur ! En fins connaisseurs des lieux, nos conseillers spécialistes vous aident à préparer votre voyage et répondent ici aux questions que vous vous posez avant de partir.

 

Pourquoi l’Italie ?

Cristina : du nord au sud, le pays offre une infinie variété de paysages, de peuples, de traditions et de saveurs. Des villes débordantes de charme et de culture, des campagnes magnifiques et des terroirs infiniment riches, des lacs, des îles, des criques :  l’Italie répond à toutes les envies !


Quelle est la meilleure saison ?

 Delphine : l’Italie est belle à chaque saison ! Venise en hiver, la Toscane à l’automne, Rome au printemps mais évidemment, en été, le pays démultiplie ses possibilités : les Pouilles,  les Abruzzes, les Dolomites, la région des lacs, la côte Amalfitaine, la Sicile et ses îles, la Sardaigne...


Que choisir pour un court séjour ? 

Karine : Venise, Rome, Florence et Naples sont des destinations à part entière et représentent l’escapade idéale pour un week-end. Deux ou trois jours suffisent également à apprécier la région des lacs. Avec une journée supplémentaire, on peut imaginer un détour par Milan, Gênes ou Bologne qui ont chacune leur charme. Bologne est à la fois bourgeoise et culturelle. C’est la première université d’Europe, ouù enseigne, entre autres, Umberto Eco. 
Simona : en quatre jours, on peut envisager une visite de Florence avec une extension vers Sienne ou Pise qui a bien plus à offrir que la Piazza dei Miracoli ! On peut par exemple louer un vélo et partir déjeuner sur la charmante Piazza dei Cavalieri. Au départ de Rome, la Méditerranée est à moins d’une heure ! Après deux jours dans la capitale, offrez-vous un peu de repos sur la Versilia.


Et pour plus d’une semaine ?

Massimo: une dizaine de jours vous permettra par exemple de visiter la région des lacs, après une soirée à la Scala de Milan. Puis de glisser jusqu’à Vérone avant de remonter  par les villas palladiennes pour finir à Venise.
Virginie : une petite semaine, c’est selon moi la durée minimale pour visiter les Pouilles d’abord parce qu’il n’y a pas de vol direct,(il faut transiter par Rome par exemple) le voyage est donc un peu long. Et puissurtout car la région est tellement belle et variée ! Il faut un peu de temps pour apprécier les plages sublimes de la Grecia Salentina, la vie tranquille des villages et les différentes fêtes locales. 


Comment aborder la Sicile ?

Romain : il existe plusieurs portes d’entrée en Sicile. D’abord les villes : Palerme et ses infinis vestiges historiques, Catane la jeune bouillonnante,  Noto l’artiste baroque, mais aussi Syracuse et sa casbah, Taormine et les palais des aristocrates de la fin XIX, les fameux «  « guépards ». Ensuite, par les champs : ses chemins de pierres sèches, sa cuisine de terroir et ses nuits en dammusi. Et puis bien sûr par la mer, avec les îles éoliennes : Lipari, Salina, Stromboli et Panarea et plus loin Pantelleria, pour un avant-goût d’Afrique !


Et Capri c’est fini ?

Emilie : Capri ne sera jamais fini ! C’est une île merveilleuse, hors du temps, qui derrière sa notoriété cache une face plus secrète, à Anacapri notamment. Mais il y  aussi les autres îles du golfe de Naples : Ischia et Procida la sauvage, aux saveurs méditerranéennes! Et puis il y a  bien sûr la côte Amalfitaine avec ses villages perchés aux couleurs et aux parfums uniques !


Faut-il s’attarder à Naples ?

Laurence : bien sûr ! Naples pâtit d’une mauvaise réputation. C’est pourtant une ville fabuleuse, terriblement vivante et authentique! Elle regorge de trésors d’architecture, offre une histoire passionnante et une population naturellement joyeuse et accueillante. Il faut oublier les clichés et y passer quelques jours pour s’en imprégner. Un séjour à la Casa d’Anna, chaleureuse maison d’hôtes, et vous serez convaincus ! 


Faut-il la préférer à Rome ou Venise ? 

Emilie : non bien sûr, s’il s’agit de votre premier voyage en Italie vous opterez plutôt pour Rome, Venise ou Florence ! Dans ces trois villes stars nous essayerons cependant de vous guider vers leurs faces cachées. Il existe à Venise des quartiers populaires, où les Vénitiens font leur marché et se retrouvent dans des bacaro pour s’attarder autour de bons petits plats de la lagune. Idem à Rome, nos spécialistes ont déniché sur place les bonnes adresses du moment et les rendez vous incontournables des Romains. 


A part Venise ou Florence, quelle destination recommandez-vous aux amoureux ?

Simona : même si Florence reste la grande romantique, l’Italie regorge de beaux endroits pour déclarer sa flamme. Cela peut être sur les rives du lac Majeur, dans les jardins d’un palais Belle Epoque, en Sardaigne, dans un petit hôtel perché au-dessus de la magnifique baie de Cala di Volpe, en remontant le temps dans un village médiéval réhabilité des Abruzzes, ou encore sous les étoiles, depuis un refuge caché des Dolomites. 


Et en famille, peut-on oser Venise ?

Laurianne : sans hésitation ! D’abord, la ville est un fabuleux terrain pour l’imaginaire, au travers des balades le long des canaux labyrinthiques et des nombreuses fondations artistiques. Et puis, même si on a tendance à l’oublier, à Venise, petits et grands peuvent profiter de la plage ! Sur l’île du Lido, la mer est propre, chaude et transparente ! Enfin, nous proposons, comme à Rome et Florence, une formule d’hébergement en appartement, parfaitement adaptée aux familles.


Votre conseil pour des vacances entre amis ?

Christel : pour changer, la région des lacs : un palace pour des vacances de bon goût, mais aussi une location ou même un agritourisme en Toscane ou en Ombrie. De grandes tablées, des balades à vélos, la visite des villages et des vignobles environnants. Ou pourquoi pas, louer tout l’étage d’un château en Toscane, une expérience parfaite à deux familles par exemple !


Virginie : une virée entre copines à Rome... au programme shopping, brunch et marché aux puces du Micca Market, moments de détente dans un spa de luxe, les expositions d’art moderne du moment, et des sorties nocturnes au Testaccio, dernier quartier tendance. Et pourquoi pas, prolonger par une retraite maritime à Sabaudia, 100 km au sud, sur la côte méditerranéenne. 


Faut- il s’aventurer à Rome l’été ?

Virginie : C’est une belle façon de vivre Rome comme les Romains ! La ville se transforme, les places débordent de vie, les cafés sortent leurs tables sur les trottoirs, on assiste au cinéma en plein air, on vit dans les jardins. La journée on se réfugie dans la fraîcheur des musées, on fait la sieste près des fontaines ou sur les hauteurs de la ville. Puis, quand tombe la nuit,  la vie reprend, dans le quartier populaire du Trastevere notamment,  et se prolonge bien après le lever de lune sur le Tibre. 

 

Finalement,  la dolce vita c’est quoi ?


Cristina  au sens large, la dolce vita résume un certain état d’esprit italien : profiter des bons moments qu’offre la vie, des plaisirs simples, le  soleil, une nourriture généreuse et raffinée, des sorties en mer, l’amour des belles choses, la convivialité. Un ensemble de qualités naturelles et de bon goût, loin de la sophistication et dont on profite sur l’instant, plus qu’ailleurs : c’est ça la dolce vita !

 

Services +Voyageurs

Demandez nous ! Réserver une location de scooter à Rome, de vélo à Florence. Commander les services d’un guide privé à Naples. Acheter ses places pour une soirée à la Fenice de Venise, ou un opéra à la Scala de Milan. Louer un bateau avec skipper pour visiter les îles de la lagune de Venise. A Rome, visiter les jardins de la Villa Medicis et des fouilles archéologiques avec un spécialiste. Visiter les Uffizi avec un spécialiste de l’histoire de l’art, le Colisée avec un architecte  

Et bien sûr, pour toutes urgences : Le service conciergerie de Voyageurs du Monde répond, en français, à tous vos besoins d’assistance sur place 24H/24.


Flying Blue Voyageurs du Monde est le premier voyagiste à être partenaire d’Air France sur le programme Flying Blue. Désormais, lorsque vous vous engagez chez nous pour un voyage en individuel ou en circuit, comprenant de l’aérien, vous gagnez des miles sur votre compte Flying Blue. Si vous n’êtes pas encore membre du programme, vous pouvez faire votre demande de carte dans toutes nos Cités.


Une passion + une rencontre = un voyage unique !Organiser une rencontre avec des personnes locales qui partagent votre métier ou votre passion, c’est le nouveau jeu de nos conseillers : Lancez nous le défi de trouver votre alter ego et prenez rendez-vous avec un couturier à Milan, un architecte à Rome, un professeur d’histoire de l’art à Florence, un cuisinier en Sardaigne, un historien à Naples…

Bon à savoir

Vos petites astuces pour naviguer à contre courant ?

Cristina : en évitant les saisons touristiques et les fêtes chrétiennes,  janvier à Venise, sur la place Saint-Marc il n’y aura que les pigeons et vous ! La météo est certes fraîche mais avec de belles journées ensoleillées ou bien totalement embrumées : c’est magique ! Et vivre l’acqua alta c’est formidable pour les photographes !


Quelles solutions proposez-vous pour sortir des visites classiques ?

Simona : Chez Voyageurs nous nous efforçons de proposer des services personnalisés. Cela va du guide privé pour visiter le palais des Doges à Venise, le Foro Imperial à Rome ou  le cœur enfoui de Naples à des services plus spécifiques selon vos centres d’intérêts. Que vous soyez passionné d’histoire de l’art, d’architecture, de cinéma, de photographie, de cuisine ou de botanique, nous mettrons tout en œuvre pour trouver l’accompagnateur idéal. 

Faut-il louer une voiture ? 

Laurianne : Dans les grandes villes inutiles de s’embarrasser d’une voiture. Les réseaux de transports en communs sont certes moins développés qu’en France mais restent efficaces. En revanche, pour sillonner la Toscane, la région des lacs ou la côte Amalfitaine c’est plus que recommandé. Si vous le souhaitez, nous gérerons votre réservation de véhicule.


Circuler à scooter dans Rome : une bonne idée ?

Marlyse : Oui c’est magnifique et très romain ! Il faut bien sûr avoir l’habitude de ce type de circulation, les Italiens sont disciplinés sur beaucoup de points mais pas forcément sur celui-ci ! 
Y a-t-il des risques à voyager dans le sud de l’Italie face au phénomène de la mafia ?Virginie : absolument pas. A Lecce, vous pouvez vous balader à 4h du matin seule, il ne vous arrivera rien. Les problèmes liés à l’organisation criminelle ne visent jamais directement les touristes.


Est-il facile de communiquer  si l’on ne parle pas Italien ?

Basilio : dans le nord du pays, le français est un peu pratiqué. A Venise notamment, dans les bars et les restaurants le personnel parle très souvent notre langue. Partout ailleurs, comptez  plutôt sur l’anglais. Certaines régions reculées sont évidemment uniquement italophones, mais les Italiens sont généralement à l’écoute et l’on arrive toujours à se faire comprendre.

Contactez un spécialiste de l'Italie