Situation

Quel que soit l´environnement dans lequel le voyageur se déplace, urbain ou naturel, il est de sa responsabilité de respecter l´endroit qu´il traverse. Voici quelques principes de base, applicables partout dans le monde. Un second paragraphe vous présente les problèmes environnementaux spécifiques à l’Islande. – Eviter de laisser certains déchets sur place et les rapporter avec soi si le pays ne dispose pas d´infrastructure d´élimination de ces déchets. Par exemple : piles et batteries, médicaments périmés, sacs plastique. – La rareté de l´eau est aujourd´hui un problème mondial. Même si le pays visité n´est pas a priori concerné par le manque, quelques réflexes doivent désormais faire partie du quotidien : préférer les douches aux bains, éviter le gaspillage, signaler les fuites éventuelles des robinets. – Dans la plupart des hôtels vous disposerez d´une climatisation individuelle. Il est vivement recommandé, pour éviter la surconsommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre afférentes, de la couper systématiquement lorsque vous n´êtes pas présent dans la chambre. La climatisation n´est d´ailleurs pas absolument nécessaire sous tous les climats. – En balade, dans certains écosystèmes fragiles (et c’est, tout particulièrement le cas en Islande), ne pas sortir des sentiers ou conduire hors-piste, limiter le piétinement et ne pas rapporter de « souvenir » : renoncer à cueillir des fleurs rares, à ramasser des fossiles ou des pétrifications, etc. Pour ce qui est des énergies renouvelables, l’Islande est aujourd’hui un modèle : 70% de l’énergie qu’elle consomme a une origine hydroélectrique ou géothermique. Toute l’électricité utilisée a une origine renouvelable (81% hydraulique et 19% géothermique). Cela ne rend pourtant pas l’Islande complètement indépendante des combustibles fossiles. Le pays importe encore du charbon et du pétrole (pour sa flotte de pêche ou pour l’automobile, notamment). Des recherches intensives sont menées dans le domaine des carburants alternatifs et, tout particulièrement, de l’hydrogène. Cela dans l’optique de devenir, à l’horizon 2050, le premier pays au monde à n’avoir aucun recours au pétrole, au gaz naturel ou au charbon. Fin 2006, l’Islande a crée une Agence de l’énergie, afin de rationnaliser sa consommation énergétique. Cet organisme a pour mission d’optimiser, par différents moyens, l’usage de l’énergie dans les foyers et les bâtiments publics ou industriels. C’est que le pays n’est pas seulement un champion des énergies renouvelables, il est aussi le plus gros consommateur mondial d’énergie par habitant. En 2005, sa consommation a été de 3,6 millions de tonnes équivalent pétrole (TEP), soit 12 TEP par habitant (on a, pour la France, 4,3 TEP). Plusieurs facteurs expliquent cette importante consommation. Le niveau de vie, d’abord, l’un des plus élevés du monde avant la crise financière de 2008. La situation géographique, ensuite, et un climat rigoureux, qui engendre de gros besoins de chauffage. L’implantation, enfin, d’industries électro-intensives, comme la production d’aluminium.

A découvrir

Idées voyages en Islande

Puisez l’inspiration dans nos suggestions avant de créer le voyage qui vous ressemble