OU ? QUAND ? COMMENT ?

C’est leur pays de naissance, d’adoption et en tout cas de cœur ! En fins connaisseurs des lieux, nos conseillers spécialistes vous aident à préparer votre voyage et répondent ici aux questions que vous vous posez avant de partir.Par nos conseillers

Quels sont les maîtres-mots d’un voyage en Indonésie ?

Mourad : d’abord, un exotisme absolu !  Une végétation luxuriante déclinant toutes les nuances de vert : du plus vif au plus tendre. La jungle primaire, les rizières en terrasses, des jardins nourris par une terre volcanique extrêmement  fertile. Ces volcans, à la fois craints et vénérés par les Indonésiens, résument la dimension à la fois visuelle et spirituelle de l’Indonésie. Un pays qui marie avec harmonie la culture musulmane, hindouiste, chrétienne et animiste. L’harmonie entre nature et culture s’exprime aussi dans l’architecture et le bien être : c’est l’art de vivre indonésien. 


Sur des milliers d’îles, l’une focalise la ferveur touristique : Bali. Pourquoi un tel succès ?

Sandrine : « l’île des Dieux » est baignée d’une atmosphère à part, liée en partie à un culte unique dans tout l’archipel, syncrétisme entre hindouisme et animisme. Ainsi les Balinais communiquent en permanence avec les dieux, les esprits de leurs ancêtres et ceux de la nature, les démons du sous-sol et de la mer. Résultat : pas un jour sans cérémonies et offrandes. Chaque matin, ces petits paniers tressés, composés de riz, de fleurs et d’encens sont, avec le sourire des Balinais, les cadeaux des sens de l’île du visiteur. Enfin bien sûr, il y a ses paysages et ses plages.


Le Sud frôle la saturation, comment vivre un autre Bali et contribuer à l’équilibre de l’île?

Anne : c’est juste, la station balnéaire de Kuta et sa région croulent désormais sous les grands complexes hôteliers, les bars, clubs et autres centres commerciaux. Une hérésie dans la culture balinaise où l’humain est responsable de l’équilibre du monde, notamment par son travail de la terre. Il est notamment inconcevable de construire en étages, car la tête étant sacrée, personne ne devrait avoir ses pieds au-dessus de la vôtre ! Cette folie touristique connaît heureusement des nuances géographiques. Nous incitons donc nos voyageurs à explorer les régions qui restent préservées, à la rencontre des Balinais et en choisissant des hébergements qui préservent l’environnement.


Quelles sont ces régions que l’on chuchote?

Mourad : a l’intérieur du pays, la vallée de Belimbing par exemple, avec ses rizières à perte de vue.  Plus au nord : la région de Munduk où l’on cultive le clou de girofle et le précieux café luwak. C’est au cœur de l’île que Bali cache son âme. Pour s’en convaincre, rendez-vous sur un marché suivi d’un cours de cuisine chez l’habitant, et pour un après-midi au sein d’une coopérative agricole ou d’une école pour les enfants des rues. Sans oublier la douceur de vivre d’Ubud qui, malgré sa popularité, a gardé son authenticité.  Massage dans un temple suivi d’un bain de fleurs, dîner subtil dans un jardin, à même le sol, nuit au milieu des rizières : vous serez conquis! Pour sortir à nouveau des sentiers battus, cap à l’Est : de magnifiques paysages escarpés, des cascades enfouies de jungle et des villages où, contrairement à Kuta, vous ne trouverez pas de bœuf au menu, car ici l’animal est encore sacré !


Et pour combler les envies de plages secrètes ?

Michel : a l’ouest toujours, dans les environs de Suraberata, de magnifiques plages de sable noir, connues seulement par les locaux…et votre guide. Et puis il faut chercher au nord-ouest dans le parc naturel de Bali Barat. On passe la nuit dans un ancien grenier à riz, on se balade à cheval dans la mangrove avant de rejoindre un îlot paradisiaque pour plonger sur un récif corallien foisonnant.


Lombok, une voisine tranquille ?

Nicolas: effectivement Lombok, qui se rejoint d’un saut de puce, reste préservée du tourisme de masse malgré son aéroport flambant neuf. Sur sa côte ouest, Senggigi, et son ambiance « reggae roots »,  offre une poignée d’hôtels de charme. Les paysages n’ont rien à envier à Bali, les rizières sont magnifiques et les plages bien plus belles, sans parler des fonds marins. Sa culture musulmane lui confère une atmosphère moins festive mais l’accueil y est tout aussi souriant. 


Plus éloignées encore, les petites îles de la Sonde, un voyage à part ?

Maureen : en effet, les difficultés d’accès (ndlr. compagnies aériennes black listées) à Florès, Sumba, Sumbawa, Komodo et Irian Jaya imposent un rythme de voyage lent. Le seul moyen de visiter ces paradis perdus étant la croisière à bord d’un bateau traditionnel. L’une d’elles est axée plongée car la région compte parmi les plus beaux fonds marins au monde. À terre, on découvre des plages de galets bleus ou de sable rose, un habitat traditionnel, des marchés parfumés et des curiosités naturelles comme le volcan aux trois cratères de Kelimutu à Florès et les fameux dragons de Komodo.


Java est souvent décrite comme la sœur contraire de Bali, est-ce vrai?

Sabine : différentes par la taille et le caractère bien plus sauvage de Java, les deux îles ne sont pas si éloignées. Géographiquement, 5 Km seulement. Culturellement, l’une est hindouiste l’autre musulmane mais avec un lien évident puisque l’âme hindouiste de Bali est née à Java  lorsque la cour du Sultan a fui sur l’île voisine pour éviter la conversion à l’Islam. L’Est de cette  grande île (1000km de long) reste un immense creuset de culture hindouiste et bouddhiste. À explorer au départ de Yogyakarta, avec notamment les fabuleux temples de Prambanan et Borodbodur classés par l’UNESCO et d’autres plus mystérieux tel le Candi Sukuh.


Quels sont les atouts de Yogyakarta  Mourad : il s’agit d’une réelle capitale culturelle, une ville très agréable avec ses vieux quartiers, son marché aux oiseaux, son architecture coloniale hollandaise (voir aussi la ville de Malang) et musulmane (palais du sultan à visiter le matin). On y trouve un artisanat très raffiné: les batiks, les kriss (ces poignards finement sculptés) et des traditions ancrées, tel le spectacle des wayangs (marionnettes javanaises) qui raconte le Mahabharata et le Ramayana, les deux contes principaux de l’hindouisme.


Et le Java nature ?

Sandrine : fabuleux ! L’île compte près de cinquante volcans actifs ! Une force naturelle à laquelle les Javanais vouent un véritable culte (si vous avez le cœur bien accroché, assistez à une cérémonie de sacrifices d’animaux). L’ascension du Mont Bromo au lever du soleil est un moment inoubliable. De même que la rencontre émouvante  au sommet du Kawa Ijen avec les forçats du soufre ! À méditer lorsqu’on redescend à travers la jungle et les plantations pour rejoindre son hôtel caché dans une ancienne plantation de café.


Comment voyage-t-on ?

Emilie : par la route, avec chauffeur et guide. Le voyage est un tableau à lui seul: rizières et sommets embrumés, scènes agricoles ancestrales et arrêts dans de minuscules échoppes pour grignoter fruits et curiosités locales. À l’ouest de l’île, on randonne dans les plantations de thé du pays soundanais, méconnu et dont la culture locale s’exprime par la danse. 

Sumatra, toujours plus vert ?

Carmen : l’une des plus vieilles forêts au monde ! Cette jungle primaire coupée de rivières abrite une flore et une faune endémiques rares et malheureusement en voix d’extinction pour l’éléphant, le rhinocéros et le tigre de Sumatra. On y croise la rafflesia, gigantesque plante carnivore, et surtout les derniers orangs-outangs. Sumatra est aussi une expérience culturelle forte avec le pays Batak, autour de l’immense lac Toba. Les ethnies locales ont gardé des traditions ancestrales à découvrir en les accompagnant à la pêche, en assistant aux danses, en dormant chez eux. L’étonnante architecture de leurs maisons rappelle celle du pays Toraja aux Célèbes.


Les Célèbes, une autre grande aventure ? 

Anne-Sophie : un fabuleux voyage de rencontres. Au centre de l’île, le pays Toraja se gagne à pied. Des randonnées tranquilles, à travers des rizières spectaculaires. L’idée est de flâner dans ces villages, d’y partager le quotidien d’un peuple attachant: le travail du forgeron, la culture du café, la sortie de l’école, les étonnantes cérémonies funéraires.
À combiner avec ?Bruno: un séjour plongée au nord dans la région de Manado et d’une manière générale avec Bali pour le contraste.

D’autres découvertes à faire en Indonésie ?

Mourad : elles sont nombreuses ! Parmi les plus marquantes citons Madura et ses courses de buffles, ou encore la rencontre avec les hommes-fleurs des îles Mentawaï .

A découvrir

Idées voyages en Indonésie

Puisez l’inspiration dans nos suggestions avant de créer le voyage qui vous ressemble
Contactez un spécialiste de l'Indonésie