“Il faut aborder l’Orient compliqué avec des idées simples“ disait le Général de Gaulle. Avant de partir en Egypte, voici quelques idées pas toujours simples mais finalement bien utiles.

 

C’est en avion que vous rejoindrez Le Caire puis Louxor ou Assouan. Vous y arriverez rapidement. Vous, oui, vos bagages pas forcément. L’escale du Caire leur est parfois fatale. Pas de panique, ils réapparaissent au premier vol du lendemain matin. Il faudra quand même que vous alliez à l’aéroport (avec notre agent local) les récupérer, passage de la douane oblige. Ceci induit que vous partirez avec un petit baise-en-ville contenant le nécessaire pour une nuit d’attente. Sait-on jamais ?

Tôt ou tard vous vous arrêterez au Caire. Prenez en compte que vous allez peut-être vous transformer en piéton. Traverser une avenue du Caire relève d’une des dernières grandes aventures humaines avec la traversée de l’Amazonie et la place de l’Etoile à vélo. Seule solution se coller à un Cairote, lui confier votre vie, épouser ses esquives, se faufiler entre les pare-chocs et arriver de l’autre côté sain et sauf. Inutile de prendre des risques pour se rendre au quartier copte : le métro y mène directement de Tahrir, station Mar Grigis. Une autre aventure est celle du taxi. Vous allez adorer ces taxis, souvent de vieilles Peugeot d’ailleurs, rafistolées amoureusement, cocorico ! Le contact se fait par des fils dénudés sous le volant. La décoration en fait un “home sweet home“ du chauffeur : mini Coran suspendu au rétro intérieur, photo des enfants, moumoute sur le volant au cas où il ferait froid, bouquet de fleurs en tissu sur la plage arrière, musique d’Oum Kalthoum, toute une ambiance. Les locaux montent dans les taxis sans négocier. Une fois arrivés ils imposent leur prix. Ce qui ne manque pas de provoquer les lamentations du chauffeur. Mais la plupart du temps ça passe. Pour vous, Européens, il sera plus raisonnable de se mettre d’accord avant de monter. Evidemment les lamentations seront pour vous à l’énoncé du prix s’il dépasse les 40 livres. Car ici tout se négocie, partout. Le prix affiché est toujours trop élevé. Tablez sur un minimum de 40% en moins. Ceci étant, il existe des boutiques à prix fixes (ex : Oum el Dounia au Caire) à prix très raisonnables.

Une des plaies d’Egypte est le racolage des faux guides. Ainsi que les vendeurs de faux papyrus, fausses antiquités, faux bijoux en or et argent. Vous passerez votre chemin bien entendu et n’achèterez que dans les boutiques spécialisées.

L’Egypte est le royaume du bakchich. Il a ses règles : un bakchich doit correspondre à un service rendu. Point de service : point de bakchich. Guide, chauffeur, équipage de bateaux (sauf Steam Ship Sudan et Flâneuse où les pourboires sont inclus), serveur, gardien de site etc , tous attendent leur gratification : 50 livres pour un guide par jour et par personne, 30 pour un chauffeur, porteurs 2 à 5 livres ; femme de ménage, 10 livres par jour… Ayez donc toujours de la monnaie en poche pour ce faire.

Il ne vous reste plus qu’à penser emmener une torche pour les tombes, un brumisateur, un foulard que vous humidifierez pour rafraîchir votre cou, des vêtements légers et amples (pas trop sexy pour les dames, respectons les coutumes musulmanes) et, nec plus ultra qui fera de vous un Champollion en herbe l’appli Aaou, dictionnaire des hiéroglyphes.

Votre thé sur la terrasse de l’Old Cataract n’a jamais été aussi proche. Très beau voyage. 

 

INFO +

Le mois de Ramadan amène des changements dans le rythme de la vie locale. Un égyptien musulman ne sera pas choqué de voir un voyageur chrétien déjeuner, mais par respect, on évitera de manger, boire et fumer en public pendant la journée. La vie tourne un peu au ralenti souvent jusqu’en milieu de journée. En revanche, les soirées du Ramadan, marquées par la rupture du jeûne, livrent une atmosphère unique. A noter, les horaires modifiés des sites et musées, spectacles, souks, boutiques. La majorité des restaurants restent ouverts et les hôtels suivent leur rythme habituel. La fin du mois de Ramadan se conclut par l’Aïd, trois jours de fête où les horaires des sites peuvent être également modifiés.