Situation

Quel que soit l´environnement dans lequel le voyageur se déplace, urbain ou naturel, il est de sa responsabilité de respecter l´endroit qu´il traverse. Voici quelques principes de base, applicables partout dans le monde. Un second paragraphe vous présente les problèmes environnementaux spécifiques à la Thaïlande. – Eviter de laisser certains déchets sur place et les rapporter avec soi si le pays ne dispose pas d´infrastructure d´élimination de ces déchets. Par exemple : piles et batteries, médicaments périmés, sacs plastique. – La rareté de l´eau est aujourd´hui un problème mondial. Même si le pays visité n´est pas a priori concerné par le manque, quelques réflexes doivent désormais faire partie du quotidien : préférer les douches aux bains, éviter le gaspillage, signaler les fuites éventuelles des robinets. – Dans la plupart des hôtels vous disposerez d´une climatisation individuelle. Il est vivement recommandé, pour éviter la surconsommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre afférentes, de la couper systématiquement lorsque vous n´êtes pas présent dans la chambre. La climatisation n´est d´ailleurs pas absolument nécessaire sous tous les climats. – En balade, dans certains écosystèmes fragiles, ne pas sortir des sentiers ou conduire hors-piste, limiter le piétinement et ne pas rapporter de « souvenir » : renoncer à cueillir des fleurs rares, à ramasser des fossiles ou des pétrifications, etc. La croissance rapide de la Thaïlande est l’effet de son développement industriel et a eu pour conséquence une forte urbanisation. Tout cela entraînant déforestation, augmentation du volume des eaux usées industrielles et des déchets solides dangereux. Les pouvoirs publics ont été rapidement dépassés par ces phénomènes mais, aujourd´hui, la justice thaïlandaise a pris des mesures pour traiter le problème : les tribunaux administratifs désignent des régions entières comme « zone de pollution contrôlée » (il en existe déjà 17), ce qui leur permet de mettre en œuvre des règlementations environnementales et de sanctionner les contrevenants. Ainsi, en mars 2009, l´EGAT (Electricity Generating Authority of Thaïland), condamnée à propos de l’une de ses unités de production, a-t-elle été contrainte de prendre en charge la réinstallation de nombreux villageois affectés par des rejets industriels ; elle a également été condamnée pour construction illégale d’un golf sur une zone forestière. Quelques questions environnementales importantes. Les récifs de corail du monde entier sont abîmés par l´activité humaine. Ils sont surexploités, pâtissent de pratiques de pêche destructrices (comme le nettoyage au cyanure), sont endommagés par un tourisme négligent ou par le trafic maritime. En Thaïlande, on estime qu´un quart des coraux sont déjà morts. Les scientifiques pensent à présent que, si rien n´est fait dans les 20 prochaines années, leur détérioration sera irréversible. A court terme, les ressources halieutiques vont baisser. La poursuite des déprédations nuira également au tourisme. A long terme, les changements climatiques, conjugués à l´appauvrissement des récifs, pourraient conduire à la multiplication de catastrophes naturelles causées par des conditions climatiques extrêmes et par des inondations de grande ampleur. La dégradation de la forêt et la déforestation (liée à la surexploitation commerciale des essences exotiques) sont à l´origine de problèmes comme la sécheresse, l´infertilité et le tarissement des ressources forestières. L’usage traditionnel et contrôlé de la forêt (bois d’œuvre, nourriture, pharmacopée...) est aujourd´hui de plus en plus difficile pour les populations locales. La Thaïlande demeure néanmoins l´un des sanctuaires mondiaux de la biodiversité, comme le rappellent ses 102 parcs nationaux, qui sont un havre pour des dizaines d´espèces menacées. Nous vous remercions de ne pas encourager le commerce de ces espèces : gibbons capturés pour servir de modèle photo ; éléphants dressés dans des camps à jouer avec un ballon ; carapaces de tortue transformées en peignes ou en bijoux ; ours, dont la bile est vendue aux fabricants d’aphrodisiaques chinois… Pour finir sur une note optimiste, notons que la capitale, célèbre pour la densité de sa circulation, se met elle aussi au vert. Depuis l´été 2008, on peut voir des « Green Bikes » dans le centre de Bangkok. Ils sont proposés gratuitement à la population, contre la photocopie d´un passeport ou d´une pièce d´identité.

A découvrir

Idées voyages en Thaïlande

Puisez l’inspiration dans nos suggestions avant de créer le voyage qui vous ressemble
Contactez un spécialiste de la Thaïlande