Voyageurs du Monde est un papa-poule qui veille au bien-être de ses clients. Il compulse dans cette petite note l’essentiel des recommandations pour s’assurer de votre bonheur sur place. La lire n’est pas impératif mais peut être instructif, voire plaisant.

 

Tout d’abord, Bangkok n’est plus la ville aux embouteillages monstres et aux temps de trajet interminables. Certes les embouteillages existent toujours, mais on se déplace dorénavant facilement. Avec le BTS, le métro aérien (super, propre, climatisé) ou le MTR le métro souterrain (mêmes qualités que précédemment). Une carte journalière permet d’aller partout pour quelques euros. Les taxis mettent le compteur et connaissent à peu près là où vous voulez aller.

Nostalgique, vous voulez emprunter un tuk-tuk ? Sachez que c’est 4 fois plus cher qu’un taxi, même pour les locaux. Que ça pétarade, que ça fume, surtout dans les embouteillages et qu’il vaut mieux négocier le prix au départ. Le chauffeur de tuk-tuk qui vous annonce que la boutique où vous voulez aller est fermée ce jour là mais qu’il connaît un endroit où, incroyable chance, on brade tout aujourd’hui est… un rabatteur. Passez votre chemin ou descendez du tuk-tuk. Par miracle la boutique initiale va rouvrir. Ceci dit les Thaïs sont des gens honnêtes et rares sont les arnaques. Néanmoins comme dans toute grande ville touristique quelques précautions sont toujours bonnes. Vous pouvez aussi prendre les bateaux-bus sur le fleuve. Il faut juste être rapide à monter et descendre, le pilote est pressé, ça se sent.

Ah ! La cuisine thaïe, sa finesse, ses épices. Ne vous amusez pas à faire le fier-à-bras et répondre “fort“ à la question : “épicé ?“.

Déjà les plats spécifiés légers en épices vous mettent le palais en éruption, alors imaginez les autres ! C’est comme pour les massages traditionnels. La thérapiste va vous demander comment vous voulez votre massage. Commencez par “léger“ à moins d’être champion de full contact. Au cas où vous voudriez un massage fort, attendez-vous à ce qu’elle monte sur vous et vous marche dessus jusqu’à écrasement complet des muscles. Nécessite un temps d’adaptation. Douillet on ne s’y fait jamais.

Si vous louez un véhicule motorisé quel qu’il soit : l’assurance ne vaut rien ou presque. Dès que vous aurez la moindre éraflure vous serez tenus de payer des sommes qui vous feront penser que votre garagiste français fait dans le caritatif. On négocie certes mais … c’est lui qui a votre passeport. Donc, avantage au loueur.

Pour le reste de votre voyage, la routine : vous trouverez des distributeurs de billets partout dans le pays. Les cartes de crédit sont largement acceptées. Le pourboire est attendu, pas plus mais pas moins qu’ailleurs : 10% de la note au restaurant, l’équivalent de 5€ par jour et par personne pour les guides, 2€ pour les chauffeurs (les deux étant d’ailleurs déjà très bien payés par nous). On marchande les souvenirs évidemment, beaucoup. Restant souriant comme les Thaïs le sont, on peut proposer des prix indécents qui finiront par trouver un accord raisonnable. S’énerver ne sert à rien, au contraire.

Comme partout en Asie on ne touche pas la tête des enfants (et a fortiori des adultes) et on ne tourne pas ses pieds vers Bouddha ou un moine. On évite d’enjamber quelqu’un ou quelque chose (une marchandise posée au sol par exemple), de toucher un bonze, d’entrer dans une maison ou dans un temple avec ses chaussures. On ne dénigre pas le roi. On ne marche pas non plus sur un billet de banque : le roi est dessus. On s’arrête dans la rue à 8h et 18h pour rendre hommage au roi lorsque l’hymne national retentit. Les thaïs s’immobilisent, arrêtent leur activité pendant quelques minutes, principalement dans les lieux publics et extérieurs. Faîtes comme eux : restez debout et immobile.

Gardez “les petites tenues“ pour la plage, les Thaïs sont pudiques et par respect à leur égard, il est préférable d’être raisonnablement vêtu. Les épaules, les bras et les jambes doivent être couverts pour pouvoir entrer dans les temples et au Grand Palais.

Dernier conseil : A l’arrivée vous remplirez une petite carte. On vous en laissera la moitié. Conservez-la. Elle vous sera demandée le jour (le plus lointain possible) de votre départ de ce beau pays et de ses charmants habitants.

Très beau voyage !

 

INFO +

• Les massages

C’est un art de vivre en Thaïlande ! Thérapeutique, il soulage les tensions musculaires, les entorses, foulures, lumbago et autre sciatique. Préventif, il évacue le stress à l’origine de beaucoup de petits bobos. Les prix et la qualité sont variables selon les thérapeutes et les lieux : de 300 THb sur la plage ou dans les petites échoppes de ville, à 3000 Thb en institut ou dans les Spa des hôtels de luxe.

 

• Shopping

Le sur mesure : les tailleurs (Indiens pour la plupart) proposent costumes, tailleurs, robes ou chemises réalisés selon vos propres mensurations au tarif du prêt-à-porter. Un conseil : prévoyez suffisamment de temps sur place pour multiplier les essayages et les retouches afin que le vêtement soit parfaitement ajusté comme une seconde peau.

 

• Le téléphone

Les communications en Thaïlande sont bon marché lorsqu’on utilise une carte SIM locale. Avec à un appareil “déverrouillé“, ces cartes s’achètent facilement dans les superettes de type 7 Eleven (ouvertes 24h/24h), selon le modèle de téléphone, à partir de 50 THB (un peu plus d’un euro), il est possible d’acheter aussi des cartes Sim avec connexion internet 3G, on recharge au même endroit cette carte, pour environ 500 THB. Un conseil : programmez le numéro de votre concierge sur place et envoyez lui un SMS avec votre nom, vous serez alors très facilement joignable pour profiter au mieux de ses services sur place.

 

• Les taxis

Quelle que soit la couleur des taxis, ceux-ci pratiquent le même tarif officiel avec une course au compteur à partir de 35 THB. Nous vous recommandons de bien vérifier que le « meter » (compteur) est en route avant de monter à bord. Attention à une exception : aux heures de pointe dans les grandes villes, certains taxis refusent de mettre le compteur du fait des embouteillages. Dans ce cas il faut, soit négocier la course, soit prendre un transport en commun pour se rapprocher au mieux de votre destination finale pour terminer votre course avec un autre taxi et ainsi éviter les zones d’embouteillage. Les bateaux bus sur le Chao Praya, idéals pour les visites du quartier chinois, marchés aux fleurs, Grand Palais, Wat Po, Wat Arun, partent de l’embarcadère situé au pied de la station BTS Saphan Taksin, et remontent tout le fleuve avec une dizaine d’arrêts jusqu’au terminus. On règle sur place, moins d’un euro en général.

 

A découvrir

Idées voyages en Thaïlande

Puisez l’inspiration dans nos suggestions avant de créer le voyage qui vous ressemble
Contactez un spécialiste de la Thaïlande