Il n’y a pas de doute : votre voyage sera superbe. Le Pérou est un pays fabuleux, il suffit juste de connaître quelques règles, us et coutumes. C’est le seul but de ce petit vade-mecum volontairement exagéré et légèrement taquin…

 

Le plus délicat avant de partir c’est la valise. Voici un splendide pays andin au climat contrasté. Que de différences entre Puno et Puerto Maldonado ! En Amazonie, vous n’aurez le droit pour vos affaires qu’à un petit sac contenant le strict nécessaire pour votre séjour au lodge. Dans le train qui va au Machu Picchu même combat : 5 kgs maxi. On emportera donc le sac qui-va-bien et qui permettra de laisser les valises au “camp de base”. Bonne nouvelle : sur les vols intérieurs le tarif est le même qu’en international : 23 kgs.

Puisqu’on évoque le tarif, parlons monnaie. Au Pérou le Sol est roi. On en trouve dans les distributeurs qui se multiplient à vitesse grand V dans les villes. Toujours avoir des petites coupures sur soi, le rendu de monnaie n’étant pas évident sur de grosses sommes, surtout à la campagne. On peut aussi changer des euros ou des dollars à bon taux. Les hôtels, restaurants de bon niveau acceptent les cartes de crédit. Muni de vos petites coupures, vous pourrez marchander sur les marchés ou dans les boutiques de souvenirs.

Tant qu’on parle d’argent, évoquons le pourboire, assez répandu. Les guides s’attendent à 2 à 10 usd par personne et par jour ; le chauffeur 1 à 5 USD. Un porteur de bagages dans un hôtel de luxe se satisfera de 0,50 USD. Au restaurant on laisse 10% au Pérou. Avec les taxis (vous n’utiliserez que les radio-taxis officiels bien sûr), le tarif est à négocier avant de monter.

Dans les grandes villes il leur arrive de parler anglais mais une petite remise à niveau dans la langue de Cervantès (et malheureusement des conquistadors) est toutefois conseillée. Les sud-américains vous en seront reconnaissants. Ce sont en majorité des gens agréables, bien élevés, attentifs aux gestes. Celui de s’exprimer, au moins en partie dans leur langue en espagnol, sera largement apprécié. D’ailleurs, outre la politesse ce sera souvent le seul moyen de vous faire comprendre.

Un détail important : à votre arrivée sera tamponnée la TAM, une “carte andine” que vous aurez préalablement remplie dans l’avion. Elle sera votre sésame. Ne la perdez pas. Elle vous sera demandée dans tous les hôtels et à l’aéroport du vol retour. Il arrive qu’elle ne soit pas remise à l’arrivée, car il existe maintenant un système électronique qui cohabite avec l’ancien système. Donc pas d’inquiétude si on ne vous la donne pas, en revanche conservez la précieusement si on vous la donne !

Muni de ces précieux conseils, il ne vous reste plus qu’à déguster la merveilleuse cuisine péruvienne, la meilleure, tellement bonne qu’elle a essaimé partout sur le continent ; à savourer votre pisco sour au soleil couchant, tradition oblige.

Quant à la valise évoquée au début de ce chapitre, ne la remplissez pas trop à l’aller : il y a des tonnes de belles choses à ramener. Mais pensez aux vêtements chauds : il faudra vous couvrir, même en intérieur car le chauffage ne fait pas partie des standards des hôtels péruviens et il peut faire frais le soir, même dans les plus beaux hébergements du pays.

A découvrir

Idées voyages au Pérou

Puisez l’inspiration dans nos suggestions avant de créer le voyage qui vous ressemble
Contactez un spécialiste du Pérou