Capitale

Dublin. Irlande du Nord : Belfast.

PIB

En 2006, 41 936 euros par habitant (France, 28 356 euros par habitant, à la même date). Irlande du Nord : 21 726 euros par habitant, en 2008 (France, 30 600 euros par habitant, à la même date).

Point culminant

Carrauntuohill (gaélique, Corran Tuathail), 1 038 mètres, dans le comté de Kerry.

Superficie

70 209 km², soit 0,13 fois la France. Irlande du Nord : 13 843 km², soit les deux-tiers du pays de Galles.

Climat

L´Irlande jouit d´un climat tempéré, avec des hivers ni très froids, ni très neigeux et des étés doux. En juillet et août, les températures montent rarement au dessus de 20°. Le temps ne connait donc pas, sur l’année, de variations considérables, mais, en revanche, il est instable ! En moins d´une heure, un soleil rayonnant remplacera un ciel d’encre, et vice versa. En tout cas, il pleut et il vente ! Le mois le plus arrosé est décembre. Le mois de mai est le plus ensoleillé dans le nord, l´ouest et le centre du pays. Pour le reste de l´île, c´est juin (averses jamais exclues). Températures moyennes (maxima / minima) : janvier 8/1° ; février 6/1° ; mars 9/2° ; avril 12/4° ; mai 15/7° ; juin 17/9° ; juillet 17/10° ; août 19/10° ; septembre 16/9° ; octobre 14/7° ; novembre 9/4° ; décembre 7/2°.

Géographie

Ile britannique, l’Irlande est une vaste plaine de basse altitude ceinte de courtes chaines montagneuses. Au sud, on trouve quelques massifs dans les terres : Galtee Mountains, Silvermines, Slieve Bloom Mountains. La plaine est piquée de nombreux lacs ; les tourbières couvrent 20% du territoire ; le basalte de la Chaussée des Géants (comté d’Antrim, Ulster) témoigne d’une activité volcanique ancienne. Le Shannon (386 km, dont 113 d’estuaire) est le plus long fleuve des îles britanniques. Si la côte est offre un paysage assez uniforme et doux, la côte ouest, profondément découpée, est d’un caractère plus dramatique. Les îles d’Achill, d’Aran, Valentia ou Omey se rattachent à l’Irlande.

Economie

2e PIB mondial par habitant, mais avec un fort écart entre PIB et PNB, les profits réalisés par les entreprises étrangères installées en Irlande étant rapatriés. Depuis l’adhésion à l’Union Européenne, l’économie irlandaise s’est transformée et a fait montre d’un réel dynamisme (4,8% de croissance du PIB en 2007). Tablant sur les services et une fiscalité favorable aux entreprises, elle a attiré les investisseurs. Ces investissements directs, dont elle est dépendante, sont toutefois l’une de ses fragilités potentielles. L’augmentation du coût de l’énergie est un autre élément défavorable. Pour compenser ces faiblesses, l’Irlande s’attache à développer un secteur industriel de pointe, en particulier dans les domaines pharmaceutique et biotechnologique. Poids des différents secteurs d’activité dans le PIB : agriculture, 2,3% ; industrie et services, 97%. Irlande du Nord : tôt industrialisée, elle a du gérer, entre autres questions délicates, l’impact négatif de la guerre civile et la reconversion, dans ce contexte, de son économie traditionnelle (chantiers navals, textiles) en économie de services. Avec l’accord du Vendredi Saint, la situation politique s’est stabilisée et la machine est repartie. Si le PIB de l’Irlande du Nord est encore le plus faible du Royaume-Uni, il s’accroit et le chômage a notablement régressé.

Faune & Flore

Autrefois couverte de forêts, l’Irlande est aujourd’hui le pays le plus pelé d’Europe. Ce qui lui vaut des paysages d’une grandeur un peu austère. Un programme de reboisement est en cours. Ces nouvelles forêts de résineux abritent cerfs, daims (d’introduction récente), lièvres, renards, bécasses, hiboux… Les tourbières ont une flore de mousses, de lichens, de bruyères et de genêts ; on y rencontre des coucous, des choucas, des rapaces, des lézards, des grenouilles. La perdrix court les landes. Lacs et rivières regorgent de brochets, anguilles, truites, saumons ; sur leurs rives guettent la loutre, la poule d’eau, le héron… Mouettes, guillemots, pluviers, macareux, cormorans, fous peuplent les côtes. Les estuaires nourrissent des bécassines, des canards, des courlis… La faune domestique est, quant à elle, dominée par le cheval (au statut quasi sacré) et le mouton (omniprésent, du paysage à l’assiette, en passant par le dressing).

A découvrir

Idées voyages en Irlande

Puisez l’inspiration dans nos suggestions avant de créer le voyage qui vous ressemble
Contactez un spécialiste de l'Irlande